Jean-Baptiste Chardin. 
Le Dessinateur.

Théodore Géricault : 
Le Radeau de la Méduse.

Toutes Les Analyses

Karl Blechen. La Construction du Pont du Diable.



English Website

Analyses




 





Laisser un commentaire ou un avis.  

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
 
Qui sommes nous ?  
 Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.  

Karl Blechen. La Construction du Pont du Diable. (1833).

Peintre paysagiste allemand de l’école Romantique Karl Edouard Ferdinand Blechen est connu pour ses compositions libres et réalistes et pour avoir été l’un des premiers peintres allemands à représenter le monde de l’industrie. (Fonderie de Neustadt en 1834).
Les éléments annoncés dans le Pont du diable se retrouvent dans ses œuvres ultérieures. 
La particularité de cette œuvre est qu’elle met en scène l’activité humaine dans un décor grandiose, au cœur d’une nature imposante et monumentale. Par cette mise en situation la toile pose la question fondamentale de la domestication de l’environnement par l’homme et par le jeu des proportions elle induit une prise de conscience de la place réelle de l’homme face à la grandeur et à la majesté non seulement de ce paysage mais aussi de la nature en règle générale. Mort trop tôt, aliéné à 42 ans, Karl Blechen pose des questions toujours d’actualité et
demande quelle est la place réelle de l’homme dans ce monde… 

Par rapport à la ligne d’horizon suggérée par les ombres et la lumière la scène est représentée en plongée, vue d’en haut. Cet effet de perspective écrase et réduit les formes. 

Le pont est situé sur ligne de force basse, près du point naturel d'intérêt inférieur droit. L’activité humaine est concentrée sur le tiers gauche de la toile. 

Les zones claires et sombres sont bien délimitées. En dehors du ciel les zones claires sont réservées aux lieux où l’homme peut interagir. 

Les lignes directrices principales convergent vers le pont. 

Au sein de ce paysage imposant et gigantesque les hommes sont très petits. 

Le pont n’est pas complètement achevé, sa position au centre du tableau est en opposition avec le massif montagneux enneigé en haut à l’arrière plan. 

Ce sommet où l’on perçoit de la neige par sa position et sa forme est en opposition avec le pont. 

La scène est éclairée par une trouée au travers de la montagne en haut à gauche. 

Harmonie entre couleurs chaudes.

Le report des couleurs utilisées pour élaborer la toile sur le cercle chromatique indique une harmonie entre couleurs chaudes.

Toiles similaires : 

Karl Blechen Le Palace Sans Souci. (1830).

Karl Blechen. Gorge à Amalfi. (1831).

Karl Blechen Le Jardin Tivoli à la Villa d'Este. ( 1831).