Un regard plus attentif sur The Fighting Temeraire de Joseph Mallord William Turner

Accueil » Un regard plus attentif sur The Fighting Temeraire de Joseph Mallord William Turner
Art
Broche354
Partager106
460 Actions

Dans ce post, je regarde de plus près Le Téméraire Combattant par Joseph Mallord William Turner. C’est une de ces peintures intéressantes où plus je regarde, plus j’ai l’impression de découvrir.

JMW Turner, The Fighting Temeraire, 1838
JMW Turner, The Fighting Temeraire, 1838

Je couvre:

  • Faits et idées clés

  • Couleur

  • Composition

  • Coup de pinceau

  • Points clés à retenir

  • Lectures supplémentaires

  • Merci d’avoir lu!

(Bonus : Cliquez ici pour télécharger une copie PDF de ma feuille de triche sur la théorie des couleurs.)

Faits et idées clés

Voici quelques-uns des principaux faits et idées sur la peinture:

  • Le nom réel de la peinture est Le Fighting Temeraire a tiré jusqu’à son dernier quai pour être démantelé, 1838mais on l’appelle souvent plus simplement Le Téméraire Combattant.
  • Le centre de la peinture est le HMS Téméraireun navire de 98 canons de la Royal Navy dont on se souvient pour son rôle influent dans la bataille de Trafalgar.
  • Le tableau représente le dernier voyage du Temeraire vers un chantier naval de Londres. Dans le tableau, le Temeraire apparaît accordé et complet, mais ce n’était que Turner exerçant sa licence artistique. En réalité, le navire n’était rien d’autre qu’une coquille de lui-même.
  • Le tableau a été exposé à la London Royal Academy en 1839, un an après sa création. Il était accompagné d’un extrait d’un poème de Thomas Campbell intitulé « Ye Mariners of England »:

« Le drapeau qui a bravé la bataille et la brise,
ne la possède plus. (La source)

  • Le tableau était un favori personnel de Turner, qui a refusé de le vendre de son vivant. Il a laissé la peinture à la nation après sa mort.

Couleur

La couleur est un aspect majeur de la peinture, avec des changements subtils de température et de saturation.

Le coin supérieur gauche est peint de bleus doux et de gris faibles. Vous pouvez voir une lueur de la lune lointaine dans le ciel. Son reflet blanc pâle frappe les nuages ​​et l’océan en contrebas. Cela crée une juxtaposition intéressante avec le coucher de soleil et son reflet de l’autre côté du tableau. La nuit rencontre le jour; la lumière rencontre l’obscurité; le frais rencontre le chaud.

Au fur et à mesure que vous vous dirigez vers le coucher du soleil, les couleurs deviennent plus chaudes et plus dramatiques. Des oranges et des jaunes relativement saturés sont utilisés pour créer le illusion de la lumière. Notez que ces couleurs sont encore assez faibles par rapport aux couleurs directement sorties d’un tube, mais elles se démarquent des couleurs faibles environnantes.

JMW Turner, The Fighting Temeraire, 1838 (Détail 1)

Le long de la ligne d’horizon se trouve une bande de bleu froid juste en dessous du coucher du soleil. Cela aide à séparer le ciel de l’océan et ajoute également un contraste de couleur immédiat pour les couleurs chaudes ci-dessus. Remarquez comment Turner a également utilisé plus de contraste de valeur (le contraste entre la lumière et l’obscurité) avec les nuages ​​​​sombres juste au-dessus du soleil.

Le Temeraire a été peint dans une tonalité relativement élevée (couleurs claires). Cela lui donne un aspect éthéré et mythique, surtout si on le compare à l’aspect robuste et impétueux du remorqueur qui le tire.

JMW Turner, The Fighting Temeraire, 1838 (Détail 2)

Composition

En termes de composition, la dominance est donnée au ciel maussade, l’océan n’occupant qu’une petite zone au bas du tableau. Mais il y a un sentiment d’équilibre en raison du niveau d’activité plus élevé sur l’eau. N’oubliez pas que de petites zones de « bruit » peuvent avoir la même importance, sinon plus, que de grandes zones de « silence ».

Malgré l’importance du Téméraire dans la composition, on lui accorde une superficie relativement réduite. Turner a adopté une approche plus ambiante pour la composition, choisissant d’inclure davantage le ciel et l’océan environnants plutôt que de se concentrer uniquement sur le navire.

