Alfred Sisley – L’impressionniste occulté

Accueil » Alfred Sisley – L’impressionniste occulté
Art
Broche2K
Partager693
3K Actions

Je n’écris pas autant sur Alfred Sisley que je le devrais. Bien qu’il soit l’une des figures de proue de l’impressionnisme, il est éclipsé par certains de ses contemporains les plus célèbres, tels que Claude Monet et Pierre-Auguste Renoir. À la lumière de cela, j’ai écrit ce billet sur la vie et l’art de Sisley. Dans ce post, je couvre:

  • Faits saillants sur Alfred Sisley

  • Un regard plus attentif sur les peintures d’Alfred Sisley

  • Citations d’Alfred Sisley

  • Merci d’avoir lu!

« Chaque image montre un endroit dont l’artiste est tombé amoureux. » Alfred Sisley

Alfred Sisley, Un chemin aux Sablons, 1883
Alfred Sisley, Un chemin aux Sablons, 1883

(Bonus : Cliquez ici pour télécharger une copie PDF de ma feuille de triche sur la théorie des couleurs.)

Faits saillants sur Alfred Sisley

Voici quelques faits saillants sur Alfred Sisley :

  • Il est né en France dans une riche famille britannique. Sa première carrière artistique a été soutenue par son père, qui travaillait dans le commerce de la soie.
  • Il s’installe à Londres en 1857 pour étudier le commerce mais quitte et retourne à Paris après quatre ans.
  • Il a commencé ses études d’art formelles en 1862 lorsqu’il s’est inscrit à l’atelier de Charles Gleyre, un artiste et enseignant qualifié. C’est là qu’il a rencontré Monet, Renoir et de nombreux autres artistes désormais célèbres qui ont également étudié sous Gleyre. Ci-dessous, un portrait de Renoir représentant Sisley à ses débuts en tant qu’artiste (je n’ai malheureusement trouvé aucune des œuvres d’étudiants de Sisley).
Pierre-Auguste Renoir, Portrait d'Alfred Sisley, 1864
Pierre-Auguste Renoir, Portrait d’Alfred Sisley, 1864
  • Il a reçu une allocation au cours des années 1860 de son père pour soutenir son art, le plaçant dans une bien meilleure position que nombre de ses contemporains.
  • En 1868, son Allée des Marronniers Près de La Celle-Saint-Cloud a été accepté à l’exposition du Salon de Paris. Son œuvre est refusée au Salon en 1867 et 1879.
Alfred Sisley, Allée des marronniers près de La Celle-Saint-Cloud, 1867
Alfred Sisley, Allée des marronniers près de La Celle-Saint-Cloud, 1867
  • En 1870, la guerre franco-prussienne ruine l’entreprise de son père et oblige Sisley à subvenir à ses besoins grâce à ses propres ventes d’art. Il passa le reste de sa vie dans la pauvreté, son art n’étant vraiment apprécié qu’après sa mort (comme c’est malheureusement le cas pour beaucoup d’artistes).
  • Il a demandé la nationalité française à deux reprises mais a été rejeté la première fois et la maladie est intervenue la deuxième fois. Cela peut expliquer son manque de succès de son vivant. Citoyen britannique né en France, il était tiraillé entre deux cultures, incapable de s’établir solidement dans l’une ou l’autre. Cela me rappelle l’impressionniste australien John Russell, qui a passé la plupart de son temps à peindre en France mais n’a pas été pleinement embrassé par leur culture comme les autres impressionnistes.
  • Il meurt le 29 janvier 1899 d’un cancer de la gorge à l’âge de 59 ans. Au cours de sa vie, il réalise environ 900 peintures à l’huile, 100 pastels et de nombreux dessins.

Un regard plus attentif sur les peintures d’Alfred Sisley

Sisley a peint des paysages principalement calmes dans un style impressionniste typique, avec des formes simples, des couleurs brisées et une palette colorée. Son travail est similaire à celui de Monet, mais son utilisation de la couleur était beaucoup plus restreinte.

