« Golconde » de René Magritte – L’analyse de la peinture « Golconde »

Accueil » « Golconde » de René Magritte – L’analyse de la peinture « Golconde »
Rate this post

Jil Golconde de René Magritte (à ne pas confondre avec La Joconde (1503), le nom italien de La Joconde de Léonard de Vinci), est une peinture surréaliste de 1953. Bien que similaire à la beauté féminine de la Renaissance, elle arbore une multitude d’hommes tous alignés et dans les airs. En savoir plus sur la peinture dans le Golconde analyse de la peinture ci-dessous.

Artiste abstrait : Qui était René Magritte ?

René François Ghislain Magritte est né le 21 novembre 1898 à Lessines en Belgique et est décédé d’un cancer du pancréas le 15 août 1967 à Bruxelles en Belgique. Il était l’un des principaux artistes surréalistes et a toujours remis en question la nature de la réalité et sa représentation. Il a commencé l’art à un jeune âge, et son premier style a été décrit comme Impressionnistemais il a découvert le surréalisme lorsqu’il a déménagé à Paris en 1927. Au début de son adolescence, il a perdu sa mère par suicide et aurait été sur les lieux lorsque son corps a été retrouvé. Il était marié à Georgette Berger et ils n’auraient pas eu d’enfants. Certaines des œuvres célèbres de Magritte incluent Les amoureux (1928) La trahison des images (Ceci n’est pas une pipe) (1929), et Le fils de l’homme (1964).

Analyse de la peinture de Golconde René Magritte (1967) de Lothar Wolleh ; Lothar Wolleh, CC 3.0, via Wikimedia Commons

Golconde (1953) de René Magritte dans Contexte

Le Golconde L’analyse de la peinture ci-dessous commencera d’abord par un aperçu contextuel expliquant quand Magritte l’a peint et ce que cela signifie, qui sera suivi d’une analyse formelle, discutant du sujet plus en détail et comment Magritte a composé la pièce en fonction des éléments de l’art.

Artiste René François Ghislain Magritte
Date de peinture 1953
Moyen Huile sur toile
Genre Genre
Période/Mouvement Surréalisme
Dimensions (cm) 80 × 100,3
Série/Versions N / A
Où est-il hébergé ? The Menil Collection, Houston, Texas, États-Unis
Ce que ça vaut Acheté par Alexandre Lolas en 1953, avec d’autres tableaux de Magritte, pour 7 500 FB (francs burundais). En 1954, elle est achetée par John et Dominique de Menil, les fondateurs de la collection. Le prix exact payé reste incertain.

Analyse contextuelle : un bref aperçu socio-historique

Golconde de René Magritte est une composition surréaliste, facilement identifiable par la multitude d’hommes qui flottent dans les airs autour d’un environnement urbain. Le sens de cette huile sur toile a souvent été exploré et discuté avec un consensus que Magritte laissait beaucoup de place à l’interprétation et à l’ambiguïté. Le titre, Golcondeest nommé d’après une ville appelée Golconda à Hyderabad, Telangana, Inde. Il est également défini comme une « mine riche » ou quelque chose qui est un lieu/une source qui détient la richesse.

Cependant, cette idée pourrait n’avoir rien à voir avec le sujet de la composition.

Chez Magritte Golconde aborde également les idées de collectif dans la société, de faire partie d’un système et d’uniformité, sans aucun sens de l’individualisme, ce qui pourrait expliquer pourquoi l’artiste a représenté les hommes presque comme des doublons les uns des autres, portant les mêmes tenues et apparemment émotionnellement coupés les uns des autres en raison de l’absence d’interaction les uns avec les autres. Ces hommes sont-ils de simples copies les uns des autres, chacun en première ligne d’une société ouvrière, vivant une vie sans vie ? Ces questions se posent plus vous enquêtez sur la scène. Cependant, Magritte en avait-il l’intention ?

