English Website



Toutes les Analyses


 
Histoire des Astres en Peinture. L’Art, Le Soleil, la lune les étoiles. 









Laisser un commentaire ou un avis.  


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
 
Qui sommes nous ?   
 Liens 



Histoire des Astres en Peinture. L’ Art, Le Soleil, la lune les étoiles, Monet, Van Gogh. 

Les premiers astronomes égyptiens et babyloniens sont avant tout motivés par leurs croyances religieuses.

Les Égyptiens sont sans doute les premiers à découvrir que le Soleil se retrouve à la même position par rapport aux étoiles en approximativement 365 jours. 

Sur les papyrus on trouve des représentations d’étoiles. 

Dès le second millénaire av. J.-C., les Babyloniens avaient dressé une liste des constellations qui se levaient et se couchaient avec le Soleil au cours de l'année. 

Selon la cosmogonie babylonienne, le dieu Mardouk aurait créé les cieux et la Terre en renversant Tiamat, le Chaos primordial représenté ici comme un dragon.

En Amérique du Sud les civilisations Mayas et Aztèques observent les étoiles et élaborent des calendriers et un système de zodiaques. 

Le savant grec Ptolémée pensait que la Terre avait une position centrale dans l'Univers et que les autres planètes tournaient autour d'elle.

En 1570 Le Tintoret illustre de façon poétique l’origine de notre galaxie, la Voie Lactée. En effet, selon le mythe grec, on voit Zeus (Jupiter), qui amène Héraclès (Hercule), boire le lait du sein d'Héra (Junon) pour le rendre immortel. D'où le nom d'Hercule en grec, Héraclès : " la gloire d'Héra ". Pourtant Hercule est poursuivi toute sa vie par la haine d'Héra, épouse et sœur de Zeus, ivre de jalousie et de colère à cause des infidélités perpétuelles de son époux. Hercule est en effet le fruit de l'union de la reine Alcmène et de Zeus (Jupiter). Le lait échappé de son sein est à l'origine de la création de la Voie lactée. On distingue les étoiles qui sont les gouttes de lait. 

Au 16ème Siècle Le système de Copernic repose essentiellement sur les affirmations que la terre tourne sur son axe en un jour et fait le tour du Soleil en une année. Mais le concept d’une Terre mobile est difficile à accepter pour la plupart des lecteurs de l’époque. Copernic n’aura que 10 adeptes entre 1543 et 1600. Les plus célèbres sont Galilée et l’astronome allemand Johannes Kepler.

Avant que les impressionnistes n’obligent les peintres à sortir des ateliers la représentation des astres du ciel est longtemps restée figurative. Le soleil couchant est représenté tel qu’il est, ce qui intéresse l’artiste c’est le jeu des couleurs et l’ambiance romantique de l’instant fixé sur la toile. Corot, en paysagiste créateur d’atmosphères commence à utiliser les reflets et la lumière des astres pour donner à ses œuvres une touche personnelle. Considéré comme le père de l’impressionnisme Eugène Boudin s’intéresse vivement à ce qu’il se passe dans le ciel au bord de la mer. La lueur orangée d’un soleil couchant influence alors toutes les couleurs de la toile. C'est Boudin qui initie Monet à la peinture en plein air au Havre, là où la première toile qualifiée d'impressionniste a été réalisée. Ce soleil rouge de Monet éclaire la totalité du ciel de la toile et son reflet vient vers nous comme s’il naviguait au fil de l’eau. La capacité de Monet et des impressionnistes à traduire les mouvements de la lumière, ici du soleil, explique en grande partie le succès de leurs œuvres et du mouvement. Monet tout comme Turner utilise le soleil et la brume pour représenter les effets atmosphériques et leurs influences sur la lumière et les couleurs à certains moments. Monet peint aussi la nuit. Mais le ciel est nuageux et les seuls reflets visibles dans l’eau sont les lumières du port. Le premier à peindre sérieusement la nuit c’est Vincent Van Gogh, en septembre 1888, à Arles, La Terrasse du Café le Soir et la Nuit Étoilée sur le Rhône. Attention peindre la nuit en extérieur n’est pas chose facile, il faut s’éclairer à la bougie, la lumière des réverbères de l’époque ne suffit pas. Dans l’autre main Vincent tient son couteau et sa palette est posée prés de lui. On imagine la dextérité qu’il faut à l’artiste, sa bougie dans une main et son couteau dans l’autre, surtout au vu du résultat. 
Dans La Terrasse du Café le Soir les étoiles ressemblent à des fleurs qui illuminent un ciel d’un bleu parfois profond mais changeant. Les coups de couteaux du peintre sont assez larges et la texture de la peinture est épaisse, les détails et les lignes sont réalisés avec la pointe et les bords du couteau. Pour La Nuit Étoilée sur le Rhône l’aspect floral des étoiles est toujours là mais cette fois on identifie plutôt des dahlias. 
En examinant la toile de près avec le zoom on s’aperçoit que les coups de couteaux de Vincent pour le ciel, l’eau, et les reflets des lumières dans l’eau sont en grande majorité horizontaux. Au bas de l’œuvre, à proximité des 2 personnages les coups de couteaux descendent un peu. 
La Nuit Étoilée peinte en juin 1889 est totalement différente. On distingue clairement la Lune et Vénus. L’œuvre est en mouvement, tout bouge rien n’est statique.
Pour exprimer l'éclat et la brillance des étoiles le peintre fractionne sa touche en cercles concentriques et en spirales. La grande spirale centrale est la reproduction de La Grande Vague de Kanagawa (1831) de Katsushika Hokusai, Van Gogh voit dans le ciel ce que le Maître du « monde flottant » représente dans l’eau. 
Dans Métamorphose (2012), le Peintre Beaudier réinterprète La Nuit Étoilée de Van Gogh mais à l’inverse, car si le mouvement est toujours présent il est représenté dans le sens opposé. Van Gogh cherche à aspirer le regard Le Peintre Beaudier projette la lumière, et si ces 2 artistes donnent du mouvement à la nature c’est parce qu’ils ressentent bien la force qui réside en elle. 
Le soleil de La Vigne Rouge (1888) éclaire la toile d’une lumière fauve, presque irréelle, le sujet de La Maison Blanche la Nuit (1890) est plus la Lune que la maison. 
Les peintres surréalistes, comme ici Vladimir Kush, nous montrent que les astres peuvent aussi devenir un sujet d’humour. Dans Prémonition (1953), Maria Remedios Varo fait des planètes la source d’énergie qui conduit le monde. Les artistes utilisent aujourd’hui les astres du ciel pour leur portée symbolique. Ils ont du talent, qu’ils continuent ainsi longtemps à éclairer nos nuits avec leurs oeuvres.