« L’éléphant Célèbes » de Max Ernst – Une analyse approfondie

Accueil » « L’éléphant Célèbes » de Max Ernst – Une analyse approfondie
Rate this post

Je début des années 1900 en Europe a été une période chargée d’émotions, car le début de la Première Guerre mondiale a changé la vie de milliers de personnes, entraînant l’émergence de nouvelles façons de penser dans le monde de l’art. Cela a affecté un de ces artistes, l’Allemand Max Ernst. Ces influences socio-politiques ne peuvent être ignorées lorsque l’on regarde les compositions d’Ernst, dont cet article discutera plus loin, en se concentrant spécifiquement sur l’huile sur toile intitulée L’éléphant de Célèbes (1921).

Résumé de l’artiste : Qui était Max Ernst ?

Max Ernst est né le 2 avril 1891 dans la ville de Brühl en Allemagne et est décédé le 1er avril 1976 à Paris, en France, où il a également été enterré, au cimetière du Père Lachaise. Il était surtout connu comme l’un des principaux artistes des styles artistiques Dada et Surréaliste et son approche de la création artistique a été influencée par les idées subconscientes et dissidentes.

Une bonne analyse de la peinture de l'éléphant de CélèbesUne bonne analyse de la peinture de l'éléphant de Célèbes Max Ernst au travail dans son atelier, date inconnue ; Archives nationales à College Park – Images fixesDomaine public, via Wikimedia Commons

Il a également été influencé par sa propre expérience traumatisante alors qu’il servait pendant la Première Guerre mondiale. Certaines de ses œuvres incluent Maintenant l’Imperator (1923), Deux enfants sont menacés par un rossignol (1924), et L’ange au coin du feu (1937).

L’éléphant de Célèbes (1921) de Max Ernst en contexte

Artiste Max Ernst
Date de peinture 1921
Moyen Huile sur toile
Genre Peinture symbolique
Période/Mouvement Surréalisme
Dimensions (cm) 125,4 × 107,9
Série/Versions N / A
Où est-il hébergé ? Tate Modern, Londres, Angleterre
Ce que ça vaut Il a été acheté en 1975 à l’Elephant Trust. Le prix est incertain.

La peinture L’éléphant de Célèbesintitulé à l’origine Célèbesa été peint en 1921 par le peintre surréaliste et dadaïste Max Ernst. Il est rempli de références qui entrent dans le monde réel et onirique. L’article ci-dessous explorera L’éléphant de Célèbes analyse de la peinture, en commençant par une discussion contextuelle sur une partie de l’histoire de la peinture. Il discutera ensuite des qualités formelles de l’œuvre d’art elle-même, qui commencera par une description visuelle se poursuivant jusqu’à la façon dont les éléments d’art composent l’œuvre.

Analyse contextuelle : un bref aperçu socio-historique

Plusieurs facteurs influents ont contribué à la fabrication de L’éléphant de Célèbes peinture, du sujet au titre de la peinture. Max Ernst aurait été inspiré par une photographie d’un silo à grains, également appelé « bac à maïs », qui proviendrait de la culture soudanaise occidentale connue sous le nom de Konkomba.

La forme des « Célèbes » d’Ernst ressemble étroitement à la forme du bac à maïs ; cependant, l’artiste a superposé ses propres symbolismes à la structure et l’a rendue proche de la mécanique. Certaines sources ont également souligné qu’Ernst aurait également pu faire référence à un char militaire.

Max Ernst a servi pendant la Première Guerre mondiale, qui a laissé une empreinte traumatisante sur lui. Il a été largement cité de ce qu’il a écrit sur la guerre, déclarant qu’il « est mort » le 1er août 1914 et qu’il a été « ressuscité » de nouveau le 11 novembre 1918.

Ernst a déménagé à Cologne en Allemagne après sa période de guerre et a formé le dadaïsme avec plusieurs autres artistes. Il a été spécifiquement influencé par l’art de Giorgio de Chirico, qui était un peintre italien actif au début des années 1900 et connu pour son style appelé Art métaphysique.

Ernst a également exploré de nouvelles formes de création artistique, notamment les collages, qu’il a commencé à réaliser en 1919. Il a combiné diverses découpes de supports tels que des manuels, des catalogues de vente par correspondance et des romans.

Ce que cela a conduit Ernst à faire, c’est de dépeindre des sujets totalement différents dans ses compositions qui conduiraient le spectateur, apparemment, dans un trou de lapin de symbolisme et de références. Autre inspiration importante pour le titre du tableau de Max Ernst, L’éléphant de Célèbes provient d’une comptine allemande souvent citée par les écoliers. Il déclare: « L’éléphant de Célèbes a de la graisse de fond jaune et collante ».