Alfred Sisley, La Terrasse de Saint-Germain, Printemps, 1875
Alfred Sisley, La Terrasse de Saint-Germain, Printemps, 1875

Dans certains cas, Sisley était aussi restreint dans son utilisation de la couleur. La représentation brumeuse ci-dessous, bien que peut-être exacte, n’est pas très intéressante à mon avis.

Alfred Sisley, Brouillard, voisins, 1874
Alfred Sisley, Brouillard, voisins, 1874

Je préfère quand Sisley poussé la couleur un peu plus, comme dans le tableau ci-dessous. Il y a une forte sensation de lumière dans cette peinture en raison de :

  • Reflets presque blancs utilisés pour les nuages ;
  • Valoriser le contraste entre les clairs et les foncés. Plus le contraste est fort, plus la source lumineuse apparaît forte ; et
  • Contraste de température entre les clairs (chauds) et les foncés (frais).
Alfred Sisley, Paysage au bord de la Seine, 1875
Alfred Sisley, Paysage au bord de la Seine, 1875

Le pont Moret, effet d’orage est une peinture dramatique avec des couleurs riches et distinctes et un coup de pinceau énergique. Les couleurs sombres utilisées pour les bâtiments et le pont contrastent avec les nuages ​​lumineux. Sur le pont, vous pouvez voir deux personnes traverser, peintes uniquement de quelques traits de noir.

L’eau capte toutes sortes de reflets : les reflets des nuages, le bleu du ciel, les gris et les bleus du bâtiment. Le coup de pinceau régulier crée une sensation de mouvement dans l’eau. Notez également les reflets blancs qui s’étalent sur le dessus de l’eau pour indiquer l’eau vive. C’est une technique simple mais efficace qui donne à l’eau une impression de réalisme. Sans ces faits saillants, il pourrait être difficile de dire où se termine l’eau et où commence la terre.

Alfred Sisley, Le pont Moret, effet d'orage, 1887
Alfred Sisley, Le pont Moret, effet d’orage, 1887

En dehors de paysages agréables et larges, Sisley a également peint de temps en temps des architectures rigides, comme Église de Moret (dessous). Voici quelques-unes de mes observations sur la peinture :

  • C’est une excellente démonstration de la façon dont la lumière et l’ombre affectent les couleurs que nous voyons. Le bâtiment lui-même a une couleur locale presque blanche ou gris clair, mais sous la chaude lumière du soleil, il apparaît Orange vif. A l’ombre, il apparaît comme un violet terne.
  • Il y a un contraste agréable entre les lumières chaudes et les ombres froides.
  • Bien que Sisley ait peint avec un pinceau rugueux, son dessin était toujours très précis.
  • L’utilisation de bords durs, perdus et mous est extrêmement importante pour transmettre un sentiment de réalisme à propos du bâtiment. Les bords durs suggèrent un changement brusque, de la lumière à l’obscurité, ou du bâtiment au ciel. Les bords doux suggèrent un changement graduel ou subtil, comme la transition entre deux plans du bâtiment qui sont tous deux touchés par la lumière. Les bords perdus suggèrent que toute la zone est dans l’ombre ou frappée par une lumière vive.
Alfred Sisley, Église de Moret, 1889
Alfred Sisley, Église de Moret, 1889

J’indique ci-dessous quelques-uns des différents bords durs, mous et perdus.

Alfred Sisley, Eglise de Moret, 1889 - Bords

Sisley était assez sobre dans son utilisation de la couleur dans Le pont de Moret au coucher du soleil (beaucoup d’autres impressionnistes vraiment poussé les couleurs de leurs peintures au coucher du soleil).

Le ciel est composé d’un agréable contraste entre les violets riches et les jaunes et bleus clairs. Sisley a utilisé des couleurs brisées pour représenter l’eau, qui reflète les ombres sombres et le ciel coloré. Ce type de coup de pinceau contraste avec le coup de pinceau solide utilisé pour l’architecture.

