« La girafe brûlante » de Salvador Dalí – Une étude de peinture de girafe

Accueil » « La girafe brûlante » de Salvador Dalí – Une étude de peinture de girafe

J‘année 1937 a été une période importante en Europe, et plus particulièrement en Espagne, qui traversait une guerre civile qui a duré près de trois ans. C’est à cette époque que Salvador Dalí a dépeint les tensions surréalistes les plus profondes que la guerre avait sur lui dans son célèbre tableau de girafe, dont nous parlerons dans cet article.

Résumé de l’artiste : Qui était Salvador Dalí ?

Salvador Dalí est né le 11 mai 1904 à Figueres en Catalogne, en Espagne. Il est décédé le 23 janvier 1989 d’un arrêt cardiaque. Il a commencé comme artiste dès son plus jeune âge, apprenant le dessin dès son adolescence et en 1922, il a étudié à la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando à Madrid. Dalí était connu comme une personnalité excentrique et est devenu l’un des précurseurs de la Mouvement artistique surréaliste.

Il a été influencé par des styles artistiques comme le cubisme, le dadaïsme et le futurisme, ainsi que par le psychanalyste Sigmund Freud.

Salvador DalíSalvador DalíPortrait de Salvador Dalí à Paris, 1934 ; Carl Van Vechten, domaine public, via Wikimedia Commons

La girafe brûlante (1937) de Salvador Dalí en contexte

La girafe brûlante de Salvador Dalí a été peint en 1937, une période tumultueuse de l’histoire espagnole et que Dalí a dépeint visuellement et prédit d’une manière ou d’une autre. Dans cet article, nous discuterons d’une analyse contextuelle fournissant un bref historique des événements qui ont eu lieu lors de cette peinture, qui sera suivie d’une analyse formelle portant sur la peinture de la girafe en termes d’approches stylistiques.

Artiste Salvador Dalí
Date de peinture 1937
Moyen Huile sur panneau
Genre Peinture de genre
Période / Mouvement Surréalisme
Dimensions (cm) 35 x 27
Séries / Versions N / A
Où est-il hébergé ? Musée d’art, Bâle, Suisse
Ce que ça vaut Certaines sources suggèrent qu’il dépasse les 20 millions de dollars

Analyse contextuelle : un bref aperçu socio-historique

La guerre civile espagnole a commencé en 1936 et à ce moment-là, Salvador Dalí vivait en Europe, cependant, il a déménagé aux États-Unis d’Amérique en 1940. On croyait que La girafe brûlante était une «prémonition» des guerres mondiales qui ont commencé plusieurs années après le tableau.

De plus, l’intérêt de Dalí pour la psychanalyse de Sigmund Freud et la compréhension des significations plus profondes contenues dans l’esprit jouent également un rôle important dans la peinture « The Burning Giraffe », que nous examinerons plus en détail ci-dessous.

Salvador Dalí et Sigmund FreudSalvador Dalí et Sigmund FreudGAUCHE : Portrait photographique de Sigmund Freud, v. 1921; Max Halberstadt, domaine public, via Wikimedia Commons | DROITE : Portrait de Salvador Dalí en 1939 ; Carl Van Vechten, domaine public, via Wikimedia Commons

Il est également intéressant de noter que Dalí a exploré l’idée de la girafe brûlante dans d’autres œuvres d’art, à savoir le film âge d’or (1930), qui se traduit par « L’âge d’or » puis à nouveau dans la peinture Inventions des monstres (1937), qui se trouve à l’Art Institute of Chicago aux États-Unis d’Amérique. Une interprétation ultérieure de 1975, intitulée Girafe Avignon ou alors Les girafes brûlantes en marronreprésente deux rangées de grandes girafes en feu avec une girafe plus grande au bout de la ligne au loin.

Nous remarquerons également deux petites silhouettes apparemment silhouettées au premier plan, éclipsées par rapport aux plus grandes girafes.

