Albert Bierstadt – Paysages vastes et lumineux

Accueil » Albert Bierstadt – Paysages vastes et lumineux
Art
Broche2K
Partager346
2K Actions

Albert Bierstadt (1830 – 1902) était un remarquable peintre germano-américain connu pour ses paysages vastes et lumineux. Dans cet article, je regarde de plus près sa vie et son art. Je couvre:

  • Faits saillants sur Albert Bierstadt

  • Un regard plus attentif sur certaines des peintures d’Albert Bierstadt

  • Merci d’avoir lu!

Albert Bierstadt, Parmi la Sierra Nevada, Californie, 1868
Albert Bierstadt, Parmi la Sierra Nevada, Californie, 1868

(Bonus : Cliquez ici pour télécharger une copie PDF de ma feuille de triche sur la théorie des couleurs.)

Faits saillants sur Albert Bierstadt

  • Il a montré un talent artistique dès son plus jeune âge, commençant par des dessins au crayon puis passant aux huiles dans la vingtaine. Il a proposé des cours de dessin dans son quartier, avec une de ses publicités déclarant : « De bonnes photos du premier coup, bien supérieures à leurs propres attentes ». Ce fut l’un des premiers signes d’une force entrepreneuriale qui conduira Bierstadt à la richesse et à la renommée plus tard dans sa carrière.
  • Son art est devenu populaire auprès de la communauté locale, à tel point qu’il a été parrainé par de riches particuliers pour se rendre en Allemagne et étudier à l’École des peintres de Düsseldorf. Son mentor devait être Peter Hasenclever, un parent éloigné de Bierstadt. Mais Hasenclever mourut au moment de l’arrivée de Bierstadt en 1853.
  • Il a ensuite sollicité les recommandations de deux artistes américains, Emanuel Leutze et Worthington Whittredge, pour étudier avec le peintre paysagiste Andreas Achenbach. Mais, Bierstadt n’a pas été jugé assez talentueux par les deux Américains. Bierstadt n’a pas été découragé par cela et a continué à pratiquer dans le studio de Whittredge. Il a fini par peindre Étude pour la lumière du soleil et les ombres (illustré ci-dessous) qui a impressionné Whittredge.
Albert Bierstadt, Étude pour la lumière du soleil et les ombres, 1855
Albert Bierstadt, Étude pour la lumière du soleil et les ombres, 1855
  • Il a peint plus tard une autre version nommée Lumière du soleil et ombre. Ce tableau marquait la direction que Bierstadt voulait donner à son art : épuré et stylisé.
Albert Bierstadt, Soleil et ombre, 1862
Albert Bierstadt, Soleil et ombre, 1862
  • Il était associé à la Hudson River School, un groupe d’artistes de premier plan qui se concentrait sur des paysages grandioses et romancés. Parmi les autres artistes du groupe figuraient Frederic Edwin Church, Thomas Cole et Thomas Hill. Mais, il semble y avoir des informations limitées sur l’implication réelle de Bierstadt avec l’école.
  • Ses deux frères deviennent des photographes à succès après avoir abandonné leur apprentissage du métier. Les frères ont aidé la carrière de Bierstadt en lui fournissant des photos de paysages à peindre.
  • il peint Guérilla, guerre civile en 1861 sur la base d’une photographie prise par son frère Edward Bierstadt et de ses propres brèves expériences de la guerre civile américaine. Il a fini par être rédigé en 1863 mais a payé quelqu’un pour être son remplaçant pendant la guerre.
Albert Bierstadt, Guerre de guérilla, 1862
Albert Bierstadt, Guerre de guérilla, 1862
  • Dans les années qui ont suivi, il a commencé à être acclamé par la critique et à s’enrichir grâce à son travail. Le sien Les Montagnes Rocheuses, Lander’s Peak s’est vendu en 1865 pour la somme faramineuse de 25 000 $. À ce moment-là, c’était le plus payé pour un tableau américain.
Albert Bierstadt, Les Montagnes Rocheuses, Lander's Peak, 1863
Albert Bierstadt, Les Montagnes Rocheuses, Lander’s Peak, 1863
  • Il a construit La caste des papillonsun manoir et un studio à New York qui surplombait la rivière Hudson. La caste des papillons se traduit par « boîte de peinture » en allemand. Au moment où Bierstadt vivait dans le manoir, sa carrière montrait des signes de déclin (le monde de l’art peut être un endroit cruel et instable). Le manoir et plusieurs de ses œuvres ont été détruits par un incendie en 1882. James Gurney a fait une excellente description du manoir ici.
Collection Bierstadt.  Bibliothèque.  Maison de Bierstadt à Irvington, photo de Charles Bierstadt
Collection Bierstadt. Bibliothèque. Maison de Bierstadt à Irvington, photo de Charles Bierstadt
  • Deux endroits ont été nommés en son honneur : le mont Bierstadt et le lac Bierstadt.
Albert Bierstadt, Lac Whyte, v.  1877
Albert Bierstadt, Lac Whyte, v. 1877

Un regard plus attentif sur certaines des peintures d’Albert Bierstadt

Je regarde de plus près certaines des peintures de Bierstadt ci-dessous. Vous remarquerez peut-être que beaucoup de ses peintures ont une composition et un style similaires. Il me semble qu’il a trouvé une formule qui fonctionnait et qu’il s’y est tenu. Qui pourrait lui en vouloir alors que cela lui a valu tant de succès et de richesse de son vivant.

