English Website



Toutes les Analyses


 Martin Johnson Heade. (1819 – 1904). Orchidée Cattleya et 3 colibris Brésiliens. (1871).  Hudson River School.




 




Laisser un commentaire ou un avis.  


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
   
 Liens 




Laisser un commentaire ou un avis.  


Martin Johnson Heade. (1819 – 1904). Orchidée Cattleya et 3 colibris Brésiliens. (1871). 

Martin Johnson Heade est un peintre de l’école de l’Hudson River. Influencé par les toiles tropicales de Frédéric Edwin Church il fait lui aussi des voyages en Amérique du sud. Il représente des paysages mais aussi les détails en avant plan. Sachant peindre les natures mortes et les paysages il combine les 2 genres dans ses toiles où des oiseaux tropicaux, surtout des colibris, se trouvent à coté de belles fleurs, souvent des orchidées. L’orchidée est le nom usuel d'une des plus importantes familles de plantes à fleurs angiospermes. Les estimations varient de 400 à 800 genres représentés par 15 000 à 25 000 espèces. L’orchidée Cattleya est l'un des genres les plus cultivés ; on en a créé un grand nombre d'hybrides. Le colibri est le nom usuel de plus de 300 espèces de petits oiseaux du continent américain, souvent appelés oiseaux-mouches. Ce sont les plus petits des oiseaux. De nombreuses espèces mesurent moins de 8 cm et pèsent entre 2 et 5 grammes. Capable de battre des ailes jusqu'à 78 fois par seconde, le colibri effectue un vol stationnaire ou même peut reculer devant la fleur dont il prélève le nectar grâce à sa langue extensible. 


Le point de vue du spectateur se situe à la fois au niveau de la ligne d’horizon, au milieu de l’orchidée et entre les 2 colibris du haut. Cette œuvre aux splendides couleurs est à la fois une nature morte à l’avant plan et un paysage tropical à l’arrière plan. 

L’orchidée Cattleya se trouve sur la ligne de force gauche entre 2 points naturels d’intérêt. Le couple de colibris et le nid sont sur la ligne de force droite eux aussi entre 2 points naturels d’intérêt. Le cadrage est parfait. 

Le ciel occupe un peu plus du tiers supérieur de la toile, la nature et les oiseaux un peu moins du tiers inférieur. 

L’œuvre est construite sur la diagonale ascendante. De part et d’autre de celle-ci un espace pour la fleur, un autre espace pour les oiseaux. 

Détails : 

Ce colibri multicolore est un intrus. Les multiples couleurs indiquent qu’il s’agit d’un male. 

Le couple de colibri, le male est celui qui a du rouge sous le cou, défend son nid et son territoire avec acharnement. 

Les orchidées possèdent 3 sépales et 3 pétales qui ont le même aspect coloré. Les 3 sépales (verticille floral externe) et 2 des 3 pétales (verticille floral interne) ont même forme et même teinte. Le troisième pétale, plus grand, de forme différente, généralement à trois lobes, est diversement coloré. Ce labelle (ou lèvre), se situe à la partie inférieure de la fleur ; il sert de plate-forme d'atterrissage pour les insectes ou ici les oiseaux, attirés par sa couleur et sa forme particulières, ainsi que par son odeur.

A l’arrière plan le soleil est masqué par la brume. Le paysage est plongé dans le brouillard. 

Lumière : 
La toile est éclairée de la droite par un soleil qui semble se lever. 

Couleurs : 
Contraste entre couleurs chaudes et froides. 

Toiles Similaires :
Martin Johnson Heade. Orchidées et Colibri. (1875).

Martin Johnson Heade. Fleurs de la Passion et Colibris.