La girafe brûlante Sens

Bien qu’il y ait une quantité importante de symbolisme à déballer dans La girafe brûlante La peinture. La girafe brûlante à l’arrière-plan a été décrite par Dalí comme le « monstre apocalyptique masculin » et ce qu’il a évoqué, ce sont les grondements de la guerre et les processus de la psychanalyse. L’un de ces processus est spécifiquement indiqué par les tiroirs dépassant de la figure féminine au premier plan.

Dalí a été largement cité comme décrivant sa peinture comme une « allégorie » et suivant les « nombreuses odeurs narcissiques » qui émanent de « chacun de nos tiroirs ». Cela se rapporte aux théories de Sigmund Freud sur le subconscient et au fait que nous pouvons en apprendre beaucoup sur nous-mêmes en l’analysant.

La figure féminine au premier plan a également été décrite par Dalí comme la « Tail Bone Woman » ou « Femme-coccyx ». Elle est devenue comme un symbole du féminin soutenu par le masculin, ou comme certains décrivent le «patriarcat», comme en témoignent les «béquilles» derrière elle, qui soutiennent les formes molles qui dépassent de son dos.

Analyse formelle : un bref aperçu de la composition

Dans l’analyse formelle ci-dessous, nous examinerons La girafe brûlante par Salvador Dalí plus en détail en termes d’éléments artistiques tels que la couleur, la texture, la ligne, la forme, la forme et l’espace. Nous commencerons par une analyse visuelle expliquant le sujet.

Objet : description visuelle

La girafe brûlante de Salvador Dalí représente un vaste paysage et un ciel bleu avec deux figures féminines géantes au premier plan ainsi qu’une girafe à gauche avec des flammes rugissantes tout le long de son cou et de son dos avec de la fumée s’élevant dans les airs, qui apparaît comme un nuage contre le ciel bleu.

Le tiers inférieur de la composition représente une étendue de terre désertique avec des montagnes au loin.

Le reste de la composition représente un vaste ciel bleu avec quelques nuages ​​blancs flottants. Le ciel agit presque comme une toile de fond pour les deux personnages au premier plan. Il y a une bande de couleur noire le long de la partie supérieure de la composition, qui semble être des formations de nuages ​​sombres.

Si nous regardons les deux figures gigantesques au premier plan, elles semblent être des femmes, mais aussi squelettiques avec de fines couches de peau exposant la musculature. La silhouette la plus proche de nous apparaît davantage dans leur champ de vision et est presque tournée vers l’avant. Sa tête, qui semble sans visage, est tournée vers le haut et ses deux bras sont tendus devant elle.

Il y a sept tiroirs sortant de sa jambe gauche (notre droite) et un grand tiroir dépassant de sa poitrine. Son dos est maintenu/étayé par ce qui semble être cinq tiges incurvées en forme de fourche, qui ont également été appelées « béquilles ». Il y a aussi trois formes douces et molles qui dépassent de son dos, chacune reposant dans la courbure d’une tige.

Notamment, l’une de ces tiges est placée entre le bas de son dos et la région du coccyx, gardant apparemment son torse supérieur connecté à son torse inférieur.

Si nous regardons la figure à droite de la composition, légèrement derrière la figure devant, il y a 14 des mêmes protubérances organiques de son dos, qui semblent également soutenues par des tiges plus petites à l’exception d’une plus longue qui part de ses pieds maintenant la dernière saillie en place.

Cette figure tient ce qui semble être un morceau de chair ou de viande dans sa main droite tandis que sa main gauche est abaissée et ses doigts légèrement écartés. Il semble y avoir des branches qui poussent sur le dessus de sa tête. La girafe à gauche est plus éloignée et semble plus petite que la grande femme au premier plan. Il semble également y avoir une petite silhouette blanche derrière la girafe.

Couleur

La Girafe ardente de Salvador Dalí apparaît dans des bleus profonds, marronset les noirs. Il y a un soupçon de rouge et d’orange du feu sur la girafe, ainsi que du rouge du visage de la figure et du morceau de peau/viande tenu par l’autre figure.

