English Website



Toutes les Analyses


 Thomas Cole ((1801- 1848). La Maison dans Les Bois. (1847). Hudson River School.







Laisser un commentaire ou un avis.  

 


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
   
 Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.  

Thomas Cole ((1801- 1848). La Maison dans Les Bois. (1847). Hudson River School. 

Thomas Cole (1801 – 1848), réalise ce paysage l’année précédant sa disparition. Bien d’autres peintres après lui vont imiter cette composition. Les peintres figuratifs actuels l’utilisent encore comme modèle. Pourquoi ? Cette œuvre inspire le calme et la tranquillité, la composition est parfaite, les couleurs sont judicieusement choisies. 
Au premier plan un pêcheur rentre à la maison. La scène est banale mais elle évoque le bonheur familial. La maison, à droite, à la lisière de la forêt, est au bord d’un lac qui lui se trouve à gauche. Au loin une chaîne de montagne, le ciel et des nuages. Les éléments du paysage, arbres, falaises, montagne, nuages, cernent cette maison comme si elle se trouvait dans un cocon. La lumière rasante d’un soleil couchant éclaire l’eau du lac, la barque et surtout la maison. Le paysage est grandiose mais grâce à la lumière c’est la maison, la famille et les enfants qui sont mis en valeur. Le regard est immédiatement attiré par la maison, ce n’est que dans un second temps que le spectateur s’aperçoit qu’il y a aussi des animaux sur la toile. 

Bien qu’un ciel immense domine la composition, le point de vue du spectateur est relativement bas. Au niveau de la maison et de la famille. 

La maison et le lac se trouvent sur la ligne de force inférieure, sur 2 points naturels d’intérêt. Le ciel est sur la ligne de force supérieure. 

Le ciel et l’eau occupent 50 % de l’espace pictural. La nature l’autre moitié. 

L’œuvre est construite sur la diagonale ascendante. Les principales lignes directrices guident le regard soit vers la maison, soit au loin… 

Détails : 

Femme, enfants et grand-mère, 3 générations attendent le pêcheur. 

Manifestement cet homme ne rentre pas bredouille de la pêche.

Ces troncs brisés au premier plan sont les restes d’un abattage en cours. Ils donnent de la profondeur de champ à la toile. C’est par les proportions des hommes et des animaux que le spectateur prend conscience de l’immensité du paysage. 

Cette vache a les pattes dans l’eau. Il y a d’autres animaux derrière elle et des, oiseaux s’envolent sur l’eau au-dessus du lac. (Voir avec le zoom). 

La lumière rasante d’un soleil prêt à se coucher éclaire les personnages et la maison. Elle met en relief l’étendue d’eau où se situent la barque et l’habitation en bois. 

Couleurs : Contrastes entre couleurs chaudes et froides. 

Toiles Similaires : 

Jasper Francis Cropsey. La Maison du Pêcheur. Greenwood Lake, 
(New Jersey). 1877. Hudson River School.

Cette toile réalisée 30 ans après celle de Thomas Cole est un hommage au fondateur du mouvement. La composition est inversée. Le contraste entre couleurs chaudes et froides est plus intense avec un fort contraste entre couleurs complémentaires. (Vert et rouge). 

Maison dans la Forêt. 
Même composition, même contraste entre couleurs chaudes et froides, même montagne à l’arrière plan. 

Maison au bord de la Rivière. 
Composition inversée. Même contraste chaud et froid.