De plus, la plupart de ces peintures sont très grand en personne et c’est un élément clé de leur attrait. Les photos ci-dessous ne leur rendent pas justice.

Le sien Printemps californien (ci-dessous) a une sensation lumineuse. Une puissante lumière blanche éclate à travers les nuages ​​dramatiques dans le ciel. Le ciel et les nuages ​​dominent la composition, seule une petite zone étant allouée à la terre en bas. Quelques vaches, arbres et fleurs sont illuminés au premier plan.

Bierstadt a peint avec des détails complexes dans presque toute la peinture, ne laissant presque rien à l’imagination. Mais il y a une certaine simplification utilisée en arrière-plan pour donner une idée de la perspective atmosphérique.

Albert Bierstadt, Printemps californien, 1875
Albert Bierstadt, Printemps californien, 1875

Paysage des Rocheuses présente un contraste spectaculaire entre les ténèbres presque noires et les lumières presque blanches. La lumière éclate à travers les nuages ​​et frappe les montagnes enneigées en arrière-plan.

Il y a un manque de perspective atmosphérique dans ce tableau. Tout est peint avec une netteté remarquable, y compris les sommets lointains des montagnes. Même les noirs presque noirs sont raffinés et détaillés.

Albert Bierstadt, Paysage des Rocheuses, 1870
Albert Bierstadt, Paysage des Rocheuses, 1870

La peinture ci-dessous représente une « tempête dans les montagnes » et une intéressante formation de nuages ​​circulaires. Les nuages ​​agissent comme un cadre naturel pour le sommet de la montagne au loin. Les oranges saturées contrastent avec les couleurs ternes du reste du tableau et représentent la lumière frappant la terre.

Albert Bierstadt, Tempête dans les montagnes, vers 1870
Albert Bierstadt, Tempête dans les montagnes, vers 1870

Bierstadt a pris une décision intéressante en laissant les ténèbres occuper la majeure partie du paysage dans le tableau ci-dessous. Il y a une sensation dramatique, presque irréelle dans la peinture.

Albert Bierstadt, Tempête dans les Montagnes Rocheuses, Mont Rosalie, 1866
Albert Bierstadt, Tempête dans les Montagnes Rocheuses, Mont Rosalie, 1866

La peinture ci-dessous suit la chute de Yosemite du sommet de la montagne à la base. Les hommes et les chevaux au premier plan donnent une idée de la grandeur du tableau.

Albert Bierstadt, Cho-Looke, la chute de Yosemite, 1864
Albert Bierstadt, Cho-Looke, la chute de Yosemite, 1864

Bierstadt s’est diversifié de temps en temps en termes de sélection de sujets. Ci-dessous, une composition de vague classique avec cette belle couleur turquoise où la lumière traverse le haut de la vague.

Albert Bierstadt, Le rivage de la mer turquoise, 1878
Albert Bierstadt, Le rivage de la mer turquoise, 1878

Vous trouverez ci-dessous deux des nombreuses peintures de coucher de soleil spectaculaires créées par Bierstadt. Ils sont similaires à ses autres paysages, mais au lieu d’une lumière claire et blanche venant du dessus, il y a une lumière puissante et chaude venant juste au-dessus de la ligne d’horizon. Personnellement, je pense qu’il aurait été plus efficace de laisser certaines des zones les plus sombres vagues et ambiguës, comme les tonalistes l’ont fait avec leurs peintures au coucher du soleil.

Albert Bierstadt, Coucher de soleil dans la vallée de Yosemite, 1869
Albert Bierstadt, Coucher de soleil dans la vallée de Yosemite, 1869
Albert Bierstadt, Coucher de soleil dans les Rocheuses, 1866
Albert Bierstadt, Coucher de soleil dans les Rocheuses, 1866

Ci-dessous, un simple paysage du début de la carrière de Bierstadt. Je préfère ce tableau aux tableaux plus grandioses et raffinés qu’il réalisera plus tard dans sa carrière. Le coup de pinceau est plus lâche et plus pictural, surtout dans le ciel. Il semble qu’il était moins concentré sur la poussée du drame et du style dans cette peinture.

Albert Bierstadt, Scène au Tyrol, 1854
Albert Bierstadt, Scène au Tyrol, 1854

Merci d’avoir lu!

Merci d’avoir pris le temps de lire cette publication. Je vous en suis reconnaissant! N’hésitez pas à partager avec vos amis. Si vous voulez plus de conseils de peinture, consultez mon cours de l’Académie de peinture.

Bonne peinture !

Dan Scott

Académie de peinture de dessin


Lire aussi  La quête du magasin de bricolage parfait à Toulouse