Art érotique japonais Shunga – Qu’est-ce que l’art japonais Shunga?

Accueil » Art érotique japonais Shunga – Qu’est-ce que l’art japonais Shunga?
Rate this post

JLe shunga japonais est une sorte d’art sensuel qui est principalement créé à l’aide de gravures sur bois connues sous le nom d’ukiyo-e. L’art érotique japonais, Shunga, se traduit par une « image du printemps », qui est un terme couramment utilisé pour faire allusion au sexe dans la culture japonaise. Bien qu’elle ait été désapprouvée par le gouvernement militaire, cette ancienne forme d’art érotique japonais était populaire auprès de toutes les classes sociales pendant la période Edo. Ces peintures japonaises érotiques présentaient des scènes de la vie quotidienne japonaise et dépeignaient la sexualité de diverses manières.

Comprendre l’art érotique japonais – Shunga

À partir de l’ère Muromachi, les images des livres de médecine chinoise ont profondément inspiré Shunga. On pense également que Zhou Fang, un artiste chinois bien connu de la dynastie Tang, a eu un impact. Il a dessiné les parties génitales dans un style exagéré, comparable à un topos shunga fréquent, comme l’ont fait de nombreux autres peintres de son époque. Shunga est aussi un raccourcissement de shunkyū-higi-gale nom japonais d’un ensemble de 12 rouleaux chinois montrant les 12 activités sexuelles que l’héritier du trône entreprendrait pour représenter le yin et le yang.

Shunga japonaisShunga représentant 48 positions de rapports sexuels par un artiste inconnu ; inconnu, CC0, via Wikimedia Commons

L’histoire du Shunga japonais

Les origines japonaises de Shunga remontent à l’ère Heian. Il a été observé parmi l’élite des courtisans à cette époque. Les scandales sexuels de la cour impériale ou des monastères étaient représentés à l’aide de rouleaux manuels narratifs, et les sujets avaient tendance à être limités aux membres de la famille royale et aux moines. L’ère Edo marque l’apogée du style. Le nombre et la qualité des procédés d’impression sur bois ont considérablement augmenté. La première tentative officielle de freiner le shunga fut un ordre publié par le shogunat Tokugawa en 1661, qui interdisait, entre autres choses, la littérature pornographique connue sous le nom de kōshokubon.

Alors que d’autres catégories couvertes par le décret, telles que les pièces critiquant les samouraïs, ont été forcées à la clandestinité, les peintures érotiques japonaises ont continué à être créées avec un minimum de perturbations.

Les réformes Kyōhō, une ordonnance émise en 1722, étaient beaucoup plus sévères, interdisant la création de toutes nouvelles publications sauf si le commissaire de la ville en accordait la permission. Le Shunga japonais est entré dans la clandestinité après cet ordre. Néanmoins, puisque les guildes d’édition ont jugé bon d’envoyer périodiquement à leurs membres des mises en garde contre la vente de peintures japonaises érotiques pendant plusieurs décennies après ce décret, il est probable que la fabrication et les ventes ont continué à prospérer. Les réformes Kansei de l’empereur Kkaku dans les années 1790 ont introduit encore plus de mesures pour limiter la fabrication de peintures érotiques japonaises. Le shunga japonais a également rencontré des difficultés dans les musées occidentaux au cours du XXe siècle.

Peintures érotiques japonaisesSujets de poèmes comiques, Koi no michikusa (1825) par Keisai Eisen ; Keisai Eisen, domaine public, via Wikimedia Commons

Selon Peter Webb, alors qu’il effectuait des recherches pour une publication, on lui avait initialement dit qu’aucun contenu applicable n’existait au British Museum, et lorsqu’on lui a finalement accordé l’accès, on lui a dit qu’il « ne pouvait pas être affiché au public » et n’avait pas été catalogué. Il est retourné à l’institution en 2014, alors qu’une exposition d’art érotique japonais ancien était fièrement exposée. L’arrivée de la culture et de la technologie occidentales au début de l’ère Meiji, notamment les méthodes de photo-reproduction, a eu des ramifications majeures pour le shunga. Pendant un certain temps, l’impression sur bois était encore utilisée, mais des personnages portant des vêtements et des coupes de cheveux occidentaux ont commencé à figurer sur les estampes. Les peintures érotiques japonaises n’ont finalement pas pu rivaliser avec la photographie sexuelle, ce qui a entraîné leur disparition.

