« Nymphes et Satyre » de William-Adolphe Bouguereau – Art éthéré

Accueil » « Nymphes et Satyre » de William-Adolphe Bouguereau – Art éthéré
Rate this post

jeElle a été accrochée dans un célèbre bar de New York puis reléguée au stockage, pour être retrouvée et accrochée au Clark Art Institute dans le Massachusetts. C’est Nymphes et Satyre (1873) du peintre académique William-Adolphe Bouguereau, qui est la peinture que cet article explorera plus en détail.

Résumé de l’artiste : Qui était William-Adolphe Bouguereau ?

William-Adolphe Bouguereau est né dans la ville de La Rochelle en France le 30 novembre 1825 et y est décédé le 19 août 1905. Il était un peintre académique et a étudié auprès d’artistes notables à savoir Louis Sage et François-Édouard Picot et à la École des Beaux-Arts.

Nymphes et satyres Analyse de peinture par Bouguereau Autoportrait (1879) de William-Adolphe Bouguereau ; Guillaume-Adolphe BouguereauDomaine public, via Wikimedia Commons

Il se rend à Rome où il remporte le Prix de Rome en 1850 et participe aux expositions du Salon de Paris. Il était connu pour ses rendus habiles de la figure féminine et des sujets peints allant des scènes mythologiques aux peintures de genre.

Des exemples de ses œuvres incluent « Dante et Virgile en enfer » (1850), « La naissance de Vénus » (1879) et « La jeune bergère » (1885).

Nymphes et Satyre (1873) de William-Adolphe Bouguereau en contexte

Artiste Guillaume-Adolphe Bouguereau
Date de peinture 1873
Moyen Huile sur toile
Genre Peinture mythologique
Période/Mouvement Art académique
Dimensions (cm) 260,4 x 182,9
Série/Versions N / A
Où est-il hébergé ? Clark Art Institute, Williamstown, Massachusetts, États-Unis
Ce que ça vaut Il a été vendu à John Wolfe pour 35 000 francs en 1873.

Edward S. Stokes a acheté le tableau en 1882, apparemment pour 10 000 $, à Catherine Lorillard Wolfe.

Après la mort de Stokes en 1901, le tableau a été entreposé par Daniel J. Leary et plus tard retrouvé et acquis par Robert Sterling Clark en 1942, bien que le prix soit incertain.

Le Nymphes et Satyre L’analyse de la peinture commencera par une brève discussion contextuelle sur le moment où William-Adolphe Bouguereau l’a peinte, y compris une description du sujet et qui sont les figures mythologiques, qui comprendra un examen plus approfondi du style de peinture de l’artiste décrit par les éléments artistiques.

Analyse contextuelle : un bref aperçu socio-historique

William-Adolphe Bouguereau a terminé le Nymphes et Satyre peint en 1873 et l’expose la même année au Salon de Paris. On pensait qu’il était inspiré d’un poème de Publius Papinius Statius, qui était un poète romain actif au 1er siècle de notre ère.

Le vers du poème a souvent été cité et est le suivant : « Conscient de sa peau hirsute et n’ayant pas appris à nager depuis son enfance, il n’ose pas se fier aux eaux profondes ».

Ce vers fait sans doute référence au satyre qui ne sait pas nager et permet de comprendre le moment où Bouguereau est représenté dans le Nymphes et Satyre peinture et pourquoi le satyre semble si réticent à entrer dans l’eau.

Nymphes, satyres, sexualité et bars d’hôtel

Après avoir été fondé par Robert Sterling Clark en 1942, et lorsque le Clark Art Institute à Williamstown, Massachusetts, États-Unis a commencé en 1955, le Nymphes et Satyre la peinture a connu un parcours intéressant avant d’entrer dans la collection du musée. Le Nymphes et Satyre la peinture fut initialement achetée par John Wolfe pour 35 000 francs le 26 juin 1873 ; c’était un collectionneur d’art américain.

En 1882, Edward S. Stokes a acheté le tableau, apparemment pour 10 000 $, à Catherine Lorillard Wolfe, qui était la fille de John David Wolfe et l’héritière de sa collection de peintures à sa mort. Elle aurait mis le tableau aux enchères par l’intermédiaire de Leavitt & Co.

