Gustave Courbet. (1819 - 1878)
Gustave Courbet.

 

English Website

Les Peintres








                                Envoyer cette page à un(e) ami(e)         

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     Qui sommes nous ?   Liens 





Laisser un commentaire ou donnez votre avis : 


  Nom ou Pseudo : 

  2 + 2 :    (Anti robots)

 Nom du Tableau ou Thème :   Artiste :


 Donnez une note sur 20 :    (Facultatif). 

 Commentaire : 

  





1/ Votre adresse mail ne serra pas visible, 

2 /Nous n'utilisons pas les adresses mails, 
sauf pour répondre en privé si besoin.

Voir guide sur votre navigation ici.

Il n'y a pas de cookies ici ! Téléchargez cookieviz

Bien des sites que vous utilisez chaque jour ne respectent même pas cela...  

Les Sites sont déclarés à la
CNIL. (Depuis 2002 et 2006). Même si cela n'est plus obligatoire. 


Gustave Courbet. (1819 - 1878)

Né à Ornans (Doubs) le 10 juin 1819 il est le fils d'une famille de paysans aisés. Ses parents le poussent à faire des études sérieuses mais le jeune Gustave est beaucoup plus intéressé par le dessin et la peinture. A Besançon il entre à l'atelier de Flajoulot. A 20 ans il monte à Paris mais quitte très vite l'atelier de Von Steuben et de Hesse pour se former en autodidacte. Après avoir essuyé plusieurs refus du Salon (1841, 1842 et 1843) en 1844 son Autoportrait au Chien Noir est accepté par le jury. Paris découvre une œuvre très narcissique dans laquelle, du haut de son rocher d'Ornans, l'artiste s'exhibe dans une pose très romantique, l'air hautain sous un feutre à larges bords, couvert d'une capeline noire au revers judicieusement rabattu, la pipe négligemment tenue à la main. La toile témoigne des qualités spécifiques de l'artiste : l'exactitude de l'observation, la précision des détails, une grande force expressive et le sens des volumes. Après la révolution de février les artistes peuvent pour la première fois exposer les œuvres de leur choix. Courbet participe encore au salon en 1849. L'après-dîner à Ornans est totalement à l'encontre de la tradition académique de l'époque. L'artiste est attablé en compagnie de son père et d'amis de jeunesse. Contrairement à toutes les règles admises, chaque convive se livre à une occupation différente : l'un joue du violon, l'autre fume la pipe et le troisième est assoupi. Rebelle à toute forme de convention artistique, Courbet énonce très tôt son désir de peindre le monde d'instinct, tel qu'il l'observe à sa porte.Au Salon de 1850 Il expose trois œuvres capitales dont sont bannis tout ennoblissement du réel, mais aussi toute dramatisation exaltée de ce même réel, les Casseurs de pierres (1849), les Paysans de Flagey revenant de la foire (1850) et un enterrement à Ornans (1849).