Jules Olitski – Explorer les peintures les plus remarquables de Jules Olitski

Accueil » Jules Olitski – Explorer les peintures les plus remarquables de Jules Olitski

Jules Olitski était une artiste multidisciplinaire, plongeant dans les domaines de la peinture, de la sculpture et de la gravure. En tant que l’un des précurseurs de l’innovation et de l’expérimentation de différentes techniques artistiques dans les années 1950, il est une figure clé du monde de l’art. Nous allons voir de plus près qui était Jules Olitski et les œuvres qu’il a créées.

Biographie de Jules Olitski

Le nom d’origine de Jules Olitski était Jevel Demikovsky, et il est né dans la ville ukrainienne de Snovsk le 27 mars 1922. Il ne connaissait pas son père, qui a été tué alors qu’il servait dans l’armée en Russie. Il est surtout considéré comme un artiste américainayant émigré à Brooklyn, New York en 1923 avec le reste des membres de sa famille, à savoir sa mère et sa grand-mère.

Éducation et carrière

Jules Olitski a grandi avec un intérêt pour l’art, en particulier le dessin, ce qui l’a finalement amené à suivre des cours d’art pendant ses années scolaires. Il a reçu une bourse à l’Institut Pratt, une université privée. Il a également étudié à la National Academy of Design et au Beaux Arts Institute, tous deux à New York, au début des années 1940.

Au cours des années 1949 à 1951, Olitski séjourne à Paris et étudie dans deux institutions, à savoir l’école Ossip Zadkine et l’Académie de la Grande Chaumière. En 1952, alors qu’il était de retour à New York, il a complété un baccalauréat ès arts et sa maîtrise ès arts (en éducation artistique) deux ans plus tard. Il a également enseigné au CW Post College dans le département des beaux-arts, où il a commencé en 1956 et y est resté sept ans. La carrière d’enseignant d’Olitski s’est poursuivie en 1963 et 1967 au Bennington College dans le Vermont.

peintures de jules olitskipeintures de jules olitski

Des expositions

Jules Olitski a eu plus de 100 expositions au cours de sa carrière artistique. Sa première exposition remonte à 1958, une exposition personnelle à la galerie Alexander lolas. Cela l’a amené à exposer à la French and Company Gallery en 1959, facilité par le critique d’art et écrivain bien connu, Clement Greenberg, qu’il a rencontré lors de son exposition personnelle. Avec des expositions partout aux États-Unis, Olitski expose également à l’international, notamment au Carnegie International et, en 1966, à la Biennale de Venise, pour laquelle il représente les États-Unis avec quelques autres artistes américains. Une autre exposition solo notable a eu lieu en 1969 au Metropolitan Museum of Art (MET).

Jules Olitski Art

Il y a eu plusieurs évolutions de styles en ce qui concerne les peintures de Jules Olitski. En fait, on se souvient de l’artiste comme quelqu’un qui a exploré de nombreux médias et techniques artistiques. Ses premières œuvres représentaient des abstraits avec des couches de peinture denses et épaisses appliquées sur la toile, appelées empâtements. Au début des années 1960, les œuvres d’Olitski ont pris un tournant et il a commencé à appliquer de la peinture sur des surfaces en couches plus minces, y compris de la peinture en aérosol. Ci-dessous, nous examinons quelques caractéristiques et styles notables développés par Olitski, ainsi que plusieurs de ses œuvres clés.

Premières influences

Il est important de noter que les peintures de Jules Olitski ont été influencées par l’expressionnisme abstrait, l’un des mouvements artistiques les plus importants à New York dans les années 1950. Ses premières œuvres dépeignent les styles abstraits que nous voyons de ce mouvement artistique, avec l’influence des premiers pionniers comme Hans Hofmann.

Olitski était considéré comme l’un des précurseurs du mouvement Color Field Painting, qui était une réaction aux manières plus gestuelles avec lesquelles les expressionnistes abstraits antérieurs peignaient.

L’abstraction post-picturale et le pistolet pulvérisateur

Olitski a rapidement été le pionnier d’un nouveau type de style de peinture en réaction aux styles trop figuratifs des expressionnistes. Il rejoint plusieurs autres artistes, à savoir Helen Frankenthaler, Ellsworth Kellyet Morris Louis, et a été le pionnier du mouvement artistique appelé Post-Painterly Abstraction. C’est Clement Greenberg qui a inventé ce terme pour une exposition d’artistes qui présentaient des œuvres qui allaient à l’encontre de «l’abstraction picturale», comme il l’appelait, de l’expressionnisme abstrait.

