Regardons de plus près le parapluie de Marie Bashkirtseff

Accueil » Regardons de plus près le parapluie de Marie Bashkirtseff
Art
Broche443
Partager25K
25K Actions

Dans cet article, je regarde de plus près le travail de Marie Bashkirtseff Jil parapluie. Une peinture subtile mais puissante. Bashkirtseff l’a peint au début de la vingtaine, juste un an environ avant de mourir à 25 ans. Je couvre :

  • Qui est la fille?

  • Simplification

  • Structure de valeur

  • Couleurs ternes et changements subtils

  • Écart de bord

  • Points clés à retenir

  • Merci d’avoir lu!


Marie Bashkirtseff, Le Parapluie, 1883
Marie Bashkirtseff, Le Parapluie, 1883

Qui est la fille?

Il y a peu d’informations entourant cette peinture; Je l’ai choisi en fonction de la technique plutôt que de toute signification en coulisse. Mais il y a quelques indices dans les nombreuses entrées de journal laissées par Bashkirtseff. Elle était un écrivain prolifique, complétant des milliers de pages au cours de sa courte vie. Une version condensée de son journal se trouve dans Je suis le livre le plus intéressant de tous.

Les entrées de son journal suggèrent que la peinture représente une petite fille d’un orphelinat local. Le 23 août 1882, elle écrivit : « Je me suis promenée à la recherche de photos. Je suis allé deux fois à l’orphelinat. Le directeur est déjà un ami et les enfants se sont pressés autour de moi lors de la deuxième visite pour les bonbons que je distribuais.

Elle a commencé à peindre Le parapluie peu de temps après, selon sa lettre du 29 août 1882, « je peins une petite fille avec ses jupes noires sur les épaules et un parapluie ouvert. Je travaille dehors et il pleut constamment. (La source)

Cette interprétation est logique, avec les couleurs ternes, l’expression endormie de la fille et ses vêtements épais et noirs. Il y a un sentiment de difficulté à ce sujet. Une fille innocente dans un monde dur.

Simplification

La simplification joue un rôle essentiel dans ce tableau. Remarquez le contraste agréable entre le visage détaillé et le reste du tableau. Il n’y a aucun doute sur le point focal.

Le parapluie, les vêtements et l’arrière-plan ne sont rien de plus que de simples formes de couleur. Ils retombent, permettant au visage de la fille d’attirer votre attention.

Cependant, ces zones de fond ne sont pas moins importantes. Ils jouent simplement un rôle différent dans la peinture, celui de mettre en scène, d’attirer votre attention vers le visage de la fille et de créer des motifs abstraits.

Notez également l’utilisation de la simplification pour les cheveux de la fille. Bashkirtseff n’a pas essayé de peindre chaque mèche de cheveux. Au lieu de cela, elle a peint les cheveux en grappes.


Marie Bashkirtseff, Le Parapluie, 1883 (gros plan 1)

Structure de valeur

La peinture est construite sur une structure de valeur forte, comme une maison est construite sur une fondation solide, des murs et des cadres. Ci-dessous, la peinture en niveaux de gris. Cela réitère le contraste entre les traits délicats du visage et le style relativement impétueux utilisé pour le reste de la peinture.

Portez une attention particulière à l’utilisation de petits accents sombres autour des yeux, du nez et des lèvres. Ils aident ces traits délicats à se démarquer du reste du visage.


Marie Bashkirtseff, Le Parapluie, 1883 - Niveaux de gris

La peinture est composée de plusieurs groupes de valeurs (zones de valeur similaire). Les ténèbres font partie du parapluie et des vêtements. Les tons moyens constituent l’arrière-plan, des parties du parapluie et des parties du visage. Et il y a quelques reflets sur le visage, notamment le front.

À l’aide de Photoshop, j’ai créé un notan à 3 valeurs pour vous montrer les regroupements de valeurs générales :


Marie Bashkirtseff, Le parapluie, 1883 (Postériser)

Il s’agit d’une version extrêmement abstraite de la peinture. Pas de détail, pas de coup de pinceau visible, pas de bords ; seulement trois groupes de valeurs.

