English Website




Toutes les Analyses


Edward Hopper. La Maison près de la Voie Ferrée. (1847). 









Exposition. Edward Hopper. Grand Palais, Galeries nationales. 
Du 10 octobre 2012 au 28 janvier 2013. Site Web : 

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     Qui sommes nous ?   
 Liens 

Laisser un commentaire ou un avis : 


  Nom ou Pseudo : 

  2 + 2 :    (Anti robots)

 Nom du Tableau ou Thème :   Artiste :


 Donnez une note sur 20 :    (Facultatif). 

 Commentaire : 

  





1/ Votre adresse mail ne serra pas visible, 

2 /Nous n'utilisons pas les adresses mails, 
sauf pour répondre en privé si besoin.

Voir guide sur votre navigation ici.

Il n'y a pas de cookies ici ! Téléchargez cookieviz

Bien des sites que vous utilisez chaque jour ne respectent même pas cela...  

Les Sites sont déclarés à la
CNIL. (Depuis 2002 et 2006). Même si cela n'est plus obligatoire. 



Edward Hopper. La Maison près de la Voie Ferrée. (1847). 

Edward Hopper est un peintre réaliste américain qui a étudié Manet et Courbet. Il aime peindre les scènes de la vie des petites villes américaines et le contraste entre les formes irrégulières de la nature et les symboles de la civilisation. Ici la civilisation c’est le chemin de fer qui contraste avec les formes d’une maison sans véritable style, irrégulière et un peu inquiétante. Hitchcock dira que son film fenêtre sur cour lui a été inspiré par les toiles de Hopper. Et en effet, à bien y regarder, cette maison ressemble à celle de Psychose, ou à l’Hôtel de Vertigo ou bien encore à l’école des Oiseaux, et même à Manderley, la maison de Rebecca. Les toiles de Hopper ont une grande force évocatrice. Bien des cinéastes se diront inspirés par les toiles du peintre. Elles ont une puissance de fiction possible derrière laquelle bien des scénarios peuvent se cacher. Parlant de son œuvre l’artiste évoque la « conscience de ce qui est au-delà de la scène elle-même ». Il s’agit de la définition même du hors-champ, ce qui prouve que Hopper était bien conscient de la puissance suggestive de ses œuvres. 

Le ciel est immense, la ligne d’horizon basse, le point de vue est en contre plongée cela ressemble à un cadrage de cinéma. 

La maison, thème principal du tableau se trouve centrée sur les lignes de force et les 4 points naturels d’intérêt.

La maison et le ciel occupent les trois quarts de l’espace pictural.

L’œuvre est construite sur la diagonale ascendante. Les lignes horizontales du chemin de fer s’opposent aux lignes verticales de la maison ce qui accentue le contraste. 

Détails : 

La couleur de ce ciel est celle d’un ciel du matin.

Cette cheminée possède la même couleur que le rail au premier plan, c’est un rappel, mais ce ton ne correspond pas au style assez baroque de l’habitation. 

La couleur du rail de la voie ferrée contraste avec celle de la maison mais aussi les lignes directrices qui sont horizontales alors que celles de la maison sont verticales. 

A travers cette fenêtre du 1er étage on perçoit 2 personnages. A partir de là toutes les interprétations et les scénarios sont possibles… 

Lumière : La maison est fortement éclairée par une vive lumière provenant de la gauche. 

Couleurs : Harmonie entre couleurs chaudes, les teintes sont claires. 

Toiles Similaires : 

Edward Hopper. Le Port de Gloucester.(1926). 
Edward Hopper. Du Pont de Williamsburg. (1928).
Edward Hopper. The El Station.