« La Femme Maudite » Peinture de Tassaert – Une Étude « La Femme Damnée »

Accueil » « La Femme Maudite » Peinture de Tassaert – Une Étude « La Femme Damnée »

Jil a maudit la femme la peinture d’ Octave Tassaert pourrait éventuellement être considérée comme une version du XIXe siècle de l’imagerie pornographique en raison de son affichage sexuel manifeste entre quatre femmes. Cette peinture de 1859 est en effet une représentation charnue et nous en discuterons plus en détail dans cet article. Il est averti que cette peinture et la description ci-dessous contiendront du contenu pour les lecteurs adultes.

Résumé de l’artiste : Qui était Octave Tassaert ?

Nicolas François Octave Tassaert est né le 26 juillet 1800 et mort le 24 avril 1874. Il est né à Paris. Il était issu d’une famille d’artistes et a appris des membres de sa famille qui étaient graveurs et sculpteurs. Il a travaillé comme graveur et lithographe, ainsi que comme illustrateur. Il fréquente l’École des Beaux-Arts en 1817 et expose ses peintures au Salon de Paris, qu’il interrompt en 1857.

Il était célèbre pour ses peintures d’histoire et de genre, explorant en particulier des problèmes quotidiens tels que l’itinérance, le suicide et la maladie.

En raison de problèmes de vue et d’alcoolisme, il a finalement arrêté de peindre et s’est suicidé. Il est devenu très apprécié dans le domaine de la justice sociale en raison de la gravité du sujet de ses peintures.

Octave TassaertAutoportrait tenant un pinceau et une palette (1854) par Octave Tassaert; Octave Tassaert, domaine public, via Wikimedia Commons

La femme maudite (1859) d’Octave Tassaert en contexte

Ci-dessous, nous discuterons d’une brève analyse contextuelle, explorant La femme maudite (1859) histoire, également intitulée en français comme La femme maudite. Nous discuterons ensuite d’une analyse formelle, fournissant une description visuelle et certaines des approches stylistiques d’Octave Tassaert en termes d’éléments artistiques comme la couleur, la texture, la forme, etc.

Artiste Nicolas François Octave Tassaert
Date de peinture 1859
Moyen Huile sur toile
Genre Peinture de genre
Période / Mouvement Peinture française romantique du XIXe siècle
Dimensions N / A
Séries / Versions N / A
Où est-il hébergé ? Indisponible
Ce que ça vaut Indisponible

Analyse contextuelle : un bref aperçu socio-historique

Octave Tassaert était connu pour représenter des scènes dans ses peintures allant de la religion, de l’allégorie et de l’histoire, par exemple, Paradis et enfer (1850), tout en produisant diverses peintures de genre explorant les dures réalités quotidiennes de la vie urbaine, représentant des scènes de mort, de sans-abrisme, de maladie et de pauvreté.

L’un de ses surnoms était « Prud’hon du pauvre ».

Certaines de ses figures centrales étaient des femmes, représentées dans diverses situations, notamment ses représentations de femmes et de leurs enfants, soit dans le désespoir, soit dans la mort, par exemple, le Mère morte sans ressources tenant son enfant endormi en hiver (vers 1850), Une famille malheureuse ou suicidé (1852), La femme abandonnée (1852), et d’autres.

Octave Tassaert PeintureLa femme abandonnée (1852) d’Octave Tassaert ; Octave Tassaert, domaine public, via Wikimedia Commons

Cependant, Octave Tassaert a également produit des peintures à l’imagerie érotique manifeste, avec des femmes également comme personnages centraux. Nous voyons cela dans La femme maudite peinture, qui traduit sans vergogne un acte sexuel, apparemment sans aucune inhibition, entrepris par quatre, qui semblent être des femmes.

De nombreuses sources artistiques se sont également interrogées sur ce que La femme maudite (1859) est tout au sujet de l’histoire et comment le sujet, qui semble transmettre du plaisir, se rapporte à son titre, qui fait allusion à être « damné ». Ainsi, La femme mauditeou « The Damned Woman », autrement dit, le contraire du plaisir.

Cependant, comme beaucoup l’ont affirmé, le personnage central apparaît ici loin d’être « damné ».

