François Boucher (1703 – 1770).
   
English Website

Les Peintres




Laisser un commentaire ou un avis.  

                                Envoyer cette page à un(e) ami(e)                         

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique  Contactez-nous   
 
Qui sommes nous ?  
 Liens 





François Boucher (1703 – 1770).

Peintre Rococo français son père réalisait des canevas décoratifs. 
A l’âge de 17 ans il entre en apprentissage chez François Lemoyne puis étudie à l’atelier du graveur Jean-François Cars chez lequel il réalise des eaux-fortes à partir de dessins d’Antoine Watteau.
A 24 ans François Boucher se rend à Rome où il reste 3 ans. De retour à Paris sa brillante carrière débute. En 1734 il est reçu à l’Académie avec son Renaud et Armide comme peintre d’histoire, 3 ans plus tard il est professeur, il devient recteur de l’Académie en 1761 puis directeur. 
En parallèle il réalise des cartons de tapisseries pour la manufacture royale de Beauvais et, après le décès de Jean-Baptiste Oudry, il est nommé directeur de la manufacture des Gobelins à Paris. Comme La Marquise de Pompadour (1750) l’admire beaucoup il devient premier peintre de Louis XV et la cour l’inonde de commandes. 
François Boucher possède des dons multiples. Il peut peindre à l’huile et maîtrise la fresque, il réalise des décors de théâtre des portraits, des panneaux de boudoir, des illustrations de livres et des modèles pour la manufacture nationale de porcelaine. Il connaît aussi les diverses techniques de gravure aussi bien pour produire des œuvres originales que pour reproduire. Il réalise aussi de magnifiques dessins. François Boucher apprécie les maîtres italiens comme Corrège et Tiepolo, il possède une collection importante de leurs œuvres. Très intéressé par le travail d’Antoine Watteau et influencé par plusieurs peintres hollandais il se met à peindre de nombreux paysages. Mais dés 1735 il se consacre à un tout autre genre où le paysage n’est plus qu’un accessoire. Ses sujets s’inspirent des mœurs de son époque et de la vie de la haute société. En 1737 le roi lui commande Les Charmes de la Vie Champêtre et Le Nid pour le château de Fontainebleau. A partir de ces 2 toiles l’œuvre de François Boucher, dans ce que l’on peut nommer sa seconde période est constituée de pastorales galantes et érotiques. Sur des fonds de paysages avec quelques fragments d’architecture antique, comme un décor de théâtre, les bergers et bergères en riches costumes d'époque évoluent avec une grâce toute juvénile. 
Ce thème de prédilection ne l’empêche cependant pas de peindre d’autres sujets comme La Leçon de Musique, Le Sommeil Epié (1750), Le lever et le Coucher du Soleil. Maître reconnu du rococo, François Boucher est aussi un maître en galanterie, expert en scènes d'alcôve où la sensualité possède l'insolence du naturel. Dans le Nu sur un sofa (1751), François Boucher représente Louise O’Murphy, la sœur de Victoire, actrice de l'Opéra Comique. La jeune femme devient par la suite l’une des favorites du roi Louis XV, dont elle a une fille. La même pose est utilisée pour L’Odalisque Blonde (1752) et L’Odalisque Brune (1753). 
Dans les scènes mythologiques les aventures galantes des dieux antiques apparaissent avec insistance. Boucher réalise pour la manufacture de Beauvais des cartons de tapisseries illustrant les amours des dieux (1744) d’après Ovide et l’histoire de Psyché d’après Apulée. Les plus belles réalisations de ce genre et sans doute aussi de la peinture Rococo française sont : Le Triomphe de Vénus (1740), Le Rapt d’Europe (1741), Léda et le Cygne (1741) et les différentes Diane.
François Boucher aime représenter les jolies dames ou les déesses faisant leur toilette mais le sujet n’est jamais traité en profondeur. L’artiste insiste sur le teint des modèles, la texture des étoffes et des rubans comme dans La Marchande de Modes (1746), preuve que le peintre sait aussi traiter les scènes d'intérieurs intimes et familiales.
Mais L'œuvre de Boucher est surtout caractéristique de la peinture galante.
S’inspirant de la mythologie ou de la poésie bucolique, il privilégie les scènes allégoriques et galantes et se fait le peintre de l'amour et du bonheur. Il crée la suite d'Aminta et Sylvia, ici Aminta se réveillant dans les bras de Sylvia (1756)
inspirée d'une comédie pastorale écrite par le Tasse en 1573, pour la résidence de Mme de Pompadour, le château de Bellevue.
Lorsque Diderot déclare la guerre au style Rococo la carrière de François Boucher prend fin. L’artiste passe ses dernières années dans la disgrâce et l’oubli. Les fastes de la royauté prendront fin eux aussi quelques années plus tard. i