Analyse contextuelle de la peinture de Golconda Le fils de l’homme (1964) de René Magritte ; Nathan Hughes Hamilton, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons

Une autre influence sur le sens de Golconde peut également être contextualisé autour du style de vie de l’artiste lorsqu’il l’a peint. Il aurait vécu dans un environnement auquel ressemble l’urbanité du tableau, qui étaient des quartiers de banlieue à Bruxelles. Le nom du titre du tableau a été donné par l’ami de Magritte, Louis Scutenaire, qui était poète. Magritte l’a également inclus dans le tableau comme l’un des hommes. Il est le personnage central des trois personnages de la deuxième rangée de personnages du bas au premier plan, qui sont également soutenus par le toit rouge du bâtiment.

Lire aussi  Comment décapant de peinture pour enlever la peinture

Analyse formelle : un bref aperçu de la composition

Le Golconde L’analyse de la peinture fournira une description visuelle du sujet suivi d’un aperçu de la façon dont les principaux éléments artistiques organisent la composition, à savoir, selon la couleur, la texture, la ligne, la forme, la forme et l’espace.

Objet : description visuelle

Golconde de René Magritte dépeint un paysage urbain rencontrant le ciel. Il est composé d’une rangée de bâtiments aux toits rouges, qui ont été décrits comme un style architectural belge. Toutes les fenêtres semblent fermées avec les rideaux tirés à l’intérieur. Il semble que seuls les deux étages supérieurs et les greniers du bâtiment soient visibles, qui composent la moitié inférieure de la composition ; le ciel bleu compose la moitié supérieure.

Le bord droit de la composition représente une partie d’un autre bâtiment, qui apparaît plus proche comme s’il était juste à côté de nous, les spectateurs. Les bords de ses fenêtres font juste saillie dans la composition. Ce qui rend moins normale cette scène urbaine apparemment normale, c’est la dispersion, et dans les airs, des formes verticales sombres, presque en forme de stylo, qui sont en fait des figures d’hommes.

Ils semblent se tenir debout comme s’ils attendaient quelque chose, ou simplement positionnés là où ils se trouvent sans aucun but. De plus, leur direction a également été remise en question, montent-elles ou descendent-elles ?

Ils sont tous formellement vêtus de costumes et de cravates, de chapeaux melon et de longs pardessus gris foncé / noir sous les genoux. Fait intéressant, ce sont des tenues que René Magritte portait également lui-même. Un élément notable est le chapeau melon, qui est répété dans de nombreuses autres œuvres d’art comme Le fils de l’homme (1964) et Homme au chapeau melon (1964), et qui a été attribuée au style de l’artiste.

Certains des hommes ont les mains dans les poches de leur manteau, d’autres ont les bras sur les côtés et d’autres tiennent des objets dans leurs mains, qui semblent être des porte-documents. Certains des hommes nous regardent droit dans les yeux, les téléspectateurs et d’autres sont tournés vers la gauche, la droite et ce qui semble nous tourner le dos. Leurs expressions faciales semblent quelque peu neutres, comme s’ils regardaient presque sans réfléchir l’espace devant eux. Les hommes du premier plan sont plus visibles que ceux du second plan. Les hommes vers le plan intermédiaire flottent suffisamment près du bâtiment pour que nous, les spectateurs, remarquions leurs ombres sur le mur, les fenêtres et le toit. L’arrière-plan se compose d’hommes derrière le bâtiment et dans le ciel au loin.

Couleur

Les couleurs dominantes dans Golconde par René Magritte se composent du gris foncé / noir des vêtements pour hommes, du rouge plus foncé du toit du bâtiment, du beige béton neutre du bâtiment et du bleu plus clair du ciel. Cependant, il semble y avoir une harmonie globale des couleurs en raison de l’absence de couleurs vives ou austères créant des effets contrastés. Il y a aussi une source de lumière inconnue qui semble provenir du côté gauche de la composition.

Ceci est suggéré par les ombres des personnages qui semblent être projetées vers la droite, y compris un côté de leur visage qui semble plus clair que l’autre côté.

Texture

Les coups de pinceau de René Magritte Golconde semblent lisses et impliquent un sentiment de réalisme dans le sujet. Par exemple, la surface lisse des bâtiments, qui donne l’impression de pierre, ou les manteaux des hommes et les rideaux des fenêtres, semblent plus doux.