Pour ce qui est de La femme maudite par le sens de Tassaert, certains ont mentionné qu’il pourrait s’agir de la déesse grecque Aphrodite, qui est ravie par les « esprits célestes », tandis que d’autres sources ont avancé qu’il pourrait s’agir d' »anges ».

Lire aussi  Comment dessiner un ballon - Un tutoriel de dessin de ballon amusant et facile

Femme maudite peignant en contexteLa Naissance de Vénus (1879) de William-Adolphe Bouguereau ; Guillaume-Adolphe BouguereauDomaine public, via Wikimedia Commons

Il est également important de noter le rôle et la perception des femmes, de la nudité et du sexe au cours des années 1800 en France. À cette époque, la nudité était représentée dans des peintures mythologiques ou historiques, mais souvent de manière plus acceptable sous l’apparence de déesses grecques ou de dieux comme Vénus, etc.

La nudité et le sexe étaient représentés avec autant d’audace que dans le tableau « La femme maudite » d’Octave Tassaert et auraient sans aucun doute fait sensation.

Cela rappelle un autre tableau célèbre réalisé quelques années après en 1863, qui fut Olympie par Edouard Manet. Ici, nous voyons une autre femme, pas une déesse mythologique, allongée nue, nous regardant avec confiance, nous les spectateurs. Elle a souvent été considérée comme une prostituée.

La femme damnée en contexteOlympie (1863) d’Édouard Manet ; Édouard Manet, domaine public, via Wikimedia Commons

Dans La femme maudite d’Octave Tassaert, on ne peut pas être certain qu’elle soit aussi une prostituée, mais il y a aussi ici confiance en sa sexualité. Le titre peut éventuellement faire référence aux préjugés liés aux femmes et à leur sexualité ouverte au cours des années 1800 ; en d’autres termes, une femme si ouverte et libre est « maudite » parce qu’elle n’est ni chaste ni timide.

Cela pourrait également faire allusion à des récits et des croyances bibliques.

Par ailleurs, La femme maudite par Tassaert, le sens a été exploré par les chercheurs en termes de genre et d’érotisme, certains déclarant que les femmes n’ont souvent pas le choix de leurs «partenaires sexuels» et que les femmes sont plus honteuses que les hommes lorsqu’elles ont des rapports sexuels. Dans ce tableau, nous voyons que la femme a une pleine autonomie sur son plaisir et avec qui elle s’y engage.

Analyse formelle : un bref aperçu de la composition

Il est important de noter qu’il n’y a pas un large éventail d’informations scientifiques ou d’analyses formelles concernant La femme maudite peinture d’Octave Tassaert. Cependant, nous tenterons de fournir un bref aperçu de certains de ses détails stylistiques ci-dessous.

Tableau Femme MauditeLa femme maudite (1859) d’Octave Tassaert ; Octave Tassaert, domaine public, via Wikimedia Commons

Description visuelle : Objet

Dans La femme maudite peinture, il y a quatre figures féminines nues centralisées, ou ce qui semble être une femme. La figure centrale est représentée dans les affres du plaisir sexuel, qui lui est donné par les trois figures féminines qui s’accrochent à son corps et l’embrassent sur différentes zones de son corps. Nous ne pouvons pas voir leurs visages.

Ces figures sont placées dans différentes positions à côté de la figure centrale, à savoir une à sa droite, à sa gauche et en dessous d’elle, entre ses jambes.

Les femmes semblent flotter dans un espace inconnu, ce qui est encore mis en évidence par la pièce de draperie violette dans la partie supérieure gauche de la composition, flottant comme s’il y avait une douce brise. C’est aussi le seul vêtement du tableau, et il couvre partiellement la hanche gauche et le haut de la jambe avant de la figure à notre droite.

Détail de la peinture de la femme mauditeUn détail de La femme maudite (1859) d’Octave Tassaert ; Octave Tassaert, domaine public, via Wikimedia Commons

Couleur et Lumière

La palette de couleurs globale de La femme maudite la peinture apparaît adoucie et pas trop contrastée. Il y a des violets pastel, des jaunes et des bleus, ainsi que les tons chair pâles et doux des personnages. Leurs cheveux sont brun foncé, ce qui crée un contraste de couleur harmonieux.

