Gustav Klimt.   



English Website


Toile Analysée : Le Baiser

Les Peintres











                               
Envoyer cette page à un(e) ami(e)
     
    

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     Qui sommes nous ?   Liens 




Laisser un commentaire ou un avis : 


  Nom ou Pseudo : 

  2 + 2 :    (Anti robots)

 Nom du Tableau ou Thème :   Artiste :


 Donnez une note sur 20 :    (Facultatif). 

 Commentaire : 

  





1/ Votre adresse mail ne serra pas visible, 

2 /Nous n'utilisons pas les adresses mails, 
sauf pour répondre en privé si besoin.

Voir guide sur votre navigation ici.

Il n'y a pas de cookies ici ! Téléchargez cookieviz

Bien des sites que vous utilisez chaque jour ne respectent même pas cela...  

Les Sites sont déclarés à la
CNIL. (Depuis 2002 et 2006). Même si cela n'est plus obligatoire. 

Gustav Klimt (1862-1918).

Peintre et graphiste autrichien c’est le principal représentant de l’Art Nouveau ou Jugendstil.
Né à Baumgarten (près de Vienne) il est le fils aîné d’un orfèvre ciseleur tandis que sa mère poursuit une carrière lyrique,il entre à l’école des Arts Appliqué de Vienne où il devient l’élève de Ferdinand Laufberger maître et chef de file du style décoratif viennois.
Tout comme lui, l'un de ses frères devient peintre.
Ses premières œuvres sont d’influences néo-classiques dans une forme assez académique. Il s’inspire surtout de Hans Makart. 
En 1883 il ouvre avec son frère Ernst et le peintre Franz Matsch un atelier de décoration murale. Il y réalise des fresques et des rideaux de théâtres au goût très marqué pour le détail naturaliste. Il réalise aussi des fresques théâtrales. Klimt gardera toute sa vie ce goût pour 
les oeuvres de grandes tailles, presque monumentales. Après le décès de son frère et de son père, ce qui le plonge dans une crise profonde, alors même que son travail connaît un grand succès et que la reconnaissance est au rendez vous avec de nombreuses récompenses.
Mais Klimt demeure insatisfait, trouvant que son art demeure trop proche d'une expression stylisée, qu'il considère comme surfaite, 
héritée d'un temps qui n'est plus ou qui ne sera plus…
A partir de 1897, il entre dans une période extraordinairement créatrice qui le verra réaliser plus de 4000 dessins en moins de cinq 
ans. Ses thèmes sont alors l'érotisme, l'amour et la représentation du corps humain dans toute sa fragilité.
Il s’éloigne peu à peu de la tradition académique et fonde en 1887 la Sécession viennoise avec, entre autre, les peintres Joseph Maria Olbrich 
et Joseph Hoffmann. 
Cette même année 1897, il rencontre Emilie Flöge, qui demeurera sa compagne jusqu'à la fin de sa vie et dont il ne 
réalise que deux portraits.
Il peint en 1898 le célèbre tableau Pallas Athénée qui marque en quelque sorte cette émancipation de Gustav Klimt par rapport 
à l'art officiel. Sous un mode ironique, il détourne la représentation traditionnelle du sujet en montrant sous le visage de la déesse aux traits d'une femme fatale, une gorgone qui tire la langue. Cette toile fût l'objet de l'affiche de la première exposition de la "Sécession" en 1898.
A l'aube du XXe siècle, il commence à exposer partout en Europe et à y trouver une reconnaissance que l'Autriche ne lui accorde plus.
Les œuvres sont orientées contre l’historicisme et l’art officiel. La Sécession prône une renaissance des arts contre l'ordre moral.
Les tableaux de cette période sont symbolistes et souvent fortement teintés d’érotisme. Ils sont mal accueillis par la critique. Le cycle symbolique du plafond de l'université de Vienne, La Philosophie, La Médecine et La Jurisprudence (1903), toiles détruites en 1945, provoquent une polémique par la crudité de leur érotisme et l’asymétrie de leur composition. 
Ces années 1902-1903 constituent un tournant dans l'oeuvre de Klimt, et une période d'intense créativité.
Il entame la réalisation de son Cycle d'Or avec les Serpents d'Eau, le Portrait d'Adèle Bloch-Bauer, et Danaé.
Les corps sont raffinés et maniérés, ils forment un contraste singulier avec les motifs précieux et scintillants en mosaïque qui couvrent la toile et dont ils semblent surgir.