Comment peindre cette scène de paysage néo-zélandais

Accueil » Comment peindre cette scène de paysage néo-zélandais
Art
Broche468
Partager1K
2K Actions

Dans cet article, je vous guide pas à pas dans mon Réflexions néo-zélandaises La peinture.

Cela a été fait à l’huile sur une toile de 20 × 24 pouces. Pour ceux d’entre vous qui peignent à l’acrylique ou à l’aquarelle, bon nombre des concepts fondamentaux s’appliquent toujours ; la principale différence entre les médiums est la façon dont vous appliquez la peinture.

Je couvre:

  • Travaux préliminaires

  • Étude des couleurs

  • Fournitures

  • Teinture et esquisse

  • Arbres sombres

  • Montagnes lointaines et terres restantes

  • L’eau et les reflets

  • Ciel et son reflet

  • Rock et raffinement de la peinture

  • Peinture finie

  • Points clés à retenir

  • Merci d’avoir lu!

Réflexions néo-zélandaises - étape par étape

(Bonus : Cliquez ici pour télécharger une copie PDF de ma feuille de triche sur la théorie des couleurs.)

Travaux préliminaires

Une grande partie du travail important se produit avant même que je ne prenne un pinceau. Des choses comme:

  • Adopter le bon état d’esprit ;
  • Analyser la photo de référence (ou le sujet dans la vie) ;
  • Identifier les problèmes et défis potentiels ; et
  • Visualisation du processus et de la peinture finie.

Je vais vous montrer ce que je veux dire en utilisant la photo de référence ci-dessous comme exemple.

Photo de référence de la Nouvelle-Zélande

Voici mes réflexions préliminaires :

  • Il y a un fort sentiment de contraste en termes de lumière et d’ombre.
  • La brume assise sur l’eau est une caractéristique clé (j’ai écrit sur la brume ici).
  • Le rocher principal au premier plan se fond dans les ombres environnantes.
  • Les ténèbres les plus sombres se trouvent autour des arbres sur les côtés gauche et droit.
  • Les lumières les plus légères sont les nuages, leurs reflets et la brume.
  • Sur la montagne, il y a un bord relativement dur et droit qui est créé par une ombre portée (voyez si vous pouvez la repérer au bas de la montagne). Dans la peinture, j’exerce ma licence artistique et j’exclus cette ombre, car elle semble gênante et peut dérouter les spectateurs.
  • La neige peut être difficile à peindre, car elle a une couleur locale de blanc (généralement une couleur difficile à représenter), elle est au loin (la perspective atmosphérique entre en jeu) et elle est dans l’ombre. Cette zone est sujette aux illusions de couleur.
  • Il y a un sentiment de clarté et de netteté dans le paysage. C’est quelque chose que je veux capturer dans la peinture.

Étude des couleurs

Pour les peintures plus grandes, j’aime explorer mes réflexions préliminaires à l’aide d’une petite étude de couleur. Cela me permet d’avoir une idée de la scène sans m’engager dans quelque chose de plus sérieux. Cela m’aide également à identifier les problèmes auxquels je devrais accorder plus d’attention dans le tableau principal.

L’idée de ces études n’est pas de créer une peinture finement rendue, il s’agit d’explorer les principales couleurs, formes et conceptions. Cela étant dit, ils peuvent finir par être assez charmants et picturaux (vous pourriez être agréablement surpris de ce qui se passe lorsque vous baissez votre garde et arrêtez de vous inquiéter du résultat final).

Réflexions néo-zélandaises (étude)

Fournitures

Vous pouvez en savoir plus sur les fournitures que j’utilise ici.

La photo ci-dessous vous donne une idée de mon atelier aménagé pour cette peinture. De gauche à droite, j’ai le tableau principal, la photo de référence sur ma tablette, et l’étude préliminaire. La palette est à gauche du tableau (hors de la photo).

Réflexions néo-zélandaises, étape par étape (7)

Teinture et esquisse

Comme la plupart de mes peintures, je commence par colorer la toile avec de l’ombre brute, suivie d’un croquis rapide mais soigné. Dans ce cas, je dessine également une grille trois par trois sur la peinture pour aider à l’esquisse (j’ai écrit plus sur le processus de dessin de la grille ici).

Réflexions néo-zélandaises, étape par étape (1)
Réflexions néo-zélandaises, étape par étape (2)

Arbres sombres

À partir de là, mon processus habituel consiste à bloquer librement les formes de couleur générales, puis à tout affiner. Cependant, il est facile de perdre le contrôle avec ce processus.

J’adopte une approche différente et plus prudente avec cette peinture – je commence et presque terminez une section, puis passez à la suivante.

Je commence par la forme la plus sombre et la plus imposante du tableau : le groupe d’arbres à droite. Il est important que je rende cette zone suffisamment sombre, car elle ancrera le reste du tableau.

Autour du bas, j’ajoute une petite touche de bleu clair pour indiquer le rivage exposé. Cette zone est dans l’ombre, je dois donc faire attention à la luminosité de cette couleur (vous voulez toujours que vos ombres soient voir comme des ombres).

Réflexions néo-zélandaises, étape par étape (3)

Montagnes lointaines et terres restantes

La prochaine étape logique dans la peinture est de commencer à travailler sur les ténèbres des montagnes lointaines. Ces obscurités semblent se fondre dans les obscurités des arbres, formant un lien subtil entre les deux zones.