Edward Stokes était le propriétaire/gérant du célèbre et fabuleux Hoffman House Hotel à New York, et son saloon/bar était l’endroit qu’il a choisi pour accrocher le tristement célèbre Nymphes et Satyre peinture. C’était un régal pour tous les yeux, qui consistait principalement en un regard masculin, mais sa sexualité manifeste attirait l’ensemble du regard américain – la toile a fait son voyage d’Europe en Amérique, en particulier à l’époque victorienne conservatrice.

Lire aussi  Guide étape par étape pour réaliser un dessin réaliste d'animaux facilement

Analyse de la peinture des nymphes et des satyres Nymphes et Satyre (1873) de William-Adolphe Bouguereau dans son cadre ; Yair Haklai, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

La nudité dans le Nymphes et Satyre la peinture était quelque peu différente de ce à quoi on s’attendait pour les peintures académiques, elle était ouvertement comparée aux nus de nature timide plus acceptables dans l’art. C’était une toile qui a catalysé le changement dans les discours sur la sexualité, la nudité et le féminisme.

Lorsque Stokes est mort en 1901, le tableau aurait été entreposé avec certaines théories suggérant en raison de son sujet provocateur.

Apparemment, Daniel J. Leary était finalement en possession du tableau et c’est par son intermédiaire qu’il a été vendu à Robert Sterling Clark. Selon des sources autour de la provenance du tableau, Herbert H. Elfers a trouvé le tableau entreposé et était l’agent de Clark.

Analyse formelle : un bref aperçu de la composition

Le Nymphes et Satyre l’analyse de la peinture fournira une description visuelle du sujet, y compris les éléments d’art formel et comment ceux-ci composent l’œuvre d’art, que Bouguereau a créée selon les principes classiques de composition et aurait produit des croquis préparatoires et utilisé des modèles qui ont amélioré l’effet réaliste de ses peintures .

Nymphes et Satyres Peinture Analyse Nymphes et Satyre (1873) de William-Adolphe Bouguereau ; William-Adolphe Bouguereau, domaine public, via Wikimedia Commons

Objet : description visuelle

Le Nymphes et Satyre la peinture représente un groupe de cinq personnages mythologiques au centre du premier plan et vers le milieu de la composition. Il y a quatre nymphes touchant et tirant de manière ludique un satyre essayant de le tirer dans un plan d’eau à droite; ils semblent être debout sur un talus. Bien que le sabot gauche du satyre soit dans l’eau, il semble réticent à avancer, comme s’il avait peur de l’eau.

Les personnages sont entourés d’une zone boisée luxuriante, avec une partie de ciel bleu et un paysage possible légèrement visible à travers la verdure dans le coin gauche.

On pense que les nymphes se sont baignées avant de découvrir le satyre qui les regardait. Il les a sans aucun doute surpris car il semble y avoir trois autres nymphes cachées à droite à l’arrière-plan de la composition. Les nymphes sont toutes nues à l’exception d’un morceau de tissu soyeux blanc suspendu lâchement au-dessus de la nymphe tenant le bras gauche du satyre. Il est drapé autour de son bras supérieur droit et tombe sur sa taille, couvrant ses organes génitaux, et sur sa cuisse gauche jusqu’à derrière son pied gauche.

Analyse de la peinture des nymphes et des satyres Sujet en Nymphes et Satyre (1873) de William-Adolphe Bouguereau ; William-Adolphe Bouguereau, domaine public, via Wikimedia Commons

De plus, Bouguereau a également couvert les organes génitaux des autres personnages par divers moyens picturaux. Il a positionné la nymphe à droite, dos à nous, les spectateurs, et la nymphe à gauche tient une partie d’une fine branche d’arbre, dont les feuilles recouvrent ses organes génitaux. Les organes génitaux du satyre sont couverts par sa jambe droite.

Lire aussi  Les meilleures techniques pour maîtriser la peinture acrylique sur support

Couleur

La palette de couleurs de William-Adolphe Bouguereau dans le Nymphes et Satyre la peinture dépeint un réalisme pour lequel l’artiste était bien connu et habile à transmettre dans ses peintures. Remarquez le rendu réaliste des tons chair des nymphes, y compris les contrastes entre la lumière et l’obscurité lorsqu’elles se déplacent entre la lumière et l’ombre dans la forêt.

