English Website





Toutes les Analyses



Vincent Van Gogh, La Nuit Étoilée. (1889).





Post Impressionnisme


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 




Vincent Van Goght. la Nuit Étoilée. 1889. Tableau à la loupe, zoom.


Tous les Tableaux à la Loupe. Zooms.





Envoyer cette page à un(e) ami(e)   Recevez une reproduction

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     Qui sommes nous ?   Liens 




Laisser un commentaire ou un avis : 


  Nom ou Pseudo : 

  2 + 2 :    (Anti robots)

 Nom du Tableau ou Thème :   Artiste :


 Donnez une note sur 20 :    (Facultatif). 

 Commentaire : 

  





1/ Votre adresse mail ne serra pas visible, 

2 /Nous n'utilisons pas les adresses mails, 
sauf pour répondre en privé si besoin.

Voir guide sur votre navigation ici.

Il n'y a pas de cookies ici ! Téléchargez cookieviz

Bien des sites que vous utilisez chaque jour ne respectent même pas cela...  

Les Sites sont déclarés à la
CNIL. (Depuis 2002 et 2006). Même si cela n'est plus obligatoire. 




Vincent Van Gogh, La Nuit Étoilée. (1889).

La toile a été peinte en juin 1889 alors que depuis le 8 mai 1889, Vincent a décidé de lui-même d'entrer dans un asile près de Saint-Rémy-de-Provence où il va rester une année. L'œuvre au premier regard est extrêmement chaotique, tout est en mouvement. Pour cette raison il a été écrit que cette toile est le reflet de l'état pathologique de Vincent, le tableau est souvent qualifié d'œuvre morbide qui annonce le suicide de l'artiste l'année suivante, cette interprétation a toujours dominé. C'est oublier que pour Vincent " la folie est salutaire " ce qu'il désire avec ses volutes et ses tourbillons c'est nous aspirer dans la nature comme lui-même se sent aspiré car il perçoit la force qui y réside. La nature est ici représentée comme une puissance céleste où l'homme est absorbé physiquement : " jusqu'à l'extrême point où le vertige est inévitable ". Pour ressentir ces forces il faut aller chercher au fond de soi même cet endroit où l'être humain se sent totalement impliqué dans l'univers, dans la nature et dans l'humanité. Vincent l'a fait et l'a ressenti. Ceux qui ne savent pas le faire ne le ressentent pas et ne le comprennent pas. 

Le point de vue su spectateur est assez haut il se situe au niveau du ciel.
La ligne d’horizon est basse, le village est en contrebas. 

Van Gogh utilise les lignes de force pour délimiter l’espace pictural.
Le village occupe le tiers inférieur le ciel les 2 tiers supérieurs.

Une étoile et le point de rencontre entre deux spirales se trouvent sur les points naturels d’intérêt supérieurs. 
Il existe 3 plans étagés les uns sur les autres. Le cyprès au 1er plan, le village au second plan, le ciel à l’arrière plan.
L’influence des Maîtres japonais de l’Ukiyo-e, le « monde flottant », surtout Hiroshige et Hokusai doit être parfaitement comprise pour bien saisir la manière de Van Gogh. Dans ces estampes japonaises il y a des à-plats de tons francs et généralement des arabesques ou des spirales refermées sur elles-mêmes. La différence d'échelles entre les sujets induit la profondeur spatiale et les estampes sont le plus souvent construites selon un étagement de plans horizontaux successifs. 
Si Vincent a été très influencé par les Maîtres japonais du monde flottant il ne faut pas s’étonner des spirales et des arabesques ni du fait que la toile semble en mouvement. Les penseurs si intelligents avant de parler de psychose et de maladie mentale transposée sur la toile aurait se documenter sur la peinture japonaise… 
Van Gogh utilise des lignes sinueuses, des volutes, des arabesques, des spirales des enroulements et des circonvolutions pour aspirer le regard du spectateur au plus profond de la nature. Il reproduit ce qu’il connait des maîtres japonais. Mais aussi et surtout il fragmente sa touche. Il est l’ami de Camille Pissarro qui bien avant sa période pointilliste fragmente déjà les couleurs et de Paul Signac peintre pointilliste qui utilise dans ses œuvres des milliers de petites touches pour reproduire les couleurs. Vincent a vu et connait leurs œuvres. Il adapte leur style à sa démarche car pour déclencher de l’émotion rien n’est plus efficace qu’une touche fragmentée. 

