English Website

 

Toutes les Analyses



Pablo Picasso.  Portrait de Dora Maar. 1937. 

 Cubisme




 




Vidéo : 2001: Odyssée Picasso. 

 


Laisser un commentaire ou un avis.  



Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique  Contactez-nous   Qui sommes nous ?   Liens 




Laisser un commentaire ou un avis.  

Pablo Picasso. Portrait de Dora Maar. 1937. Huile sur toile.

Henriette Theodora Markovitch, dite Dora Maar (1907-1997) se marie, en 1903, à l'architecte croate de Zagreb, Josip Markovitch. Élevée à Buenos Aires elle rentre en France en 1926, 
et étudie dans l'atelier du peintre André Lhote. Elle y rencontre Cartier-Bresson et fait la connaissance de tous les grands photographes de l'époque. Elle pratique la Nouvelle Photographie et est très attirée par le mouvement surréaliste. Elle est durant 8 ans la muse et la maîtresse de Pablo Picasso. Malgré leur séparation, elle reste son modèle favori. 
Dora Maar photographie les étapes successives de la création de Guernica, tableau que Picasso peint dans son atelier de la rue des Grands-Augustins de mai à juin 1937. Picasso utilise ces photos dans son processus de création. Parallèlement, elle est le principal modèle de Picasso qui la représente le plus souvent en larmes, elle-même réalise plusieurs autoportraits intitulés La Femme qui pleure. Sa liaison avec Picasso s'achève en 1943, bien qu'ils se revoient épisodiquement jusqu'en 1946. C'est à partir des années 1980 que Dora Maar peintre s'exprime pleinement dans ses multiples tableaux du Luberon, où les paysages sauvages autour de sa maison de Ménerbes, balayés de nuages et de vent, 
révèlent avec force la lutte d'une artiste aux prises avec les souvenirs du passé.
Un portrait cubiste n’est pas une réalisation simple. Le cubisme montre les objets sous toutes ses faces, on voit du modèle, qui pose ici de 3 quart, les 2 yeux (de couleurs différentes) et pratiquement 2 nez. Comme Picasso utilise des couleurs fauves et emprunte ici le vert de Matisse, l’image peut dérouter le spectateur. Par rapport aux photos de Dora Maar on voit que Picasso, à qui rien n’échappe, représente parfaitement l’ovale du visage et l’extrême longueur des doigts et des ongles. 

Le modèle est tout à fait centré sur la toile. Le point de vue du spectateur est situé sur la bouche et au bout des ongles de la main droite. 

Les points naturels d’intérêts supérieurs ont un rapport avec les yeux. 
Les points naturels d’intérêts inférieurs ont un rapport avec le motif du vêtement. 

Espaces clairs et sombres.

Un vaste espace sombre, les habits du modèle, sépare 2 espaces clairs constitués du visage et de la main gauche du sujet. 

La toile est dominée par des ovales, à cause de la forme du visage de Dora Maar et des triangles pour figurer la longueur des doigts et des ongles. 

Détails : 

La forme générale du maquillage sur la joue évoque une pomme.
Ce n’est certainement pas un hasard. 

Le vert, le bleu, les couleurs vives, évoquent la toile d’Henri Matisse : La Femme au Chapeau,1905, qui est le portrait de Mme Matisse. 

Les photos montrent que Picasso exagère à peine, Dora Maar possédait des doigts et des ongles très longs. 

Lumière : La lumière provient des zones aux couleurs chaudes. Le visage et les mains. 

Couleurs : Contrastes entre couleurs chaudes et froides.
Contraste entre complémentaires.

Toiles similaires : 

Henri Matisse. La Femme au Chapeau. (1905). 

Paul Cézanne. La Dame en Bleu.

Salvador Dali. Picasso.
Voici la manière dont Dali représente Picasso. 
Une façon de dire que l’artiste se nourrit de tout ce qu’il voit.