Pourquoi les NFT sont-ils mauvais pour l’environnement ? – Empreinte Carbone NFT

Accueil » Pourquoi les NFT sont-ils mauvais pour l’environnement ? – Empreinte Carbone NFT
Rate this post

Oalors que la technologie progresse sans cesse, changeant notre façon de faire des affaires et de vivre nos vies, tout n’est pas comme il semble. Alors qu’à première vue, on pourrait penser que les versions numériques des images seraient en fait bénéfiques pour l’environnement, car elles n’ont pas besoin d’être imprimées physiquement pour avoir de la valeur, utilisant ainsi plus de ressources telles que le papier et l’encre. Cependant, ce ne sont pas les NFTS eux-mêmes qui ont une empreinte carbone, mais plutôt la méthode par laquelle ils sont extraits. Mais, en quoi les NFT sont-ils mauvais pour l’environnement, et pouvons-nous faire quelque chose contre l’impact environnemental des NFT ?

Pourquoi les NFT sont-ils mauvais pour l’environnement ?

De nos jours, les NFT semblent avoir presque tout le monde parle de leurs avantages et de leurs inconvénients. Plus que jamais, ils veulent savoir comment s’y prendre pour les créer, les acheter et s’assurer que ce sont des investissements rentables. Cependant, malgré la croissance rapide de l’intérêt, il reste encore beaucoup à apprendre sur les effets à long terme de ces types de transactions numériques, et de nombreuses personnes concernées ont commencé à exprimer leurs inquiétudes quant à l’impact environnemental des NFT. Mais comment une copie numérique de quelque chose laisse-t-elle une empreinte carbone et comment les NFT sont-ils mauvais pour l’environnement ?

Impact environnemental des NFT

Alors que la création et le stockage de ces NFT ne nécessitent pas beaucoup d’énergie, l’achat et le transfert de NFT nécessitent les processus de minage de la technologie blockchain, qui sont eux-mêmes des processus gourmands en énergie, en particulier la méthode de validation qui calcule la preuve de travail. Mais comment ces processus utilisent-ils l’énergie et pourquoi les NFT sont-ils mauvais pour l’environnement ? Pour de nombreuses personnes qui ne sont pas trop férus de technologie, tout cela peut sembler un peu déroutant, mais cet article tentera de clarifier ces concepts afin que nous puissions acquérir une meilleure compréhension globale des systèmes utilisés et de l’impact que ces systèmes ont éventuellement. sur l’environnement.

Que sont exactement les NFT ?

Un NFT n’est pas un objet, comme une carte à collectionner ou une peinture, mais sert plutôt de reçu numérique qui prouve la propriété de l’objet. Ceci est cependant différent des crypto-monnaies, car la valeur de chaque jeton est unique et n’a pas la même valeur qu’un autre jeton, ce qui signifie qu’il n’est pas fongible. Cependant, un jeton fongible, comme une pièce de monnaie, représentera toujours le même montant – un quart, par exemple, sera toujours de 25 cents.

Cependant, les crypto-monnaies font toujours partie du processus et sont utilisées pour acheter des NFT.

Alors que dans le monde traditionnel, on génère des revenus en travaillant ou en vendant des biens, les NFT sont générés par des processus de minage numérique. Ce processus utilise un réseau d’ordinateurs qui créent et vérifient les informations de la blockchain – une sorte de registre numérique réglementé par les utilisateurs eux-mêmes. Le réseau est décentralisé et utilise les ordinateurs des utilisateurs pour traiter toutes les données nécessaires au grand livre. En échange de l’utilisation de leurs machines pour exploiter, les utilisateurs sont payés en crypto-monnaie, qu’ils enregistrent ou revendent ensuite, ou utilisent pour acheter des NFT. Cependant, ces machines ne sont pas seulement utilisées pour extraire des données, elles peuvent également produire des NFT. Après sa création initiale, un NFT est ensuite publié sur le marché NFT sous forme de fichier numérique. Personne ne peut acheter le NFT tant qu’il n’a pas été ajouté à la blockchain via un processus appelé «minting». L’exploitation minière est également nécessaire dans ce processus de frappe.

Empreinte carbone réduite

En quoi les NFT sont-ils mauvais pour l’environnement ?

L’impact environnemental des NFT se résume à ce processus d’extraction. En effet, il s’agit d’une méthode énergivore appelée «preuve de travail». Le but de cette méthode est d’empêcher quelqu’un de voler des objets ou d’en produire de faux. Cette méthode est très laborieuse et nécessite des ordinateurs beaucoup plus puissants que la plupart des gens n’en ont chez eux. Alors que vous pouvez avoir de nombreux mineurs essayant tous d’exploiter simultanément, un seul d’entre eux recevra éventuellement la crypto-monnaie pour vérifier les données ou frapper le NFT.

