Les Mandalas. 




Une déclinaison moderne du Mandala : Le Structurellisme du Peintre Beaudier.





Voir aussi : Générateur de Mandalas.



 






Laisser un commentaire ou un avis.
 
 

  Clic sur les mots en couleur pour voir les images         

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     Qui sommes nous ?      Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.  

Le Mandala est une forme géométrique fermée contenant soit des dessins figuratifs soit des formes géométriques dont le but est de conduire le regard du spectateur vers son centre. 
Le terme Mandala vient du sanskrit : " cercle ", pourtant tous les mandalas ne sont pas sphériques, il désigne une figure cosmologique utilisé comme aide centrale et guide pour la méditation. Chaque diagramme représente l'univers au moyen d'images et l'adepte pénètre dans le mandala par imagination, se concentrant successivement sur chacun de ses niveaux et absorbant la logique de sa forme à mesure qu'il approche du centre. Bouddhistes, celtes, mayas, catholiques ou musulmans, les mandalas ont été utilisés par de nombreuses cultures et religions. 
Peints sur bois ou sur toile, ou faits de sable, de poudres colorées, de bois, de métal, d'argile, de beurre, de pierre, ce sont à la fois des dessins à la géométrie élaborée et des reproductions spirituelles de l'ordre du monde. 
Si en sanscrit mandala veut dire " Cercle " ou plus exactement " Cercle sacré " ou " Cercle magique ", certains mandalas ne sont pas sphériques, soit le cercle est contenu dans un carré, soit la forme générale est en triangle ou losange, soit c'est le carré qui est contenu dans le cercle. 
De plus chaque culture engendre des mandalas spécifiques, les mandalas celtes par exemple peuvent avoir la forme d’un labyrinthe ou être constitués de nœuds ou de rosaces entremêlées. En ce sens ils peuvent être considérés comme les ancêtres des mandalas catholiques qui sont bien moins sinueux et dont les motifs sont beaucoup plus floraux. 
Les catholiques n’ont jamais cachés leurs mandalas, bien au contraire au fronton des plus grandes cathédrales les rosaces sous forme de vitraux sont de magnifiques mandalas dont les couleurs sont rehaussées par la lumière naturelle du soleil. 
En Asie les mandalas sont bien plus complexes, tant au niveau des formes que des couleurs. 
Le cercle, véritable frontière avec l'extérieur, est le protecteur de son contenu sacré, notamment du point central. Il est aussi le symbole de l'infini et de l'absolu. Le mandala représente un modèle de macro et de microcosme : le centre et la rotation, l'unité et la diversité par exemple dans les galaxies, les amas d'étoiles et les nébuleuses dans l'infiniment grand, les molécules ou les atomes dans l'infiniment petit.
Le centre d'un mandala représente le centre de l'Univers. C'est le coeur de l'univers qui comporte la sagesse, énergie venant du vide, du silence. Dans ce silence vivent l'unité, le divin, l'invisible, le métaphysique.
Si le regard demeure attentif sur le monde des mandalas peuvent être reconnus partout. Par exemple le grand temple situé à Borobudur, à Java, est avant tout un gigantesque mandala de pierre. 
En architecture, pour les mosaïques, et même pour les motifs des plus beaux tapis orientaux les mandalas sont des modèles.
Au XVIIe siècle un jardin à la française est une juxtaposition de différentes figures géométriques fermées, semblables à des mandalas.
Ce modèle est visible dans tous les châteaux, jusqu’aux plus grands et aux plus beaux. 
En Asie chaque culture peut être reconnue par les formes géométriques utilisées dans ses mandalas. Il existe des mandalas typiquement Indiens, Perses, Sumériens, Turcs, Tibétains… 
Le Mandala tibétain, symbole d’impermanence, se distingue car il est souvent fait de sable coloré ou de beurre. En quelques secondes les moines effacent le sable ou exposent le beurre au soleil. Le travail de centaines d’heures disparaît instantanément tout comme le travail d’une vie ou la vie elle-même peuvent disparaître de la même manière… Rien ne dure tout est provisoire… 
Ce qui frappe immédiatement en observant un mandala, surtout un mandala bouddhiste ou tantrique, ce sont les couleurs et la structure circulaire et carrée. Prenons pour exemple le Kalachakra, mandala très connu et surnommé aussi la roue du temps. Analysons tout d’abord les couleurs.