Paolo Caliari dit Le Véronèse.

 



Les Peintres

 






Toiles Analysées : Le Véronèse : Les Noces de Cana

Le Véronèse : Le Calvaire           Le Véronèse : Barnabé..        Le Véronèse : Vénus et Adonis   









Laisser un commentaire ou un avis.  

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous   
 
Qui sommes nous ?  
 Liens 




Laisser un commentaire ou un avis.  

Paolo Caliari dit Le Véronèse (1528-1588).

Fils de sculpteur il doit son surnom à sa ville natale et devient avec Titien et le Tintoret l’un des plus grands peintres vénitiens du XVIème siècle.
Dans ses premières œuvres il est très influencé par le maniérisme du Parmesan bien que dans ses tableaux transparaissent les premiers éléments de la Haute Renaissance romaine.

Par son utilisation de la lumière et une application ornementale de la couleur il sait déjà créer une peinture figurative classique. 
Il établit les bases de son propre style en exécutant la décoration de l’église San Sebastiano à Venise où il réalise seul le plafond de la sacristie (Le Couronnement de la Vierge 1555) et peint ensuite des représentations d’épisodes bibliques pour la grande nef (La Vie d’Ester et Le Triomphe de Mardochée 1556). 

Les trois grands médaillons de la Bibliothèque nationale Marciana à Venise lui valent la médaille d’or des procurateurs de St Marc. 
Dans une Venise dominée par l’art d’un Titien vieillissant Le Véronèse sait emprunter au maniérisme pour élargir sa recherche sur l’espace, la profondeur et la matière.
Tout en divisant harmonieusement l’espace il met l’accent sur un fond inondé de lumière.
En introduisant des éléments tel que des pages, des enfants qui entrent par de fausses portes des chiens sur des escaliers, des personnages sur de faux balcons il parvient à créer une distance esthétique très ironique. 

Il porte à son apogée le somptueux monde vénitien qu’il représente de manière illusionniste en allégeant son architecture. 
A la fin de sa vie il concilie des éléments de la Haute Renaissance avec des éléments maniéristes dans un style annonçant déjà le baroque.