Cela signifie qu’il existe souvent plusieurs machines extrêmement puissantes essayant toutes d’accomplir le même travail, ce qui est une utilisation très inefficace de l’énergie.

Une énorme quantité d’énergie est utilisée lorsque vous avez autant de mineurs concurrents qui utilisent tous des machines gourmandes en énergie. Environ 150 térawattheures d’énergie sont consommées chaque année rien que pour extraire du bitcoin, soit plus que la consommation d’énergie d’un petit pays. On estime que la devise la plus souvent utilisée pour acheter des NFT, Ethereum, a la même empreinte carbone annuelle que Hong Kong. L’un des problèmes majeurs est que cette exploitation minière se produit dans des pays qui utilisent principalement des sources d’énergie considérées comme nocives pour l’environnement.

Lire aussi  Coloriages d'animaux de la ferme - Images à télécharger et à colorier

En quoi les NFT sont-ils mauvais pour l'environnement

Par exemple, le pétrole, le gaz et le charbon sont utilisés pour alimenter le réseau électrique du Kazakhstan, considéré comme le leader de l’extraction de bitcoins. C’est encore pire aux États-Unis, où les centrales électriques au charbon qui étaient sur le point d’être fermées ont été remises en service uniquement pour l’extraction de bitcoins. Même les centrales électriques alimentées au gaz sont désormais uniquement utilisées pour l’extraction de bitcoins. Cela a entraîné une augmentation des émissions de carbone pendant une période où des efforts sont faits pour les réduire drastiquement.

Existe-t-il une possibilité de NFT écologiques ?

La méthode de preuve de travail s’est ironiquement avérée ne pas fonctionner. La quantité d’énergie nécessaire pour faire fonctionner le système est totalement insoutenable, mais y a-t-il quelque chose qui puisse être fait à ce sujet ? Dans un monde idéal, l’exploitation minière serait alimentée par une énergie durable et propre, telle que l’énergie solaire, hydraulique et éolienne. De nombreux endroits, comme Washington DC et Porto Rico, se sont engagés à atteindre une production d’énergie propre à 100 % au cours des prochaines décennies.

Cela peut être une excellente solution à long terme, mais des solutions plus immédiates sont également nécessaires.

Cela impliquerait de s’éloigner du système de preuve de travail. Dans le système de preuve de travail, de nombreux mineurs se disputent tous le même travail, alors qu’avec le système de preuve de participation, cette tâche est assignée au hasard à un mineur qui frappe et vérifie ensuite le NFT sans tous les complexes énergivores. processus. Cela se traduit par moins d’ordinateurs nécessaires pour une tâche donnée, et par conséquent – moins de consommation d’énergie. Plusieurs plates-formes ont maintenant commencé à adopter la méthode de preuve de participation, telles que Band NFTs, Splinterlands, NFTX, The Sandbox, Doge Capital et Polychain Monsters. Même Ethereum, probablement l’une des plus grandes plateformes gourmandes en énergie, a opéré le changement en septembre 2022.

Empreinte carbone des NFT

Réalisant l’énorme empreinte carbone que leurs processus créaient, ils se sont éloignés du système de preuve de travail, ce qui leur a permis de réduire leurs émissions de carbone de plus de 99 %. La société affirme qu’elle souhaitait mettre en place un système de preuve de participation depuis le tout début. Cependant, en raison de problèmes de sécurité, il a fallu quelques années pour résoudre les problèmes qui l’empêchaient de passer au nouveau système. L’ancien système exigeait que les ordinateurs des mineurs calculent une valeur spécifique – utilisant de grandes quantités d’énergie dans le processus. Avant l’échange, leurs émissions de carbone équivalaient à celles de pays comme l’Azerbaïdjan. Non seulement l’échange a considérablement réduit la consommation et les émissions, mais il a également rendu la plate-forme plus sûre en même temps.

Façons potentielles de réduire la consommation d’énergie

La preuve de travail est encore utilisée par de nombreuses plates-formes, et il sera extrêmement difficile de trouver des méthodes économes en énergie pour maintenir un tel système à long terme. Passer à la preuve de participation contribue grandement à résoudre le problème. Plusieurs autres mesures peuvent être prises pour réduire l’impact environnemental.