L’une des principales techniques de l’abstraction post-peinture était la peinture à la tache. Olitski a commencé par verser du pigment acrylique sur la toile et laisser sécher. Il a également utilisé des rouleaux de peinture sur la toile pour produire divers effets. En 1965, Olitski a commencé à expérimenter des pistolets pulvérisateurs, comme l’application de peinture sur des toiles sans les amorcer.

Cela est devenu l’une des techniques les plus célèbres d’Olitski, car elle a permis à l’artiste d’explorer de nouvelles façons d’appliquer la peinture, mais surtout d’explorer les couleurs sur la toile. L’artiste a également exploré la dynamique de la couleur et sa richesse, ainsi que les effets créés sur la toile par rapport à la façon dont d’autres mouvements artistiques se sont concentrés sur la création de profondeur. Olitski a complètement éliminé toute trace de profondeur.

Des critiques d’art comme Michael Fried ont décrit le travail d’Olitski et ses interprétations de la couleur sur toile non seulement comme « la couleur atomisée », mais aussi comme la « surface de l’image ».

Oeuvres majeures

Ci-dessous, nous examinons plusieurs œuvres d’art clés réalisées par Jules Olitski et comment son utilisation de la couleur et de la texture a créé un changement complet de sens et de perspective, au sens propre et figuré, sur la toile et hors.

En mémoire de Slain Demikovski (1958)

En l’honneur de la mémoire de son père, nous voyons les techniques antérieures d’Olitski consistant à appliquer de la peinture en bandes plus épaisses de couleurs et de textures. En utilisant de la résine acrylique et des pigments secs, le côté gauche de la composition est dominé par le gris clair avec ce qui semble être une figure à droite. Les couleurs créent une sensation plus sérieuse et plus sombre à la peinture par rapport aux œuvres ultérieures d’Olitski.

Lire aussi  Les meilleurs magasins de bricolage à Lyon

Chair de Cléopâtre (1962)

Ce tableau est composé de seulement quatre couleurs – bleunoir, rouge et beige – disposés en formes circulaires, apparemment enroulés les uns dans les autres ou s’éloignant l’un de l’autre, presque comme une cellule sous un microscope. Cette composition est l’une des peintures à la tache d’Olitski avec de la peinture versée sur la toile. Aucun coup de pinceau n’est apparent, bien que le chemin de coulée de la peinture montre toujours le mouvement intentionnel de l’artiste.

Mince Lizzie Vert (1964)

Cette peinture est un exemple d’une des toiles d’Olitski utilisant un rouleau à peinture. Nous voyons une bande de rouge plus foncé en haut avec une bande verticale ininterrompue de vert se déplaçant tout en bas. Ceci, à son tour, dilue le rouge en haut et crée un effet d’amincissement sur la toile, en particulier par rapport à l’épaisseur de la méthode d’empâtement vue dans les peintures antérieures d’Olitski.

Patutsky au paradis (1966)

Cette peinture (aérosol) est considérée comme l’une des œuvres les plus célèbres d’Olitski mettant en valeur sa nouvelle technique utilisant le pistolet pulvérisateur. Son objectif était de créer de nouvelles sensations d’expérience de la peinture, en particulier l’effet de flotter – suspendu « comme un nuage » – et de se déplacer au-delà de la planéité de la toile. Cette composition ne suggère aucune implication du coup de pinceau ou de l’artisanat de l’artiste comme nous le voyons dans sa pièce précédente, Chair de Cléopâtre. Les couleurs sont vibrantes avec des roses vifs, des oranges et des verts, ce qui peut indiquer une sensation de paradis.

En souvenir de Jules Olitski

Olitski a recommencé à utiliser la technique de l’empâtement dans les années 1970, mais son esprit expérimental n’a jamais changé lorsqu’il a commencé à expérimenter avec des gels acryliques et d’autres substances comme les polymères. De la fin des années 1990 aux années 2000, Olitski a peint des images tirées du paysage autour de lui où il vivait à l’époque près de Bear Island. Il a produit une série de peintures intitulée Avec amour et mépris (2002), qui dépeignent des contrastes de couleurs plus forts avec des flux dynamiques de formes et de formes.

Jules Olitski était un artiste pionnier qui a toujours innové avec ses médias et son sujet. Bien qu’il ait été critiqué pour s’être éloigné de ses peintures au pistolet uniques, il a néanmoins continué à faire de l’art selon ses conditions, qu’il s’agisse de l’abstrait au paysage ou de l’acrylique à l’aquarelle, qu’il a exploré plus tard dans sa carrière artistique.

Quelle que soit la façon dont nous choisissons de nous souvenir de Jules Olitski, nous ne pouvons pas oublier l’importance de toujours expérimenter pour trouver de nouvelles façons de faire de l’art et de voir la vie.