English Website

 

 

Toutes les Analyses


Johan August Malmstrom . La Danse des Fées. (1866).



Envoyer cette page à un(e) ami(e) 





Laisser un commentaire ou un avis.  

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique  Contactez-nous     
Qui sommes nous ?  
 Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.  



Johan August Malmstrom (1829 - 1901). La Danse des Fées. (1866).

Johan August Malmstrom est un peintre Suédois. Il devient professeur à l'académie suédoise des arts en 1867 jusqu’en 1894 puis directeur entre 1887 et 1893. Attiré par le gothique il s’inspire des thèmes de la mythologie scandinave. 
Il est aussi connu pour ses paysages avec des enfants.
Les fées sont des créatures surnaturelles, généralement féminines, d'apparence humaine. Dans l'imaginaire populaire, les fées vivent dans une dimension cachée du monde des humains, elles apprécient les lieux naturels tels que les collines, les arbres, les cours d'eau, les lacs. Dans la littérature la fée est un personnage assez ambigu. Sensible, capricieuse, susceptible, elle aime à être traitée avec déférence. Bonne le plus souvent, la fée peut également devenir une créature maléfique (la fée Carabosse). 
Le point de vue de l’observateur est situé sur la ligne d’horizon. En dessous se déroule la danse des fées. 
Le tiers supérieur de la toile est réservé au ciel. La danse des fées se situe sur la ligne de force inférieure entre 2 points naturels d’intérêt. 
On distingue nettement le ciel, l’eau et la nature. Le ballet des fées prend naissance au milieu de l’eau. Ce point est le reflet du soleil dans la rivière. 
La danse des fées est une ronde. Même si le sens de la ronde change selon l’emplacement. Il y a bien cette sensation qui se dégage ainsi que celle de jaillissement de l’eau. 
Dans cette zone le corps des fées est bien visible au sein du nuage vaporeux.
Certaines sont sur le dos, d’autres semblent papoter… 
Cette fée semble vouloir plonger dans l’eau ou dialoguer avec une autre fée encore dans la rivière. 
Voici la principale zone de jaillissement. Les fées semblent surgir de l’eau et s’enrouler dans une ronde aérienne, céleste et éthérée mais immatérielle. 
Lumière : Le soleil levant ou couchant est la source de la lumière. Ses reflets dans l’eau semblent être la source de la ronde des fées. 

Couleurs : Contraste entre couleurs chaudes et couleurs froides.
Toiles Similaires : 
Frédéric Edwin Church (1826 - 1900). Matin sous les Tropiques. (1877).
Frédéric Church par son approche presque scientifique de la nature, son étude objective des effets de la lumière est d'une précision quasi photographique. 
En cela il est très proche de Turner, il l'est aussi par ses effets vaporeux de brume ou de brouillard et par la proximité de l'eau, très concrète dans ses sujets. Frédéric Edwin Church (1826 - 1900). Le Lac Katahdin. (1850).
On retrouve chez les peintres de l’Hudson River School la même composition et le même traitement de la lumière. Avec toujours aussi bien sûr la présence de l’eau.