Lire aussi  Comment dessiner une rose des vents - Tutoriel d'esquisse de boussole étape par étape

Les usages de l’art érotique japonais – Shunga

Le shunga japonais était très probablement apprécié par les hommes et les femmes de toutes les couches sociales. Les superstitions et les pratiques autour du shunga l’impliquent autant ; tout comme le port de shunga était considéré comme un porte-bonheur contre la mort pour un samouraï, il était considéré comme un bouclier contre le feu dans les entrepôts commerciaux et la maison. On peut en déduire que les chonin, les samouraïs et les femmes au foyer possédaient tous des peintures japonaises érotiques. Les samouraïs ont résidé dans des casernes pendant de longues périodes, et la séparation d’avec leurs proches s’est produite en raison du système sankin-kotai et de la nécessité pour les marchands de se déplacer pour acheter et vendre des marchandises. En conséquence, il a été suggéré que la possession de shunga était libidineuse plutôt que superstitieuse.

Les femmes étaient des consommatrices régulières de peintures japonaises érotiques, selon les archives de femmes les recevant de prêteurs de livres.

Shunga peut également avoir fourni des conseils sexuels aux garçons et aux filles des familles aisées. L’efficacité éducative du shunga a été contestée car les poses difficiles et le manque de description de méthode limitent sa valeur éducative, et il y avait des textes sexuels en circulation qui donnaient de meilleures instructions, y compris des conseils sur la propreté. La qualité et le prix du Shunga variaient considérablement. Certains étaient extrêmement détaillés et commandés par des marchands aisés, tandis que d’autres étaient limités en couleur, facilement disponibles et peu coûteux. Certains étaient disponibles dans les bibliothèques de prêt, connues sous le nom de kashi-honya, qui parcouraient les régions rurales. Cela indique que le shunga a imprégné toutes les classes sociales.

Peintures japonaises érotiquesUn soldat japonais shunga de la guerre russo-japonaise (représentant le Japon) violant un soldat russe (représentant la Russie); une allégorie de la défaite de la Russie (vers 1910) par un inconnu ; SoulCollector, domaine public, via Wikimedia Commons

La production de peintures érotiques japonaises

Les shunga ont été créés par des peintres ukiyo-e entre le XVIe et le XIXe siècle parce qu’ils étaient achetés plus facilement et à un prix plus élevé que leurs œuvres d’art habituelles. Les estampes japonaises shunga étaient fabriquées et distribuées sous forme de feuilles simples ou, plus souvent, sous forme de livret, connu sous le nom d’enpon. Ceux-ci comportaient 12 images, une pratique enracinée dans le chinois shunkyu higa. Shunga était également disponible en style de défilement à la main, connu sous le nom de kakemono-e. Ce type était également courant, cependant, il était plus cher car les rouleaux devaient être peints séparément. Le calibre de l’art shunga fluctue et peu d’artistes ukiyo-e s’y sont essayés. Les artistes expérimentés ont découvert qu’il était plus avantageux de se concentrer sur leur propre production.

Cela a abouti à l’utilisation du shunga par des peintres bien connus, tels que l’artiste ukiyo-e dont le travail est sans doute le plus connu dans les pays occidentaux, Le rêve de la femme du pêcheur (1814) de Hokusai.

Ces œuvres d’art fournissaient un revenu stable aux peintres Ukiyo-e, et la fabrication d’un morceau de shunga pour un client de haut rang pouvait leur fournir suffisamment d’argent pour vivre pendant environ six mois. À la fin du 20e et au début du 21e siècle, des artistes japonais de renommée mondiale tels que Hajime Sorayama utilisent leur style particulier de peinture au pinceau à la main et la technique de signature du tampon Hanko pour produire de l’art shunga japonais contemporain dans l’esprit de peintres historiques tels que Hokusai. Bien que l’impression en couleur soit apparue pour la première fois vers 1765, de nombreuses impressions shunga la précèdent. Auparavant, la couleur était appliquée à la main sur des impressions monochromes et, à partir de 1744, le benizuri-e autorisait la fabrication d’impressions aux couleurs restreintes.

Art érotique japonais ancienLe rêve de la femme du pêcheur (1814) par Hokusai ; Katsushika Hokusai, domaine public, via Wikimedia Commons

De nombreuses estampes shunga ont été créées à l’aide de processus plus anciens même après 1765. Dans certaines circonstances, cela a été fait pour réduire les coûts, mais dans de nombreux cas, c’était une question de préférence personnelle. Le shunga d’Edo a tendance à être plus coloré que le shunga d’Osaka et de Kyoto, en raison d’une divergence de préférence esthétique entre ces régions – Edo promeut l’innovation et le luxe, tandis que la région de Kamigata préfère un style plus discret. Cela signifiait également plus de détails de fond dans Edo Shunga.

