Ce que vous pouvez apprendre de ces peintures de paysages d’hiver de maître

Accueil » Ce que vous pouvez apprendre de ces peintures de paysages d’hiver de maître
Art
Broche1K
Partager66
2K Actions

Dans cet article, je vais jeter un œil à plusieurs peintures de maîtres de paysages d’hiver.

Malheureusement, je n’ai pas beaucoup de chance de peindre des paysages d’hiver enneigés. Il n’y a pas beaucoup de neige en Australie comme on pourrait s’y attendre. Mais la prochaine fois que je voyagerai dans la neige, je m’inspirerai des peintures de maître de cet article.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je tiens à réitérer que tout ce que vous apprenez de cet article peut être appliqué à d’autres sujets. C’est tout autant un article sur la façon de voir et analyser l’art comme il s’agit de peindre des paysages d’hiver.

(Bonus : Cliquez ici pour télécharger une copie PDF de ma feuille de triche sur la théorie des couleurs.)

Alfred Sisley, Une rue de village en hiver, 1893

Alfred Sisley, Une rue de village en hiver, 1893
Alfred Sisley, Une rue de village en hiver, 1893

Comme pour la plupart des œuvres d’Alfred Sisley, cette peinture montre un coup de pinceau très confiant et lâche. C’est une de ces peintures qui ne ressemblent pas à grand-chose de près, mais qui se rejoignent de loin.

En termes de composition, il y a un contraste intéressant entre les objets linéaires (étant les bâtiments et les clôtures) et les objets organiques (étant les arbres, les buissons et le sujet marchant sur le chemin). Les objets linéaires donnent également une forte impression de perspective à un point, toutes les lignes convergeant vers un point de fuite vers le milieu de la peinture.

Ce tableau est un excellent exemple de la façon de peindre le illusion de détails et de textures. Remarquez les murs du bâtiment – ils sont peints avec rien d’autre que des coups de pinceau dispersés et des couleurs brisées dans une plage de valeurs étroite. Vous devez également porter une attention particulière à l’utilisation des bords dans cette peinture. Les bords et les valeurs précises donnent au tableau une qualité de réalisme sans qu’il y ait vraiment beaucoup de détails.

Il y a une forte lumière chaude et une relation d’ombre froide. Cela indique que cela peut avoir été peint au lever ou au coucher du soleil. Cela est particulièrement évident dans la neige, qui est peinte avec des jaunes clairs dans la lumière et des bleus et des gris ternes dans l’ombre.

Isaac Levitan, L’hiver dans la forêt, 1885

Isaac Levitan, L'hiver dans la forêt, 1885
Isaac Levitan, L’hiver dans la forêt, 1885

C’est l’une des peintures les plus complexes d’Isaac Levitan. Il peignait généralement dans un style beaucoup plus lâche.

Il y a un fort thème vertical dans cette peinture, contrastant avec les lignes horizontales qui représentent le bas et le haut de la ligne des arbres. Les arbres rythment la peinture, un peu comme le battement des tambours dans la musique. Les petites plantes, les brindilles, le loup solitaire et d’autres détails ajoutent de l’intérêt et de la complexité, un peu comme un solo de violon dans une symphonie. Il existe de nombreux liens que vous pouvez établir entre la musique et l’art.

Lire aussi  Zoom sur la série Waterloo Bridge de Claude Monet

Pratiquement aucune couleur n’est utilisée. Au lieu de cela, il semblerait que Levitan se soit appuyé sur un fort contraste de valeur entre la lumière et l’obscurité pour créer de l’intérêt. Levitan a également organisé la plupart des valeurs en groupes soignés, formant un design notan fort.

Pointe: Si vous peignez avec une palette de couleurs terne, il est important que vous vous tourniez vers d’autres éléments comme la valeur ou le travail au pinceau pour susciter l’intérêt. Sinon, vous risquez de vous retrouver avec une peinture fade et peu attrayante.

Le sujet principal semble être le loup solitaire, qui est peint avec des détails fins. Cela semble contraster avec les arbres audacieux et imposants qui l’entourent.

Richard von Drasche-Wartinberg, Au cœur de l’hiver, 1923

Richard von Drasche-Wartinberg, Au cœur de l'hiver, 1923
Richard von Drasche-Wartinberg, Au cœur de l’hiver, 1923

Cette peinture a une agréable structure notan à trois valeurs, avec trois groupes de valeurs assez distincts; la neige pour le lumièresles arbres d’arrière-plan pour le tons moyens et le lac pour le les ténèbres. Il y a aussi quelques accents sombres disséminés dans le tableau qui représentent les arbres et les clôtures.

Remarquez l’utilisation intelligente de la forme dans la neige. Drasche-Wartinberg a simplifié la neige en formes claires et sombres distinctes. Cela indique que la neige est douce, pelucheuse et intacte. La plupart des autres peintures de cet article présentent une approche plus grossière de la peinture de la neige, avec des couleurs brisées et des coups de pinceau dispersés.