Dans l’image ci-dessous, j’ai placé une grille trois par trois sur la peinture pour avoir une idée plus claire de la façon dont tout est positionné. Remarquez comment le Temeraire est positionné autour de l’intersection en bas à gauche. Ces lignes qui se croisent sont considérées comme des endroits esthétiques et «sûrs» pour positionner vos points focaux.

De l’autre côté du tableau, le soleil se couche autour de l’intersection en bas à droite. C’est un choix de composition intéressant de Turner, car il partage votre attention entre le Temeraire et le coucher du soleil.

JMW Turner, The Fighting Temeraire, 1838 (Grille)

L’arrangement du Téméraire, du coucher du soleil et des nuages ​​crée un arrangement triangulaire subtil, comme indiqué ci-dessous. Il vaut toujours la peine de chercher ces formes géométriques dans les peintures. À tout le moins, cela vous apprendra à voir en termes de forme, ce qui est une compétence utile pour décomposer un sujet que vous êtes sur le point de peindre.

JMW Turner, The Fighting Temeraire, 1838 (Triangle)

Je dois également noter que je doute que Turner réfléchisse activement à ce type de théorie de la composition au moment de peindre, mais cela vaut la peine de le souligner dans le but de discuter de ce qui fait que cette peinture fonctionne.

Coup de pinceau

À mon avis, la plus grande force de Turner était son travail au pinceau remarquablement diversifié – du frottis ambiant au rendu délicat.

Dans ce tableau, le ciel et l’océan sont peints avec une vaste gamme de tons subtils mêlés les uns sur les autres. Il peut également y avoir des vitrages impliqués. Le résultat final est ambiant et dynamique, typique de l’apparence éphémère que vous verriez dans la vie. Vous ne pouvez pas obtenir ce genre d’effet simplement avec une couleur unie et plate.

Ci-dessous, un gros plan d’une zone relativement « fade » de la peinture. Remarquez la diversité des couleurs utilisées et les subtiles transitions de ton.

JMW Turner, The Fighting Temeraire, 1838 (Scumbling)

D’autre part, le Temeraire et le remorqueur qui le tire sont peints avec des détails et des coups de pinceau complexes. Turner était un aquarelliste remarquable, ce qui explique sa dextérité au pinceau (les aquarelles sont une bête volage).

Ce coup de pinceau varié ajoute un autre niveau subtil de contraste dans la peinture. Mais le contraste n’est pas si fort que tout semble déplacé. Il apparaît toujours comme un tout cohérent, ce qui est de loin l’aspect le plus important de la peinture.

JMW Turner, The Fighting Temeraire, 1838 (complexe)

Points clés à retenir

Voici quelques-uns des principaux plats à emporter de Le Téméraire Combattant que vous pourrez peut-être appliquer à vos propres peintures :

  • N’hésitez pas à exercer votre licence artistique pour changer de sujet de temps en temps, si c’est en faveur de votre grande idée. Dans ce tableau, Turner a peint le Temeraire dans sa forme grandiose et achevée, plutôt que ce qu’il était en réalité : une coquille battue de son ancien moi.
  • Ne vous limitez pas à quelques techniques. Vous pouvez créer autant d’effets différents sur la toile simplement en changeant la façon dont vous tenez votre pinceau, ou la quantité de peinture que vous utilisez, ou les outils que vous utilisez. Le travail de Turner en est une excellente démonstration, de la confusion ambiante aux détails complexes.
  • Pour peindre le illusion de lumière, le contraste est votre meilleur outil. Dans cette peinture, Turner a utilisé une saturation des couleurs accrue pour capturer le coucher du soleil et les chauds rayons de lumière.
  • De petites zones de « bruit » peuvent avoir la même importance, sinon plus, que de grandes zones de « silence ». Dans ce tableau, remarquez comment les petites zones « bruyantes » (les bateaux et le coucher du soleil) se sentent équilibrées par rapport aux grandes zones « silencieuses » (le ciel et l’océan ambiants).

Lectures supplémentaires

Si vous avez apprécié cet article, vous devriez également consulter:

Un regard plus attentif sur la chambre à Arles de Vincent Van Gogh

Un regard plus attentif sur Ophélie de John Everett Millais

Un regard plus attentif sur le portrait de Madame X par John Singer Sargent

Merci d’avoir lu!

Merci d’avoir pris le temps de lire cette publication. Je vous en suis reconnaissant! N’hésitez pas à partager avec vos amis. Si vous voulez plus de conseils de peinture, consultez mon cours de l’Académie de peinture.

Bonne peinture !

Dan Scott

Académie de peinture de dessin


Lire aussi  Pourquoi le bleu gris est-il une couleur apaisante ?