  • Utiliser les énergies renouvelables : Ceux qui exploitent encore le système de preuve de travail peuvent toujours faire la différence en alimentant leurs systèmes avec des sources d’énergie renouvelables. Même s’il peut encore nécessiter beaucoup d’énergie pour fonctionner, au moins la puissance du système n’augmentera pas les niveaux d’émissions de carbone. Même si ce n’est peut-être pas aussi bon que de passer à un nouveau système, cela fera quand même une énorme différence dans l’empreinte carbone d’une personne. Les NFT peuvent se vendre pour de grosses sommes d’argent, et une partie de cet argent pourrait être utilisée pour investir dans l’énergie durable.
Lire aussi  Plongez dans l'univers artistique d'Eugène Delacroix avec notre blog

Empreinte carbone

  • Investir dans les nouvelles technologies : L’argent généré par les NFT pourrait également être utilisé pour investir dans de nouvelles technologies qui pourraient potentiellement inverser ou au moins atténuer l’impact sur l’environnement. Un exemple de ce type de technologie est la capture et le stockage du carbone – une technique expérimentale précoce qui pourrait avoir un impact très positif sur le changement climatique. La seule chose qui fera avancer ces initiatives est un financement adéquat.
  • Choisissez des plates-formes qui utilisent la preuve de participation : Bien que l’on puisse essayer d’atténuer les conséquences de certains systèmes, la meilleure voie à suivre serait de travailler avec des plates-formes qui ont déjà fait le changement pour le mieux. Bien qu’il n’y ait jamais eu d’autre option, et que beaucoup puissent l’utiliser comme excuse, si vous savez mieux, vous devriez essayer de faire mieux. Bien qu’il puisse sembler qu’une seule personne ne peut pas faire la différence, il suffit que chaque personne fasse ce pas pour que nous puissions avancer en tant que collectif. Actuellement, il existe plusieurs plates-formes potentielles parmi lesquelles choisir qui utilisent le système de preuve de participation, telles que Solana, Cardano, Algorand, Tezos et Ethereum.

Les NFT et la crypto-monnaie ont été présentés comme un nouveau système qui changerait la façon dont les gens gagnaient de l’argent. Pourtant, peu de choses ont été publiquement mentionnées sur les dommages potentiels à la planète. Un système qui donne la priorité aux images numériques par rapport à la vie réelle n’est en aucun cas durable. Cependant, bon nombre de ces plates-formes apportent désormais des modifications qui réduisent l’impact environnemental des NFT. En changeant de système, ils ont réussi à réduire leur empreinte carbone de plus de 99 %, ce qui est un exploit vraiment incroyable. Pourtant, il reste encore un long chemin à parcourir, car la majeure partie des machines utilisées dans l’exploitation minière sont toujours alimentées par de l’énergie sale comme le charbon, les gaz naturels et le pétrole. Ce n’est qu’en adoptant des solutions énergétiques durables que le problème pourra être pleinement résolu. Jusque-là, ceux qui exploitent, vendent et achètent des NFT peuvent intégrer l’une des nombreuses méthodes de réduction de leur propre empreinte carbone.

Questions fréquemment posées

Pourquoi les NFT sont-ils mauvais pour l’environnement ?

Tout se résume à l’efficacité énergétique ou, dans le cas des NFT, à son absence. Bien qu’il ne faille pas beaucoup d’énergie pour créer un NFT, il y a plusieurs étapes qui suivent, telles que la vérification et la frappe, qui sont toutes très énergivores. L’ensemble du processus est facilité par l’extraction de données – un processus qui consomme de l’énergie, car de nombreux mineurs utilisent tous leurs ordinateurs pour s’attaquer à une seule tâche qu’une seule personne finira par réaliser. L’utilisation simultanée de toutes ces machines est un processus extrêmement complexe et exige que de nombreuses machines gèrent une tâche qui pourrait être accomplie par une seule. La solution alternative à la méthode de preuve de travail est la méthode de preuve d’enjeu. Cette méthode attribue cette tâche à une seule personne, utilisant ainsi un ordinateur utilisant une certaine quantité d’énergie pour une tâche au lieu de plusieurs.

En quoi les NFT sont-ils mauvais pour l’environnement ?

L’un des plus gros problèmes n’est pas seulement la quantité d’énergie requise pour une seule transaction, mais la manière dont cette énergie est générée en premier lieu. Bon nombre des plus grands pays miniers du monde ne sont pas des pays du premier monde disposant de sources d’énergie durables, mais des pays en développement qui dépendent encore largement de sources d’énergie polluantes telles que le pétrole, le gaz et le charbon. En fait, même les pays du premier monde comme les États-Unis ne peuvent pas répondre à la demande d’énergie nécessaire pour alimenter toutes ces machines. Plusieurs centrales électriques au charbon et au gaz qui étaient sur le point d’être déclassées ont été remises en ligne juste pour gérer l’extraction de Bitcoin. Heureusement, de nombreuses plateformes prennent désormais les mesures nécessaires pour réduire considérablement leur empreinte carbone en adoptant de nouveaux systèmes et des sources d’énergie plus propres.

Que pouvons-nous faire pour réduire notre empreinte carbone NFT ?

Plusieurs étapes sont actuellement disponibles et peuvent être mises en œuvre par toute personne travaillant avec les NFT. Investir et utiliser des sources d’énergie renouvelables et des technologies expérimentales. N’utilisez que des plateformes qui ont adopté le système de preuve de participation.