Les couleurs de cette peinture sont très froides, indiquant que c’était peut-être un jour couvert. Comme pour la peinture précédente de Levitan, la teinte n’est pas une caractéristique forte de cette peinture. Au lieu de cela, le contraste de valeur est fortement utilisé, car il existe principalement des tons bleus et verts différents.

Les petites plantes qui poussent à travers la neige vous guident dans la peinture. Ils représentent également un moyen simple d’ajouter un niveau de sophistication à la peinture sans avoir à faire tout ce travail. Sir Arthur Streeton l’a fait dans plusieurs de ses peintures. Il peignait avec de grandes formes solides, puis ajoutait quelques détails plus fins sur le dessus.

Une fois que vos yeux pénètrent dans le tableau, la rivière qui serpente, les poteaux de clôture et la disposition d’autres ombres et objets continuent de vous guider.

Ilya Efimovitch Répine, Paysage d’hiver, 1903

Ilya Efimovitch Répine, Paysage d'hiver, 1903
Ilya Efimovitch Répine, Paysage d’hiver, 1903

Cette peinture est beaucoup plus lâche que le travail que nous voyons généralement d’Ilya Repine. Mais il semble toujours très réaliste malgré le manque de détails complexes. Cela est dû aux valeurs précises et à l’utilisation de détails uniquement là où cela compte.

Repin a utilisé une variation subtile de saturation et de valeur pour créer une impression de profondeur parmi les arbres denses. Les arbres à l’arrière-plan ne sont rien de plus qu’un bloc de vert terne avec quelques fines lignes gris clair sur le dessus.

Lire aussi  Comment intégrer les tableaux de Luxe dans votre décor ?

La peinture est très chaude, ce qui donne une sensation terreuse et naturelle. Si je devais essayer de peindre cela, j’envisagerais d’utiliser des couleurs plus froides dans les zones les plus sombres de la peinture pour pousser la relation entre la lumière chaude et l’ombre froide. C’est toujours un exercice utile de réfléchir à ce que vous pourriez faire différemment, voire mieux, par rapport aux tableaux de maître.

Paul Gaugin, Village breton sous la neige, 1894

Paul Gaugin, Village breton sous la neige, 1894
Paul Gaugin, Village breton sous la neige, 1894

J’ai choisi ce tableau de Paul Gaugin en raison de la perspective maladroite utilisée. La plupart des autres peintures de cet article sont des compositions assez standard, mais cette peinture enfreint de nombreuses «règles».

Je pense qu’il est bon de peindre de temps en temps ces compositions maladroites. Ils peuvent briser votre pensée et vous éviter de peindre la même composition standard encore et encore.

Les maisons semblent écrasées dans la peinture, avec très peu d’espace négatif utilisé.

Les couleurs semblent boueuses, ce qui indique une neige sale et fortement piétinée. Il semble également y avoir un contraste subtil entre les lumières chaudes et les ténèbres froides.

Les bords durs utilisés pour délimiter la plupart des objets donnent à la peinture un aspect très stylistique sentir, un peu comme une illustration. Parfois, il est efficace de s’éloigner de peindre un sujet exactement comme vous le voyez afin de pousser un certain style. Faites juste attention si vous allez dans cette direction, car il est difficile de s’en sortir.

Points clés à retenir

  • Tu ne devrais pas juste utiliser du blanc de titane pur pour peindre la neige. En fait, le blanc pur ne devrait être utilisé que pour peindre les reflets les plus brillants de la neige. La couleur de la lumière éclairant le sujet déterminera la couleur de la neige.
  • Ces peintures d’hiver démontrent l’influence de la lumière sur les couleurs que nous voyons. Si vous ne comprenez pas la lumière, vous aurez du mal à bien utiliser la couleur.
  • Si vous peignez un sujet sans beaucoup de couleur, vous devez vous fier davantage au contraste de valeur.
  • Des détails subtils comme de petites plantes ou des rochers peuvent être utilisés pour ajouter un niveau de complexité et de sophistication sans vraiment faire grand-chose. Vous pouvez également utiliser ces détails pour attirer votre attention sur le tableau, comme dans le tableau de Drasche-Wartinberg.

Vous voulez en savoir plus ?

Vous pourriez être intéressé par mon cours de l’Académie de peinture. Je vais vous guider à travers les fondamentaux éprouvés de la peinture. Il est parfait pour les peintres débutants à intermédiaires.

Merci d’avoir lu!

Je vous remercie d’avoir pris le temps de lire ce message et j’espère que vous l’avez trouvé utile. N’hésitez pas à le partager avec vos amis.

Bonne peinture !

Dan Scott


Académie de peinture de dessin

À propos | Liste de fournitures | Messages en vedette | Des produits