Remarquez l’asymétrie du dessin, bien que la fille soit positionnée directement au centre. L’arrière-plan et le parapluie jouent un rôle important en perturbant la symétrie de la fille.

Une autre observation clé est la façon dont le parapluie et les vêtements forment une forme solide et sombre. Il s’agit d’une simplification utilisant la valeur de deux objets distincts et de les fusionner en une seule forme. Nous savons où s’arrêtent et commencent le parapluie et les vêtements; nous n’avons pas besoin d’être montrés.

Couleurs ternes et changements subtils

En termes de couleur, c’est une peinture terne, avec principalement des gris, des noirs et des tons de peau faibles. Cela convient à l’atmosphère maussade. Comme Bashkirtseff l’a écrit à propos de ce tableau, « Je travaille dehors et il pleut constamment. » Vous pouvez le sentir à travers les couleurs ternes.

Il est difficile de travailler avec une utilisation aussi restreinte de la couleur. Vous avez moins de place pour travailler et toute exagération de couleur se démarque (un peu trop de rouge sur les lèvres ou de rose sur les joues serait choquant à regarder). Bashkirtseff a fait preuve d’un talent et d’un contrôle remarquables pour un si jeune artiste.

L’attention est à nouveau attirée vers le visage avec relativement plus de couleur utilisée. Dans l’image ci-dessous, à gauche se trouvent certaines des couleurs utilisées pour le visage et à droite, certaines des couleurs utilisées dans le reste du tableau.

Portez une attention particulière aux changements subtils de couleur sur le visage de la fille. Chaque changement de couleur marque un changement significatif dans la structure. Et les joues, les lèvres et le nez roses de la fille évoquent sa jeunesse. Ses lèvres étant la couleur la plus saturée du tableau.


Marie Bashkirtseff, Le Parapluie, 1883 (Couleur)

Écart de bord

Cette peinture est une masterclass en variance de bord. Les bords sont ce qui permet à vos yeux de faire la transition tout au long d’une peinture.

J’indique les différents bords durs, mous et perdus dans l’image ci-dessous.

Les bords mous et perdus aident à fusionner les vêtements sombres et le parapluie en une seule forme, même s’il s’agit d’objets distincts.

La majeure partie du visage est peinte avec des bords doux, donnant une apparence douce, jeune et féminine. Cependant, certaines arêtes dures sont utilisées autour des yeux, des lèvres et de la bouche pour aider à accentuer ces caractéristiques.

Les bords doux permettent aux cheveux de la fille de couler doucement dans l’obscurité du parapluie. Cela fournit un lien important entre l’arrière-plan et le visage de la fille (le point focal).

Les bords durs gardent les formes abstraites (parapluie, vêtements et arrière-plan) nettes et distinctes.


Marie Bashkirtseff, Le parapluie, 1883 (bords)

Points clés à retenir

  • La vie est courte. Déterminez ce que vous voulez faire et prenez des mesures pour y parvenir.

« Je suis résolu à être un grand artiste et je le serai. » Marie Bashkirtseff (Source)

  • Quelle est la grande idée de votre tableau ? Concentrez-y votre attention et simplifiez le reste.
  • Le réalisme est étroitement lié à des valeurs exactes.
  • Vous pouvez faire une déclaration puissante avec des couleurs ternes.
  • Le contraste est tout en peinture. Simplifié/détaillé. Doux dure. Coloré/terne. Organique/géométrique.

Merci d’avoir lu!

Merci d’avoir pris le temps de lire cette publication. Je vous en suis reconnaissant! N’hésitez pas à partager avec vos amis. Si vous voulez plus de conseils de peinture, consultez mon cours de l’Académie de peinture.

Bonne peinture !

Dan Scott

Académie de peinture de dessin


Lire aussi  Comment créer et vendre des tirages de votre art