Doubler

Golconde de René Magritte dépeint une linéarité horizontale et verticale distincte, à savoir l’orientation horizontale de la composition véhiculée par les bâtiments du plan intermédiaire, qui semble créer une ligne de division entre la partie inférieure et supérieure du tableau. Ceci est contrasté par la direction verticale de tous les hommes, et ils transmettent une ligne verticale directionnelle allant vers le haut ou vers le bas.

L’orientation verticale des fenêtres sur les bâtiments fait également écho à l’orientation des hommes.

Forme et forme

Il y a une interaction de formes géométriques et organiques/naturalistes dans Golconde par René Magritte, notamment les formes carrées et rectangulaires du bâtiment et des fenêtres, le toit à pignon sur le côté gauche du bâtiment est une forme triangulaire avec un cercle au centre qui semble être une petite fenêtre. Les hommes, bien que rigides dans leur forme, offrent une forme contrastée, plus naturaliste par rapport au cadre urbain qui les entoure. Par exemple, leurs chapeaux courbes et leurs formes figuratives.

Espace

René Magritte a créé un sens de la profondeur en utilisant d’autres éléments d’art comme la couleur et des effets clairs et sombres. Ceci est créé par les ombres des hommes sur le bâtiment, qui indiquent la distance entre les hommes et le bâtiment. Les hommes à l’arrière-plan sont de couleur plus claire et plus flous que les hommes au premier plan qui apparaissent plus clairs et plus visibles.

Cette technique est appelée perspective aérienne (ou atmosphérique).

Magritte a également représenté différentes tailles, l’échelle des hommes en arrière-plan est plus petite que celle des hommes au premier plan, ce qui donne une impression de profondeur spatiale et de la distance à laquelle les hommes s’éloignent. Une autre caractéristique intéressante de la zone spatiale de Golconde est le motif répétitif dans lequel Magritte a arrangé les hommes. Certains l’ont décrit comme une grille à motifs, qui a été comparée à une forme de diamant.

Magritte : Beaucoup d’hommes, beaucoup de significations

Magritte était connu pour dépeindre une réalité surréaliste, une « représentation » de la réalité. Selon Charly Herscovici, qui a obtenu la propriété des droits d’auteur de Magritte, lorsqu’il a été interviewé sur l’œuvre de Magritte, il a décrit que Magritte comprenait comment les images « mentent » et que « ces images d’hommes ne sont pas des hommes, juste des images d’eux ».

Analyse de la célèbre peinture de Golconda L’art de converser (1963) de René Magritte ; CC : 4.0, via Wikimedia Commons

Cet article a exploré plusieurs interprétations possibles de Golconde par René Magritte, qui comprenait un examen plus approfondi de la façon dont l’artiste a composé le sujet intrigant et onirique. S’il y a plusieurs hommes, ou plusieurs significations, dans ce tableau, la seule constante était la vision de Magritte, qui dépassait et tordait toujours le réel.

Questions fréquemment posées

Qui a peint Golconde?

Le Artiste surréaliste René Magritte peint l’huile sur toile, Golconde (1953), qui mesure 80 sur 100,3 centimètres. Le titre a été décrit comme signifiant une soi-disant source de grande richesse ou une riche mine. C’est le nom d’une ville effondrée, aussi appelée Golconda, à Hyderabad, Telangana, en Inde.

Que symbolise la peinture ?

Certaines théories autour de quoi Golconde (1953) de René Magritte peut symboliser l’exploration du collectif et de l’individuel. De plus, il joue également sur l’apparence réaliste d’objets ou de personnages du quotidien placés de manière singulière, ce qui interroge leur sens.

Où est Golconde par René Magritte Situé ?

L’huile sur toile, Golconde (1953), de René Magritte est conservé à la Menil Collection à Houston, Texas, en Amérique. Il aurait été acheté en 1954 par John et Dominique de Menil, les fondateurs de la collection, à Alexandre Lolas, qui aurait à son tour acheté le tableau en 1953 avec plusieurs autres tableaux de Magritte, pour 7 500 FB (francs burundais).