Vincent Van Gogh.



English Website

Les Peintres

Analyses :
La Nuit Étoilée.   Terrasse du Café le Soir.

Champ de Blé au Corbeaux   L'Eglise d'Auvers sur Oise.

Nuit Etoilée sur le Rhône
















Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     Qui sommes nous ?   Liens 

Laisser un commentaire ou un avis : 


  Nom ou Pseudo : 

  2 + 2 :    (Anti robots)

 Nom du Tableau ou Thème :   Artiste :


 Donnez une note sur 20 :    (Facultatif). 

 Commentaire : 

  





1/ Votre adresse mail ne serra pas visible, 

2 /Nous n'utilisons pas les adresses mails, 
sauf pour répondre en privé si besoin.

Voir guide sur votre navigation ici.

Il n'y a pas de cookies ici ! Téléchargez cookieviz

Bien des sites que vous utilisez chaque jour ne respectent même pas cela...  

Les Sites sont déclarés à la
CNIL. (Depuis 2002 et 2006). Même si cela n'est plus obligatoire. 

Vincent Van Gogh (1853-1890)

Au tout début les échecs répétés de Van Gogh, sentimentaux et professionnels, le plongent dans une crise dont il essaie de sortir grâce au dessin. Ce sont les œuvres de Jean François Millet qui lui servent de modèle. Ainsi les travaux des champs, les paysans au labeur, semant bêchant ou plantant des pommes de terre, constituent une bonne part de son œuvre entre 1882 et 1885. On découvre aussi des scènes de genre, la vie quotidienne des petites gens, comme les mangeurs de pommes de terre qui demeure la toile emblématique de cette période. 

Vincent qui a vécu lui-même dans la plus grande pauvreté, se prend de compassion pour les petites gens, pour les gens du peuple, il devient peintre social et les paysans, les fileuses, les raccommodeuses de filets, les tisserands sont ses sujets préférés. Pourtant l’artiste commence aussi à s’intéresser aux paysages et parmi des portraits toujours réalistes on remarque des champs de tulipes ou les quais d’Anvers.
Les allées et les paysages d’automne dans des tons plus ou moins lumineux, les arbres, et quelques portraits semblables à des natures mortes comme le crâne à la cigarette qui est une vanité lui permettent de s’exprimer dans un registre classique, où la construction des toiles est précise et rigoureuse. Des portraits de paysannes et de filles du peuple, de femmes ou d’hommes lui permettent d’acquérir des qualités de portraitiste et d’aguerrir ainsi son œil.

La principale caractéristique de cette "période hollandaise" de Van Gogh est l'utilisation d'une palette aux coloris sombres, terreux. 
Le 20 février 1886 Vincent arrive à Paris et découvre les premières semaines les toiles des impressionnistes. Dés ce moment son style va évoluer…

Dans les natures mortes, les portraits, les paysages, la palette s’éclaircit et la touche se fragmente. Il fait la connaissance de Monet, Renoir, Sisley, Degas, Signac, Toulouse Lautrec, Gauguin et Seurat, il se lie d'amitié avec Pissarro et avec un de ses fils Lucien ainsi qu’avec Émile Bernard. Sous l'influence des impressionnistes le coloris de ses natures mortes et de ses tableaux de fleurs devient plus clair et plus vivant. 
Peu à peu, Vincent reprend à son compte les thèmes chers aux impressionnistes. Les vues de Paris, les canots, le jardin du Luxembourg, les sujets dans la nature, les terrasses des restaurants, Montmartre et des natures mortes. 

Par rapport à la « période hollandaise » la palette de Vincent dans sa « période impressionniste » est bien plus claire, les couleurs sont plus vives. On note surtout l’apparition de jaunes de verts et de bleus très clairs. Ces mêmes couleurs se retrouvent à l’identique dans les 
« japonaiseries », tableaux inspirés d’estampes japonaises que Vincent peint en 1887. L’influence des Maîtres de l’Ukiyo-e, le « monde flottant », surtout Hiroshige et Hokusai doit être parfaitement appréhendée pour bien saisir l’évolution du style de Van Gogh. 

Dans l’estampe japonaise écriture et peinture sont intimement mêlées puisque de l'écrit s'ajoute au jeu graphique des lignes peintes représentant les éléments du paysage.
Il y a des à-plats de tons francs et généralement des arabesques ou des spirales refermées sur elles-mêmes. La différence d'échelles entre les sujets induit une la profondeur spatiale. Ces estampes sont le plus souvent construites selon un étagement de plans horizontaux successifs.