English Website

 


Toutes les Analyses


Jacques Louis David. (1748-1825).
Le Serment du Jeu de Paume. (20 Juin 1789). 







Laisser un commentaire ou un avis.  


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
   
 Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.
 


Jacques Louis David.
(1748-1825). Le Serment du Jeu de Paume. (20 Juin 1789). 

Le 20 juin, lorsque les députés du tiers état se présentent pour une réunion des États généraux à la salle des Menus-Plaisirs du palais de Versailles, ils trouvent la porte fermée. Ceci présage de leur renvoi prochain, ils se rassemblent donc à l’instigation de Joseph Ignace Guillotin, dans la salle voisine du Jeu de paume et la réunion débute vers 10h30. Au cours des débats, présidés par Jean Sylvain Bailly, Jean-Joseph Mounier déclare que : « les représentants de la nation doivent se lier au salut public et aux intérêts de la patrie par un serment solennel ». Immédiatement, les députés Antoine Barnave et Le Chapelier rédigent la formule du serment. Dans un grand enthousiasme, les 600 députés présents prêtent le serment « de ne jamais se séparer et de se rassembler partout où les circonstances l’exigent, jusqu’à ce que la constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides ».
Le roi est contraint de céder et, le 9 juillet, les trois états réunis sont érigés en Assemblée nationale constituante. La souveraineté devient populaire.

Le point de vue est situé sur l’orateur central. Puis l’œil est attiré par les députés prêtant serment le bras tendu et le trio symbolique au premier plan. 

Le député Jean Sylvain Bailly qui lit le serment se trouve juste en dessous du centre géographique de l’œuvre, encadré par 4 points naturels d’intérêt. 

Il y a 2 espaces distincts. L’assemblée où a lieu le serment. Le cadre constitué du mur du fond, des ouvertures et de la population. 

La perspective est centrale la toile est construite sur les 2 diagonales. De chaque côté les bras des députés prêtant serment montrent le centre et l’orateur. 

Détails : 

Les députés sont survoltés et dans un grand état de liesse. 


Ce trio est symbolique il représente la clergé, la noblesse et le tiers-état. 

L’orateur central, Jean Sylvain Bailly, lit le serment en levant la main dans un geste solennel 

Lumière : 

La lumière provient du haut à gauche, elle semble suivre le vent derrière le rideau et symbolise le souffle populaire. 


Couleurs : Contraste entre couleurs chaudes et froides.

Toiles Similaires : 

Jacques Louis David. Le Serment des Horaces. (1784).

Jacques Louis David. La Mort de Marat. (1793).

Jacques Louis David. L’ Enlèvement des Sabines. (1799).