De plus, la peau de la figure féminine centrale est nettement plus austère dans son ton par rapport aux trois autres figures. C’est presque comme s’il y avait une source de lumière inconnue la mettant en évidence comme point focal.

La femme maudite 1859 DétailL’utilisation de la couleur et de la lumière dans La femme maudite (1859) d’Octave Tassaert ; Octave Tassaert, domaine public, via Wikimedia Commons

La partie supérieure de la composition représente une zone jaune, qui apparaît presque comme s’il s’agissait d’un éclat de lumière. Il semble également y avoir plus d’ombre dans la partie inférieure de la composition et on peut voir le jeu d’ombre et de lumière sur les corps des personnages.

Remarquez comment Tassaert a représenté le jeu d’ombre et de lumière sur le pied du personnage inférieur.

Texture

Nous pouvons déduire la texture implicite dans le tissu violet et tous ses plis. De plus, il gonfle d’une source d’air/vent inconnue, ce qui lui donne un aspect léger. Il y a aussi une texture implicite dans le teint de la peau des personnages, qui semble lisse et juste.

Lire aussi  Comment dessiner une pivoine - Créer un dessin de pivoine réaliste

Détail de la femme damnéeTexture en La femme maudite (1859) d’Octave Tassaert ; Octave Tassaert, domaine public, via Wikimedia Commons

Ligne, forme et forme

Il y a un mélange de lignes et de formes différentes alors que les personnages s’entremêlent dans leur acte de plaisir. Nous remarquerons une dominance de lignes courbes et diagonales lorsque les corps se courbent et se tordent avec leur espace ouvert, donnant à leur corps une forme et un contour musculaire.

Un exemple de cette ligne comprend la longue courbe vertébrale de la figure à notre gauche de la composition.

Détail de la peinture de la femme mauditeLigne et forme dans La femme maudite (1859) d’Octave Tassaert ; Octave Tassaert, domaine public, via Wikimedia Commons

Les différents jeux d’ombre et de lumière renforcent la tridimensionnalité des formes des personnages, qui apparaissent également voluptueuses et caractéristiques des nus féminins de l’époque, rappelant également la représentation classique de la forme féminine.

La femme maudite: Une malédiction remise en question

Alors que La femme maudite (1859) l’histoire est quelque peu floue dans son contexte et insaisissable en termes de recherche et d’analyse de l’histoire de l’art, manquant également d’informations significatives de l’artiste, Octave Tassaert lui-même, et pourquoi il l’a peint, il s’agit néanmoins d’une peinture française du XIXe siècle avec apparemment nombreuses interprétations différentes.

On nous donne une scène attisant les flammes de l’excitation sexuelle et de l’érotisme comme si les quatre personnages tournaient toujours vers le haut dans un espace que nous, les spectateurs, ne connaissons pas. Que la figure féminine centrale soit « damnée » pour sa grande lascivité ou non, on peut dire qu’il s’agit sans aucun doute d’une malédiction remise en question non seulement par les téléspectateurs du XIXe siècle mais aussi du XXIe siècle.

Questions fréquemment posées

Qui a peint La femme maudite?

L’artiste français Octave Tassaert a peint La femme maudite en 1859. Il était célèbre pour avoir peint des scènes sexuellement manifestes ainsi que des scènes représentant la pauvreté, l’itinérance, la mort et le désespoir.

Qu’est-ce que La femme maudite À propos de la peinture ?

On ne sait pas quoi La femme maudite (1859) par Tassaert sens est, car il n’y a pas d’informations détaillées sur cette peinture. Cependant, de nombreux chercheurs ont débattu du fait qu’il pouvait être lié aux rôles de genre et à l’érotisme dans la société parisienne du XIXe siècle, décrivant peut-être un moment de plaisir sexuel accru dans le contexte des personnages issus d’un récit mythologique, ainsi que des allusions aux récits bibliques et histoires sur les femmes et la sexualité.

Où est La femme maudite Peindre maintenant ?

Il y a peu d’informations disponibles sur La femme maudite (1859) d’Octave Tassaert, ainsi que sur qui l’a acheté. L’artiste aurait vendu plusieurs de ses œuvres en 1863 au Père Martin, tandis que certaines de ses autres œuvres ont été collectionnées par d’autres.