Je travaille soigneusement à travers les ombres, car c’est une zone complexe et les montagnes sont un élément clé de la peinture.

Réflexions néo-zélandaises, étape par étape (4)

Je continue à cartographier le reste des ombres, la neige, la lumière frappant les montagnes sur le côté gauche et les autres arbres.

La neige est la partie la plus difficile. Si je me trompe, il se démarquera. J’ai plus de marge d’erreur avec d’autres domaines.

Je me concentre sur la capture de relation de la couleur de la neige par rapport aux couleurs environnantes qui sont déjà sur la toile. Cependant, comme vous pouvez le voir, seule une partie du tableau est remplie de couleur ; le reste est encore au stade de l’esquisse. Cela rend difficile de juger avec précision la couleur de la neige, surtout compte tenu de l’absence des couleurs du ciel au-dessus.

Pour le groupe d’arbres sur le côté gauche, il y a un arrangement complexe d’ombres, de reflets, de rochers, d’arbres, etc. Je fais de mon mieux pour simplifier cette zone jusqu’aux formes et formes de base, sans perdre les détails importants. Ce contraste net entre la lumière et l’obscurité est également important à capturer.

Réflexions néo-zélandaises, étape par étape (5)

L’eau et les reflets

J’adopte une approche légèrement différente pour l’eau. Avec de la peinture diluée, je bloque les formes principales avec une couleur principalement unie. Je veux capturer le sentiment d’immobilité dans l’eau, donc une peinture épaisse et une couleur cassée peuvent jouer contre moi dans ce domaine.

Remarquez également comment j’ai travaillé un peu plus sur le croquis sur le côté gauche. Je pense que c’est nécessaire compte tenu de la complexité des formes.

Réflexions néo-zélandaises, étape par étape (8)

Ciel et son reflet

Je laisse le ciel et son reflet pour la fin. Celles-ci sont importantes car ce sont, en gros, les zones les plus claires du tableau. Si je les rends trop clairs ou trop foncés, le reste de la peinture sera terne.

La couleur que j’utilise est un mélange de blanc de titane et de bleu cobalt. Le reflet est un peu plus sombre que le ciel lui-même. J’utilise également un pinceau légèrement différent pour la réflexion, ce qui donne des bords plus doux, moins de détails et des traits plus larges.

Réflexions néo-zélandaises, étape par étape (9)

Rock et raffinement de la peinture

Les gros rochers comme celui dans le coin inférieur gauche peuvent être étonnamment difficiles à peindre, principalement en raison de la forme maladroite et de tous les différents plans clairs et sombres.

Ce rocher est principalement dans l’ombre, mais il se redresse quelques lumière sur les plans supérieurs. Je commence par tracer soigneusement les ombres avec un bleu foncé terne. J’ajoute ensuite les tons moyens qui commencent à tirer vers le vert. Il n’y a pas de faits saillants dans ce cas.

Avec la roche peinte, toute la toile est remplie de couleur. Je passe un peu de temps à affiner ce qui est sur la toile, mais à ce stade, la plupart du travail acharné est terminé.

Réflexions néo-zélandaises, étape par étape (13)
Réflexions néo-zélandaises, étape par étape (15)
Réflexions néo-zélandaises, étape par étape (16)

Peinture finie

Après avoir peaufiné tous les détails et ajouté la brume, je signe le tableau en bas à gauche avec un bleu foncé.

Pour les peintures signées, je recherche des zones de couleur unie et de texture plate. Quant à la couleur, j’ai tendance à choisir l’une des couleurs principales utilisées tout au long du tableau. Ensuite, je vais plus clair ou plus foncé que la couleur de base pour créer un contraste. Je veux que ma signature soit claire, mais pas envahissante. Je prends également en considération l’équilibre général du tableau lorsque je décide quel côté du tableau signer.

Dan Scott, Réflexions néo-zélandaises, 2019, 700W
Dan Scott, Réflexions néo-zélandaises, 2019

Points clés à retenir

Voici quelques-uns des principaux plats à emporter de Réflexions néo-zélandaises:

  • La préparation est la clé ! Passez du temps à planifier et à visualiser la peinture finie. Cela vous évitera certaines erreurs et frustrations tout au long du processus de peinture.
  • N’ayez pas peur de changer votre approche de temps en temps. Avec cette peinture, j’ai adopté une approche plus contrôlée et prudente que ce que je fais habituellement.
  • Soyez prudent avec les illusions de couleur et les pièges. Dans ce tableau, la neige présente toutes sortes de problèmes pour ma perception des couleurs. Il a une couleur locale de blanc (généralement une couleur difficile à représenter), il est au loin (la perspective atmosphérique entre en jeu) et il est dans l’ombre. Cela rend très difficile de juger avec précision la couleur de la neige.
  • Assurez-vous d’adapter votre technique au sujet que vous peignez. J’ai utilisé différentes techniques pour la terre, le ciel, l’eau et la brume.

Merci d’avoir lu!

Merci d’avoir pris le temps de lire cette publication. Je vous en suis reconnaissant! N’hésitez pas à partager avec vos amis. Si vous voulez plus de conseils de peinture, consultez mon cours de l’Académie de peinture.

Bonne peinture !

Dan Scott

Académie de peinture de dessin


Lire aussi  Élément visuel – Texture