Giuseppe Arcimboldo

         


English Website




 Le CD Rom Arcimboldo et le Maniérisme. 


Arcimboldo : Toiles Analysées.    Les Peintres    Les Analyses

Le Printemps           Le Feu        L'Hiver          L'Air           La Terre              Vertumus    

  Le Jardinier       Le Libraire

Corbeille de fruits        L'Été      L'Automne      L'Eau       Le Sommelier       

4 Saisons, une Tête
       Le Juriste


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique
 Contactez-nous     Qui sommes nous ?   Liens  






Laisser un commentaire ou donnez votre avis : 


  Nom ou Pseudo : 

  2 + 2 :    (Anti robots)

 Nom du Tableau ou Thème :   Artiste :


 Donnez une note sur 20 :    (Facultatif). 

 Commentaire : 

  





1/ Votre adresse mail ne serra pas visible, 

2 /Nous n'utilisons pas les adresses mails, 
sauf pour répondre en privé si besoin.

Voir guide sur votre navigation ici.

Il n'y a pas de cookies ici ! Téléchargez cookieviz

Bien des sites que vous utilisez chaque jour ne respectent même pas cela...  

Les Sites sont déclarés à la
CNIL. (Depuis 2002 et 2006). Même si cela n'est plus obligatoire. 

Giuseppe Arcimboldo (1527-1593).

Né à Milan en 1527 Arcimboldo est formé dans l'atelier de son père. Il commence sa carrière comme dessinateur de cartons de tapisseries et comme maître verrier,travaillant notamment avec son père sur les vitraux du dôme de la cathédrale de Milan, avant de mettre ses talents au service des princes de Habsbourg entre 1562 et 1587.
L'artiste est nommé peintre officiel à la cour des Habsbourg en 1562, les empereurs d'Allemagne résidaient à Vienne et à Prague. 
Il semble qu'il ait été appelé par Maximilien, roi de Bohême, comme portraitiste officiel. Il est ensuite protégé successivement par les rois Ferdinand Ier, Maximilien II, puis Rodolphe II qui confirme ses titres de noblesse (1580). 
En 1587 après 11 ans au service de l'empereur Arcimboldo est autorisé à retourner à Milan où il continue à travailler pour lui. 
En 1591 il fait parvenir à Prague le tableau intitulé Flora, la déesse romaine des fleurs qui correspond à la nymphe grecque Chloris, puis le portrait de Rodolphe II en Vertumnus, le dieu romain antique de la végétation et de la transformation. Ces oeuvres lui valent le titre de Comte Palatin.
Il se fait connaître par des portraits très étranges, comme irréels. 
Spécialisé dans les « caprices », Arcimboldo élabore des portraits allégoriques juxtaposant végétaux ou minéraux, animaux ou objets : les « têtes composées », qui montrent des formes humaines symbolisant les saisons, le Printemps, l’Été, l’Automne, l’Hiver et les éléments le Feu, l’Eau, l’Air, la Terre, ou la personnification des métiers : le Libraire, le Jardinier, le Cuisinier, le Juriste.

Parfois satiriques, peut-être métaphysiques mais toujours très décoratifs, ses tableaux à la fois ludiques et étranges, ont été considérés comme de véritables curiosités, bien que reconnus fort tard, à la faveur de la redécouverte par les surréalistes du jeu de mots visuel.
Le corps humain est composé d'ornements décoratifs faisant partie du quotidien, fleurs, fruits, légumes… représentés de façon naturaliste. Certains tableaux sont aussi réversibles, ils peuvent se lire dans les deux sens. Parfois les œuvres sont des allégories dans le plus pur style maniériste et des avertissements comme Ève et le Conteur.

Son activité à la cour impériale ne se limite pas à la peinture, c'est lui qui organise les fêtes princières et il est conseiller artistique pour la formation des collections impériales. 
Ses multiples talents transparaissent dans son activité d'ingénieur et de musicien.