Lire aussi  Le mouvement de la peinture : une danse des couleurs et des formes

Analyse formelle : un bref aperçu de la composition

Dans l’analyse formelle de L’éléphant de Célèbes par Max Ernst, une analyse visuelle décrira la peinture, puis discutera de la façon dont les éléments de l’art comme la couleur, la texture, la ligne, la forme, la forme et l’espace composent et créent finalement ce sujet surréaliste.

Objet : description visuelle

L’éléphant de Célèbes de Max Ernst représente une grande créature/structure ressemblant à un éléphant, presque gigantesque et arrondie. Cela a été influencé par la forme d’un bac à maïs ou d’un silo à grains attribué à la culture Konkomba, comme mentionné précédemment.

L’interprétation d’Ernst apparaît presque comme une machine car elle domine l’intégralité de la composition. Il se tient sur deux grandes souches épaisses en forme de jambes, et ce qui semble être ses pieds d’éléphant sont placés à plat sur le sol sans aucune indication d’orteils.

De la partie supérieure de la tête de l’éléphant se trouve une structure en forme de tube, peut-être là pour ressembler à sa trompe. Il semble être attaché à sa bouche, qui est plus bas et positionnée à droite (la gauche du spectateur) de la zone frontale de l’éléphant, ou ce qui est supposé être son visage. Au bout du coffre se trouve un papier/aluminium enroulé autour de lui. Son extrémité semble avoir été coupée pour ressembler à des formes triangulaires.

La zone de la bouche mentionnée ci-dessus ressemble à un museau en raison de la présence de deux trous ronds qui pourraient être des narines. De plus, de ce museau se trouvent également deux petites cornes blanches, ou défenses, dont le côté droit (la gauche des téléspectateurs) est plus long que le côté gauche (la droite des téléspectateurs). Au milieu du visage, à gauche (à droite du spectateur) de la zone du museau se trouve un trou rond.

Il est important de noter que les caractéristiques décrites ci-dessus ont également été décrites en termes de tube étant le cou et la zone du museau étant la tête de l’éléphant sans yeux. De plus, cette tête ressemble aussi à celle d’un buffle. L’image est comme un rêve où les parties et les objets sont apparemment disloqués de ce qu’ils sont communément compris car, en d’autres termes, ils ne sont pas destinés à donner un sens à partir d’une compréhension consciente.

Au-dessus de la structure de l’éléphant se trouvent divers objets métalliques de différentes couleurs, à savoir le bleu, le rouge et le vert. Il y a aussi deux objets en forme de corne derrière l’éléphant, qui pourraient être sa queue.

Il y a divers autres objets et objets autour du grand éléphant, par exemple, à sa droite (la gauche des spectateurs) se trouve une longue tige ou un bâton, devant lui se trouve un objet bleu et jaune plus court qui apparaît presque en forme de crayon, et à sa gauche (la droite des téléspectateurs) se trouve un autre long support noir en quelque sorte avec deux crochets, un rouge et un noir; le haut de ce support est incliné avec ce qui semble être un petit bâton en équilibre dessus.

Où est l'éléphant Célèbes par Max ErnstOù est l'éléphant Célèbes par Max Ernst Vernissage de l’exposition Max Ernst à la galerie Au Sans Pareil, le 2 mai 1921. de gauche à droite : René Hilsum, Benjamin Péret, Serge Charchoune, Philippe Soupault (en haut de l’échelle), Jacques Rigaut (à l’envers), André Breton, et Simone Kahn-Breton; Voir la page de l’auteur, domaine public, via Wikimedia Commons

Au premier plan droit immédiat, face au spectateur se trouve la figure d’une femme nue sans tête, qui a été décrite comme un mannequin. Elle se penche sur sa gauche et son bras droit est tenu en l’air, révélant un gant jaune et marron (décrit comme un gant chirurgical) sur sa main droite. En équilibre sur son cou ouvert se trouve une tige en forme de bâton.

La ligne d’horizon est visible dans le tiers inférieur de la composition, révélant ce qui semble être des montagnes et un vaste fond de ciel qui souligne la grandeur de la figure de l’éléphant.

Le ciel au-dessus apparaît rempli de formations nuageuses horizontales aplaties. Il y a deux poissons dans le coin supérieur gauche, le poisson du haut est plus long que celui du dessous. Un autre petit objet court et noir flotte dans le ciel près du poisson à leur droite. Il ressemble à un crochet avec deux extrémités en forme de boule. A droite du ciel se trouve un objet fumant noir.