Alfred Sisley, Le pont de Moret au coucher du soleil, 1892
Alfred Sisley, Le pont de Moret au coucher du soleil, 1892

Dans Passerelle à Argenteuilnotez le manque de rendu Sisley utilisé pour le peuple; rien que des formes de couleurs simples. Mais le bonnes couleurs et formes dans le bons endroits peut transmettre une quantité importante d’informations sur le sujet, même sans les détails les plus fins.

Cette peinture est aussi une grande démonstration de la perspective linéaire. Remarquez comment toutes les lignes utilisées pour la passerelle convergent vers un point de fuite au loin.

Alfred Sisley, Passerelle d'Argenteuil, 1872
Alfred Sisley, Passerelle d’Argenteuil, 1872

Le tableau ci-dessous me rappelle la série des meules de foin de Monet. Les meules de foin étaient un sujet populaire auprès des impressionnistes, probablement parce qu’elles étaient si efficaces pour démontrer la lumière et l’ombre.

Alfred Sisley, Meules de foin, 1895
Alfred Sisley, Meules de foin, 1895

L’allée des Peupliers à Moret est un jeu intéressant entre l’espace positif et négatif. L’espace positif étant les arbres et l’espace négatif étant le ciel, les nuages ​​et les maisons en arrière-plan.

Fait intéressant, ce tableau a été volé à trois reprises, le plus récemment au Musée des Beaux-Arts en 2007.

Alfred Sisley, L'allée des peupliers à Moret, 1888
Alfred Sisley, L’allée des peupliers à Moret, 1888

J’aime dans la peinture ci-dessous la façon dont la femme qui se repose le long du ruisseau se fond presque dans le reste de la nature. Aussi, remarquez comment la robe de la femme est encore apparaît blanc, bien qu’aucun blanc ne soit utilisé pour le peindre.

Il s’agit d’un exemple de schéma de couleurs analogue, qui utilise des couleurs proches les unes des autres sur la roue chromatique (dans ce cas, les verts et les bleus). Il s’agit d’une palette de couleurs calmes et à faible contraste privilégiée par les impressionnistes.

Sisley a également fait un usage astucieux des contours pour donner forme à certains des principaux arbres qui bordent le ruisseau.

Alfred Sisley, Repos au bord du ruisseau, 1878
Alfred Sisley, Repos au bord du ruisseau, 1878

Ci-dessous, deux tableaux d’hiver de Sisley. Son utilisation sobre de la couleur était parfaite pour représenter ces paysages enneigés.

Alfred Sisley, Neige à Vienne-Nadon, 1880
Alfred Sisley, Neige à Vienne-Nadon, 1880
Alfred Sisley, Première neige à Vienne-Nadon, 1878
Alfred Sisley, Première neige à Vienne-Nadon, 1878

Citations d’Alfred Sisley

Sur la représentation des émotions :

« Bien que l’artiste doive rester maître de son métier, la surface, parfois élevée au plus haut degré de beauté, doit transmettre au spectateur la sensation qui a possédé l’artiste. »

Sur la création de mouvement :

« L’animation de la toile est l’un des problèmes les plus difficiles de la peinture. »

Sur nature :

« J’aime tous ces peintres qui aimaient et avaient un fort sentiment pour la nature. »

Sur le processus:

« Je commence toujours un tableau par le ciel. »

Alfred Sisley, Inondation à Port-Marly, 1876
Alfred Sisley, Inondation à Port-Marly, 1876

Merci d’avoir lu!

Merci d’avoir pris le temps de lire cette publication. Je vous en suis reconnaissant! N’hésitez pas à partager avec vos amis. Vous souhaitez en savoir plus sur la peinture de paysage ? Découvrez ma Masterclass de peinture de paysage.

Bonne peinture !


Académie de peinture Signature Draw

Dan Scott


Lire aussi  La peinture époxy : qu’est-ce que c’est ?