La vaste étendue de ciel bleu crée une ambiance étrange, qui fait écho à la couleur gris-bleu de la figure au premier plan.

Texture

Diverses textures sont des aspects communs dans les œuvres de Dalí, et dans La girafe brûlante, nous voyons l’assortiment de textures organiques et lisses, par exemple, les vêtements diaphanes portés par les personnages et les saillies souples dans leur dos aux textures plus dures des tiges qui maintiennent ces formes en place. D’autres exemples incluent la texture implicite créée par Dalí pour la peau nerveuse des personnages, ainsi que la fourrure et les motifs de la girafe.

Lire aussi  Comment dessiner un cygne - Un tutoriel sur la façon de dessiner un cygne réaliste

La ligne

La composition de La girafe brûlante a une verticalité dominante, soulignée par la taille des deux figures féminines, la girafe, et son cou haut, ainsi que des tiges verticales maintenues derrière le dos de la femelle, qui créent toutes une linéarité verticale. La grande étendue de ciel en arrière-plan accentue également ces lignes verticales.

Il existe divers autres types de lignes qui interagissent toutes dans la composition.

Par exemple, les lignes courbes sur les figures féminines, sur leur peau et leurs vêtements, les lignes courbes sur les montagnes au loin, ainsi que les lignes horizontales répétées créées à partir des tiroirs et les saillies du dos des femmes dans le arrière-plan, qui créent également un effet à motifs.

Forme et forme

Il y a une prédominance de formes organiques dans La girafe brûlante peinture, des figurations des deux femmes au premier plan à la girafe et à la petite figure humanoïde en arrière-plan. Le paysage autour des personnages est également naturaliste.

Les formes plus organiques des personnages sont associées aux formes rectangulaires géométriques des tiroirs, aux formes linéaires des tiges, ainsi qu’aux formes triangulaires créées par les sommets des montagnes au loin.

Espacer

Dalí a créé de la profondeur et de la perspective en utilisant différentes échelles, par exemple, la plus grande échelle des personnages au premier plan contraste avec la girafe qui est à plus petite échelle à gauche. La figure derrière la girafe est à une échelle encore plus petite, ce qui ajoute encore à l’ambiance et à la nature fantastique de la composition.

Qu’y a-t-il dans le tiroir ?

Salvador Dali a peint La girafe brûlante comme un avertissement sur la guerre à venir, en particulier la Seconde Guerre mondiale, qui a commencé en 1939. Cependant, au-delà de l’objectif de la guerre, les questions brûlantes auxquelles nous sommes confrontés en analysant la peinture touchent aux idées sur la destruction, les valeurs, les aspects masculins et féminins, et ce que leurs rôles s’inscrivent dans un système qui se présente sans aucun doute encore de nos jours.

Dalí nous laisse beaucoup à déballer, et des figures féminines musclées plus grandes que nature aux girafes brûlantes, comme toujours, il ne déçoit pas lorsqu’il s’agit de dépeindre des sujets plus fantastiques avec des significations plus profondes et cachées, comme nous l’avons vu dans « La girafe brûlante ».

Questions fréquemment posées

Qui a peint La girafe brûlante?

L’un des principaux Artistes surréalistesSalvador Dali, peinture La girafe brûlante en 1937. C’est une peinture à l’huile qui a été décrite comme une soi-disant prémonition de la guerre imminente et qui a été peinte à l’époque de la guerre civile espagnole.

Où est La girafe brûlante?

La girafe brûlante (1937) de Salvador Dalí est maintenant conservé au Kunstmuseum Basel, également connu sous le nom de Musée des Beaux-Arts de Bâle en Suisse.

Qu’est-ce que La girafe brûlante Sens?

La girafe brûlante (1937) de Salvador Dalí a été considérée comme une soi-disant prédiction de guerre à venir, mais aussi l’exploration de l’esprit et du subconscient inspirée par les théories du psychanalyste Sigmund Freud.