Lire aussi  À la découverte de l'art exotique de Gauguin

Couleur

Max Ernst a utilisé des couleurs neutres comme les gris, les blancs et les noirs. Il existe également différentes couleurs qui créent un subtil effet de contraste, notamment des bleus, des rouges et des verts. La palette de couleurs est globalement équilibrée car il n’y a pas de zones de couleur discordantes ou exceptionnellement lumineuses.

Texture

La texture dans L’éléphant de Célèbes par Max Ernst semble appliqué en douceur avec certaines zones qui semblent plus rugueuses dans ses qualités tactiles. La peinture apparaît également plus épaisse et plus travaillée par endroits, par exemple les nuages ​​dans le ciel par rapport au sol.

Doubler

Il existe une variété de lignes dans L’éléphant de Célèbes par Max Ernst. Les lignes donnent également forme au sujet, par exemple, les lignes courbes créent la grande créature/structure éléphantine, remarquez la ligne droite verticale de la tige vers la gauche, la ligne verticale plus courte de l’objet en forme de crayon et les diverses diagonales et des lignes verticales plus courtes du stand vers la droite. Les lignes horizontales implicites des nuages ​​dans le ciel créent un contraste subtil entre le dessus et le dessous, l’horizontal et le vertical.

D’autres types de lignes visibles sont les lignes en zigzag de l’objet blanc autour de la trompe en forme de tube de l’éléphant. Remarquez les lignes diagonales créées par les ombres au sol, qui se croisent.

Forme et forme

Il existe une variété de formes et de formes avec un contraste d’organique (naturaliste) et géométrique dans L’éléphant de Célèbes par Max Ernst. Par exemple, les formes géométriques se produisent comme la forme semi-circulaire créant le sommet de la tête de l’éléphant et les divers méli-mélo d’objets sur le dessus de sa tête. Celles-ci sont contrastées par les formes figuratives plus naturalistes du mannequin féminin et du poisson dans le ciel, y compris le subtil paysage naturaliste au loin.

Espace

Max Ernst crée un espace onirique inconnu dans L’éléphant de Célèbes peinture. On ne sait pas exactement où se trouve cette créature éléphantine, mais l’artiste a utilisé des déterminants spatiaux à travers la taille et l’échelle, notamment, la forme de l’éléphant est plus grande que les autres objets qui l’entourent, ce qui crée une impression de profondeur.

Un éléphant digne d’un rêve

L’éléphant de Célèbes L’analyse de la peinture a discuté plus en détail des inspirations derrière l’huile sur toile de Max Ernst, mais n’a également découvert qu’une partie de la contribution précurseur d’Ernst au dadaïsme et au surréalisme d’avant-garde progressistes.

Analyse de la peinture de l'éléphant de CélèbesAnalyse de la peinture de l'éléphant de Célèbes Max Ernst en 1968; Voir la page de l’auteur, CC0, via Wikimedia Commons

« The Elephant Celebes » de Max Ernst est rempli d’images qui pointent vers une variété de significations, comme si nous, les téléspectateurs, venions d’entrer dans un paysage de rêve. L’éléphant ici, ou ce que nous savons ressembler à un éléphant, vient d’un silo à grains, et plus encore, Ernst l’a fait paraître quelque peu mécanique. Ce n’est pas n’importe quel vieil éléphant, mais plutôt un éléphant digne d’un rêve.

Questions fréquemment posées

Qui a peint L’éléphant de Célèbes?

Le peintre surréaliste/dadaïste Max Ernst a peint l’huile sur toile intitulée L’éléphant de Célèbes en 1921. Il mesure 125,4 x 107,9 centimètres. Le tableau aurait été intitulé Célèbes initialement.

Où est le Célèbes Peinture située ?

La peinture L’éléphant de Célèbeségalement intitulé Célèbesest situé à la Tate Modern de Londres, en Angleterre, où il se trouve depuis 1975. Il a été initialement acheté par son compatriote surréaliste Paul Éluard après son achèvement, puis par Roland Penrose en 1938.

Qu’est-ce que L’éléphant de Célèbes par Max Ernst Mean?

L’huile sur toile L’éléphant de Célèbes ou Célèbes se compose de diverses références, de la sculpture africaine aux théories de Sigmund Freud, ainsi que de l’inspiration d’une comptine allemande dans laquelle le soi-disant éléphant de Célèbes est mentionné. La peinture a également été décrite comme faisant référence au soi-disant mythe de la destruction.