Cette énorme spirale centrale a l’effet d’une vague de l’océan sur l’œuvre, elle se divise en deux parties et induit le mouvement tournoyant. 

L’église et son clocher sont eux aussi déformés et semblent bouger comme tout ce qui est présent sur la toile. Ce n’est pas une aspiration de l’artiste vers l’au-delà comme cela a été dit et écrit. Comment cet édifice qui pointe vers le ciel pourrait rester droit avec ce qu’il se passe autour ? 

Ce cyprès au premier plan, fait de lignes sinueuses, semble torturé comme s’il se trouvait en plein cyclone. En fait ses branches reproduisent au sol ce qu’il se passe dans le ciel. 

La lune en haut à droite est l’équivalent d’un soleil, comme les étoiles elle produit énormément de lumière mais ne la diffuse pas. Le peintre veut aspirer et non projeter. 
Lumière :
La lune et les étoiles illuminent le ciel mais ne diffusent pas de lumière vers le sol.
La lumière reste dans le ciel. Pour exprimer l’éclat et la brillance des étoiles le peintre fractionne sa touche en cercles concentriques. Alors que la toile est construite sur la diagonale montante de gauche à droite un immense fleuve de lumière la traverse au bas du ciel de droite à gauche séparant ainsi un ciel très lumineux du paysage plutôt dans la pénombre. 
Couleur : 
Le ciel et le paysage baignent dans de multiples tons de bleus qui contrastent avec le jaune doré de la lune et des étoiles. 
Le bleu est une couleur spirituelle qui symbolise la force de l’esprit c’est une couleur froide mais supérieure qui indique la sérénité et la tempérance, le jaune est une couleur chaude, claire gaie et douce elle contient une chaleur solaire vivifiante et pénétrante. Donc si quelqu’un a vu dans cette toile une sorte d’appel morbide, un élan vers la mort et vers l’autodestruction il a mal perçu les couleurs. Vincent veut certainement nous aspirer vers l’infini qu’il ressent à travers la nature mais celui-ci n’est pas négatif au contraire il est salutaire et libérateur. 
Harmonie et Contraste.
Le report des couleurs utilisées pour élaborer la toile sur le cercle chromatique indique une harmonie entre couleurs froides et un contraste entre couleurs complémentaires. 

Toiles similaires : 

Vincent Van Gogh. La nuit Étoilée sur le Rhône. (Sept 1888). 
Cette toile de Septembre 1888 est antérieure à la Nuit Étoilée peinte dans la nuit du 17 au 18 Juin 1889. Le tableau a été peint à Arles sur les bords du Rhône. L’œuvre est plutôt d’inspiration impressionniste, très contrastée les bleus du ciel et de l’eau s’opposent aux jaunes et aux dorés des étoiles et aux reflets de l’éclairage de la ville dans le fleuve. Surtout il n’y a pas de spirales, seuls les reflets dans l’eau induisent une déformation naturelle. En contemplant le tableau on pense immédiatement à la toile de Camille Pissarro Le Boulevard Montparnasse vu de nuit. 

Edward Munch. Le Cri. (1893). 
Cette toile de Munch est probablement à l’origine de toutes les interprétations erronées de la Nuit Étoilée de Van Gogh. Il y a aussi des spirales et des lignes sinueuses et l’œuvre représente vraiment un malaise, une angoisse, la peur de la mort ou de la maladie. Le personnage central se prend la tête entre les mains et semble se boucher les oreilles pour échapper au cri de la vie. Les lignes ondulantes expriment bien l’angoisse et l’anxiété et un véritable vertige. C’est un cri intérieur que l’artiste représente. La toile de Vincent est tournée vers l’extérieur et la nature pas du tout vers l’intérieur mais par comparaison les deux toiles ont été souvent associées. Ceci a provoqué une perception faussée de la Nuit Étoilée de Van Gogh.

Le Peintre Beaudier. Révélation. (2011).
Vincent sent la force qui réside dans la nature et il veut aspirer le spectateur dans l’œuvre. Pour le Peintre Beaudier le but est le même partager l’émotion ressentie face à la nature mais lorsque Van Gogh aspire Le Peintre Beaudier et son mouvement Structurelliste projette. Le but est le même mais les moyens sont différents et même inversés.