English Website

 



Surréalisme

Toutes les Analyses


 Félix Nussbaum (1904-1944). Les Perles. (1938).





Laisser un commentaire ou un avis.  


Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
   
 Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.  


Félix Nussbaum (1904-1944). Les Perles. (1938). 

Félix Nussbaum est souvent rattaché au courant de la « nouvelle objectivité », courant allemand qui dans les années 30 pratique une représentation réaliste et souvent caricaturale de la société. Nussbaum est un partisan de la peinture d’idées, exprimant une pensée morale, politique ou philosophique. Il est peintre et avant tout témoin de son temps et de sa condition. C'est-à-dire la condition d’un juif persécuté, fuyant le nazisme dés que la Shoah débute en 1933, rattrapé pour finir gazé à Auschwitz avec toute sa famille. L’œuvre date de 1938 c’est l’année de la Nuit de cristal. Goebbels saisit le prétexte de l'assassinat à Paris d’un diplomate allemand par un jeune Juif pour déclencher à travers toute l'Allemagne dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938 une vague de persécution. Les synagogues et 7 000 magasins sont incendiés, tous les cimetières juifs sont détruits. Les violences sont innombrables, des milliers de personnes sont arrêtées et internées en camp de concentration. Ces faits sont évoqués à l’arrière plan de la toile où il semble que même les tombes appellent au secours. Nussbaum utilise le symbole des perles transformées en larmes pour interpeller le spectateur et le prendre à témoin. 
Le point de vue du spectateur se situe entre les yeux de la jeune femme et l’arrière plan. 
La toile est centrée sur le visage en pleur, une perle se trouve sur le centre géographique de l’œuvre. 
L’œuvre est divisée en 3 zones. Au premier plan les visages. A l’arrière plan à gauche les exactions. A droite le cimetière. 
Les 2 perles semblables à des larmes qui coulent se situent sur la diagonale descendante de gauche à droite. Il en est de même pour l’inclinaison des 2 visages. 
Ce cimetière évoque les saccages de la nuit de cristal en novembre 1938. Les croix au premier plan ressemblent à des êtres humains cherchant le salut dans la fuite. 
Sur ces visages les yeux sont noirs et vides. Ils évoquent la mort et l’agonie. 
L’arrière plan évoque les multiples persécutions des juifs en Allemagne et les violences. 
Lumière : La lumière provient de la droite. Elle se concentre sur les 2 visages. 
Couleurs : Contrastes entre couleurs froides et chaudes.
Toiles Similaires : 
Félix Nussbaum. Autoportrait au Passeport Juif. (1943).
Félix Nussbaum. Juif à la Fenêtre. (1943).
Félix Nussbaum. Le Triomphe de la Mort. (1944).