English Website



Toutes les Analyses


Edward Hopper. Noctambules. (1942). Réalisme.









Exposition. Edward Hopper. Grand Palais, Galeries nationales. 
Du 10 octobre 2012 au 28 janvier 2013. Site Web : 

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     Qui sommes nous ?   
 Liens 

Laisser un commentaire ou un avis : 


  Nom ou Pseudo : 

  2 + 2 :    (Anti robots)

 Nom du Tableau ou Thème :   Artiste :


 Donnez une note sur 20 :    (Facultatif). 

 Commentaire : 

  





1/ Votre adresse mail ne serra pas visible, 

2 /Nous n'utilisons pas les adresses mails, 
sauf pour répondre en privé si besoin.

Voir guide sur votre navigation ici.

Il n'y a pas de cookies ici ! Téléchargez cookieviz

Bien des sites que vous utilisez chaque jour ne respectent même pas cela...  

Les Sites sont déclarés à la
CNIL. (Depuis 2002 et 2006). Même si cela n'est plus obligatoire. 

Edward Hopper. (1882 – 1967). Noctambules. (1942). Réalisme.

Nighthawks en anglais est littéralement une conversation de nuit mais la toile est traduite sous le titre Noctambules ou Les Oiseaux de nuit. La scène se déroule dans un bar restaurant de centre-ville, tard dans la nuit. C'est non seulement le plus célèbre tableau de Hopper, mais également l'un des plus marquants de l'art américain. Le tableau aurait été inspiré à Hopper par une nouvelle d'Hemingway publiée en 1927 et intitulée The Killers, dans laquelle deux tueurs attendent en vain leur victime, un ancien boxeur dans un bar. Le restaurant existe à New York Greenwich Avenue et Hopper le fréquentait souvent. Une forte tension se dégage de l’œuvre, les expressions et les postures figées peuvent laisser présager le déroulement d'un drame. Cinéphile, l’artiste s’est nourri des films de l’âge d’or hollywoodien des années 1930 et 1940. Ce qui caractérise ce tableau, c’est la narration. Lorsque Robert Siodmak adaptera Les tueurs à l’écran en 1946, il s’inspirera à son tour de ce tableau pour la séquence d'ouverture. Interrogé sur le sens que l’on pouvait donner à ses œuvres, Hopper, lors d’une interview donnée à une radio américaine en 1961, refusait d’y voir l’expression d’une "quelconque mentalité américaine", ajoutant encore que c’était au spectateur d’en tirer sa propre interprétation. 

Le point de vue du spectateur est situé au niveau des personnages. 

L ‘angle de la rue est situé sur la ligne de force gauche entre 2 points naturels d’intérêt. 3 personnages se trouvent sur la ligne de force droite prés de 3 points naturels d’intérêt. Un personnage est centré. 

Les zones claires et les zones sombres sont parfaitement délimitées. 

La grande diagonale montante de gauche à droite isole les personnages du décors et de la rue. 

Détails : 

Un couple ou un homme abordant une femme ? Comme le dit Hopper à chacun de faire son interprétation… 

Seul, invisible car de dos, ce personnage est de loin le plus inquiétant. 

Le serveur semble occupé derrière son comptoir et en même temps il parle au couple sur sa droite. 


Lumière : La lumière provient des néons du restaurant. Elle vient du haut. Elle se reflète vers l’extérieur et éclaire la rue. 

Couleurs : Harmonie entre couleurs chaudes. 

Toiles Similaires : 

Edward Hopper. La Maison près de la Voie Ferrée. (1847). 


Edward Hopper. Soirée d’ Été. 

Edward Hopper. Le Port de Gloucester.(1926).