Texture

Le coup de pinceau de Bouguereau semble appliqué en douceur et avec un sens du réalisme qui implique des textures naturalistes avec une visibilité minimale ou nulle des coups de pinceau. Son travail a souvent été qualifié d’« hyperréel ». Les exemples incluent la peau douce et soyeuse des personnages, et leur souplesse est véhiculée par les empreintes douces créées par les mains des nymphes sur le satyre.

De plus, le morceau de tissu blanc apparaît diaphane dans ses plis doux, et perceptible sont les stries des feuilles. Une texture plus grossière contrastante est créée par le sol sous les personnages.

Analyse de la peinture des nymphes et des satyres de texture Texture en Nymphes et Satyre (1873) de William-Adolphe Bouguereau ; William-Adolphe Bouguereau, domaine public, via Wikimedia Commons

Doubler

Nymphes et Satyre de William-Adolphe Bouguereau sont composés d’une variété de lignes organiques créées par l’entremêlement des personnages du premier plan. Ceux-ci transmettent également une sensation de mouvement et de dynamisme. L’artiste a également créé des contours par des dégradés de couleurs, qui délimitent les différentes formes. Il y a aussi des lignes directionnelles impliquées par le positionnement des personnages, car les nymphes tirent sur le satyre, et comme il résiste au remorqueur vers l’eau, un mouvement vers l’avant est impliqué.

De plus, les figures apparaissent en biais sur le remblai, ce qui crée une linéarité directionnelle diagonale.

Forme et forme

Formes et formes organiques composent le tableau Nymphes et Satyre par Guillaume-Adolphe Bouguereau. Il y a aussi une tridimensionnalité dans la forme des figures, qui est créée par d’autres éléments d’art comme la couleurombrage et reflets.

Forme dans l'analyse de la peinture des nymphes et des satyres Façonner et former dans Nymphes et Satyre (1873) de William-Adolphe Bouguereau ; William-Adolphe Bouguereau, domaine public, via Wikimedia Commons

Espace

William-Adolphe Bouguereau a créé un espace tridimensionnel dans son Nymphes et Satyre peindre par ombrage et rehauts, ainsi que par une échelle et une taille réduites, le bizutage, créant des effets légèrement flous, pour que les personnages en arrière-plan donnent l’illusion de profondeur.

De plus, les personnages au premier plan sont plus clairs et nets, ce qui les met en valeur en tant que points focaux principaux.

Bouguereau : afficher le coquet

Le Nymphes et Satyre L’analyse de la peinture ci-dessus a exploré de plus près l’une des œuvres d’art louées et critiquées de William-Adolphe Bouguereau. Il a été produit à une époque de l’essor Style artistique de l’impressionnisme aussi, avec lequel l’artiste était stylistiquement en désaccord.

Analyse de la peinture des meilleures nymphes et satyres La Naissance de Vénus (1879) par Guillaume-Adolphe Bouguereau ; Guillaume-Adolphe BouguereauDomaine public, via Wikimedia Commons

Néanmoins, « Nymphes et Satyre » de William-Adolphe Bouguereau est un tableau emblématique depuis sa création dans le monde de l’art. De Paris à New York, elle a revendiqué l’habileté de Bouguereau en tant que peintre académique et a affiché le flirt à travers des personnages mythologiques à une époque de regards conservateurs.

Questions fréquemment posées

Qui a peint Nymphes et Satyre (1873) ?

Le peintre académique français William-Adolphe Bouguereau a peint Nymphes et Satyre (1873). Il s’agit d’une huile sur toile, mesurant 260,4 x 182,9 centimètres. Son exposition eut lieu au Salon de Paris en 1873.

Où est Nymphes et Satyre par William-Adolphe Bouguereau Situé ?

Le Clark Art Institute dans le Massachusetts, aux États-Unis, abrite l’huile sur toile Nymphes et Satyre (1873) Il a été acquis par le fondateur du musée, Robert Sterling Clark, en 1942 et y est depuis son ouverture en 1955.

Quel est le sens de Nymphes et Satyre de William-Adolphe Bouguereau ?

L’huile sur toile intitulée Nymphes et Satyre (1873) représente des figures mythologiques, à savoir plusieurs nymphes et un satyre dans une forêt. Le tableau aurait été inspiré par un poème latin de Publius Statius. Il était également considéré comme une exploration visuelle de l’habileté de l’artiste à peindre la figure féminine nue.