Edgar Degas. 

English Website

Les Peintres


Toile Analysée : Danseuses    L'Absinthe









                                Envoyer cette page à un(e) ami(e)         

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     Qui sommes nous ?   Liens 


Laisser un commentaire ou donnez votre avis : 


  Nom ou Pseudo : 

  2 + 2 :    (Anti robots)

 Nom du Tableau ou Thème :   Artiste :


 Donnez une note sur 20 :    (Facultatif). 

 Commentaire : 

  





1/ Votre adresse mail ne serra pas visible, 

2 /Nous n'utilisons pas les adresses mails, 
sauf pour répondre en privé si besoin.

Voir guide sur votre navigation ici.

Il n'y a pas de cookies ici ! Téléchargez cookieviz

Bien des sites que vous utilisez chaque jour ne respectent même pas cela...  

Les Sites sont déclarés à la
CNIL. (Depuis 2002 et 2006). Même si cela n'est plus obligatoire. 


Edgar Hilaire Germain Degas (1834 - 1917) 

Peintre impressionniste français il est aussi graveur et sculpteur.
Issue d’un milieu aisé, au départ, il est destiné à une carrière juridique. Pourtant, très tôt il se tourne vers la peinture et reçoit une formation classique marquée par le néo - classicisme d’Ingres (1780-1867). 
Entre 1854 et 1860 il effectue plusieurs longs voyages en Italie où il rencontre le peintre symboliste Gustave Moreau (1826 - 1898).
Ses premières œuvres sont surtout des portraits ou des autoportraits (1854). Vers 1860 il se lance dans le genre historique avec des thèmes empruntés à la mythologie antique où l’influence d’Ingres paraît nettement. En 1862 le portrait de la famille Bellelli démontre déjà clairement sa capacité à savoir représenter sur la toile la psychologie de ses personnages. En 1865 la thématique historique réapparaît brièvement mais elle est remplacée par des scènes de la vie quotidienne de son époque, les courses de chevaux, les repasseuses, les blanchisseuses… Les scènes de théâtre et les premières de ses célèbres danseuses voient le jour en 1867. A cette époque il fréquente Manet, Fantin - Latour et Whistler qui, comme lui, quelques années plus tard, feront partie du mouvement impressionniste. En 1872 un voyage dans sa famille à la Nouvelle - Orléans lui inspire à nouveau des scènes de la vie quotidienne comme le Bureau du Coton à la Nouvelle- Orléans. 
Dans cette œuvre chaque personnage est isolé des autres, comme vivant dans sa « bulle » personnelle…
Degas représente le monde des affaires d’une manière nouvelle, dans La Bourse les individus semblent comploter… 
Edgar Degas se considère comme un peintre indépendant, pourtant, dés 1874, date de la première exposition, il rejoint le groupe des impressionnistes et Monet. 
Degas participe à 8 expositions impressionnistes même si son style très personnel est assez différent du mouvement impressionnisme. 
Chez Degas il n’y a aucune passion pour les paysages, les reflets et la subtile influence de la lumière sur la couleur. 
Expérimentant sans cesse de nouveaux cadrages, soutenus par un remarquable talent de coloriste, il réalise de nombreux nus féminins, tant à l'huile et à l'aquarelle qu'au pastel, où les corps au rendu presque animal sont décrits sans aucune indulgence (le Tub, 1886). Degas est l'un des premiers à s'intéresser aux compositions des estampes japonaises il adopte dans le Tub (1886) de nouvelles règles de construction picturale.
La vue en plongée permet au spectateur de pénétrer l’intimité du modèle comme par surprise. Le rebord de la tablette induit une transition entre les perspectives horizontales et verticales, cet effet très courant dans les estampes japonaises est déroutant au premier coup d’œil. 
Edgar Degas représente l’homme et la vie dans les grandes villes de son temps. 
Dans l’Absinthe (1876) il représente la solitude et l’isolement de la personne dans la vie moderne. Autant par la composition de l’œuvre, que par l’expression des visages et l’attitude des personnages qui s’ignorent tout n’est qu’un cruel désenchantement. La diagonale descendante délimite l'espace vide, mais le vide est ici partout.