Lire aussi  Découvrez les chefs-d'œuvre des maîtres de la peinture

Contenu de l’art érotique japonais – Shunga

Shunga de l’ère Edo a tenté de représenter un large éventail de possibilités sexuelles potentielles. Certains spécialistes du sujet décrivent cela comme le développement d’un monde exagéré, érotisé et exotique par rapport à la vie urbaine moderne. La grande majorité des peintures érotiques japonaises représentent des relations sexuelles entre des gens ordinaires, les chonin, les citadins, la classe marchande, les femmes, les artisans et les agriculteurs. Il y a aussi des étrangers du Portugal et des Pays-Bas. De nombreux shungas japonais comportaient également des courtisanes comme sujets.

Les représentations de courtisanes d’Utamaro, qui offraient un niveau de compassion et de subtilité psychologique inégalé, étaient très admirées.

Les hommes considéraient les courtisanes comme extrêmement érotisées du fait de leur profession, mais aussi inaccessibles, puisque seuls les hommes les plus riches et les plus sophistiqués auraient une chance d’avoir des relations sexuelles avec une. Les femmes les considéraient comme des figures éloignées et glamour, et les vêtements de courtisane ont influencé la mode japonaise dans tout le pays. En raison de ces facteurs, de nombreuses personnes ont été attirées par le fétiche courtisane. Les peintures courtisanes ont été critiquées pour avoir véhiculé une représentation idéalisée de la vie quotidienne dans les quartiers de plaisance.

Art érotique japonais ShungaOh, je suis envieux ! shunga (1890) de Tomioka Eisen ; Tomioka Eisen, Wikimedia Commons

Il a été allégué qu’ils ont obscurci le statut d’esclavage réel des travailleuses du sexe. Utamaro, en revanche, n’est qu’un exemple d’un artiste attentif à la vie intérieure de la courtisane, par exemple, les représentant rêvant avec envie d’échapper à Yoshiwara en épousant quelqu’un. Plutôt qu’un récit planifié, les rouleaux peints et les romans érotiques illustrés comportaient fréquemment une succession non liée de tableaux sexuels. Les hommes seraient représentés en train de séduire les femmes, les femmes en train de séduire les hommes ; les deux sexes se trompent; tous les âges, des jeunes vierges aux vieux maris et femmes; même des créatures marines étaient parfois représentées.

Shunga était immensément populaire en Asie de l’Est. Presque tous les grands peintres ukiyo-e ont créé des œuvres d’art érotiques. Bien qu’ils aient été interdits par le gouvernement, ils ont été distribués anonymement sous le comptoir et représenteraient jusqu’à la moitié de la production d’ukiyo-e à cette époque. L’attitude japonaise envers la sexualité était très différente de celle de l’Europe, où la sensualité avait été voilée de significations héroïques et sacrées. L’art européen était largement concerné par la figure féminine nue. Une approche insouciante du sexe est importante pour la culture japonaise. La philosophie, la religion et la médecine sont fréquemment utilisées comme métaphores dans l’art érotique japonais ancien.

Questions fréquemment posées

À quoi servait le shunga japonais ?

L’art Shunga représentait les activités sexuelles et était fréquemment utilisé comme moyen d’augmenter le plaisir sexuel. L’application principale du shunga aurait été d’examiner et de partager des œuvres d’art ou de la littérature avec des partenaires sexuels ou des amis proches. Les peintures japonaises érotiques étaient également utilisées pour enseigner la sexualité aux jeunes couples ou pour inciter un guerrier à se battre. Ils semblent avoir été très prisés par les dames, car ils ont été découverts parmi les objets matrimoniaux remis à une mariée japonaise. Le shunga était généralement produit sous la forme de peintures et de gravures sur bois, et était soit présenté en cadeau, soit apprécié personnellement. Le shunga était couramment exposé publiquement dans la maison et était considéré comme un type d’art régulier et acceptable.

Les gens en shunga japonais sont-ils nus ?

Les personnages de pratiquement tous les shunga sont complètement habillés. Les Japonais avaient l’habitude d’observer le sexe opposé nu dans les bains communautaires, la nudité n’était donc pas intrinsèquement érotique. Les vêtements aidaient également le lecteur à identifier les courtisanes et les étrangers, car les gravures avaient souvent une signification symbolique et attiraient l’attention sur les parties exposées du corps, en particulier les organes génitaux. Les amoureux de Shunga sont fréquemment représentés dans des poses non naturelles avec des organes génitaux élargis. Cela a une explication intrigante : cela a stimulé la visibilité du matériel sexuellement explicite.