English Website



Le Surréalisme.

Toutes les Analyses


 Salvador Dali. (1904 - 1989). Prémonition de Guerre Civile 1936. Surréalisme. 




Laisser un commentaire ou un avis.  

 

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
    Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.  


Salvador Dalí. Prémonition de Guerre Civile 1936. Surréalisme. 
Vidéo : La Guerre Civile Espagnole de 1936.


Cette œuvre est directement inspirée d'un tableau de Goya, le Colosse, peint vers 1812, où, dans un immense paysage, gens et animaux sont en fuite dans toutes les directions, épouvantés par l'apparition d'un géant.

6 mois avant le début de la guerre les deux camps se préparaient déjà pour les hostilités, époque où l'œuvre a été peinte, donc en tant que pressentiment…

Mais la toile focalise les craintes et montre la connaissance intuitive de l'artiste sur les horreurs à venir…

Le peintre a écrit au sujet de cette œuvre : " Je peignis un tableau où je représentais une structure molle, une énorme masse de chair, un grand grouillant de bras et de jambes s'étranglant mutuellement dans le délire. "

La scène est saisissante, le point de vue du spectateur est situé très bas et la guerre, 
créature difforme et maléfique, surplombe et domine. Ceci accentue encore l'impression désagréable et le malaise provoqué par la toile. 

Le ciel occupe les 4 cinquièmes de la toile. Avec le point de vue très
bas du spectateur ceci renforce encore une impression très nette de domination et de fatalité de la destiné.2 parties du ciel sont en opposition. Une éclaircie, 
partie calme et un ciel orageux plus tourmenté et agité. 

Une impression d'étirement, d'écartèlement des corps se dégage de la toile. 
De nombreuses cassures et des angles aigus parsèment l'œuvre, exprimant l'idée 
que les corps sont brisés, tordus, déformés. 

De nombreux éléments sont en opposition, constituant un tableau à la symétrie 
presque parfaite. La forme générale de l'œuvre (lignes jaunes) fait penser à 
une maison qui subirait de fortes déformations et un soulèvement. (Lignes bleues) 
Le pays transformé par la guerre... 

Détails : 

Voici le visage de la guerre qui semble se délecter de ce qu'il se passe et du festin 
royal qui lui est offert. 

Cette main qui broie le sein de la mère patrie est l'expression du déchirement 
causé par un conflit fratricide. Mais la toile entière offre une vision cauchemardesque 
d'écartèlement, de meurtrissure et surtout le spectacle de l'orgie morbide d'une créature maléfique. Le sein est pressé par une main munie d'un bras rejoint par un autre bras qui devient une cuisse puis une fesse supportant un pied qui finalement redevient un bras… Les transitions anatomiques de la créature et de la situation sont nombreuses, surprenantes, et semblent incontrôlées. Ceci peut être une manière d'exprimer la fatalité et l' engrenage d'un conflit que rien ne peut stopper. Ainsi que les charniers... 

Rarement un ciel est aussi réaliste dans un tableau surréaliste. 
Il s'agit aussi d'un des ciels les plus beaux et le plus immense jamais 
vu en peinture.

Assez étrangement la totalité de la scène est en équilibre assez instable 
sur un meuble, comme si le conflit ne représentait qu'un désaccord 
formel, administratif ou politique. Des causes banales pour de tragiques 
conséquences… Ce sont bien des haricots qui sont représentés ici et à ce 
sujet Dali écrit : " La structure molle de cette énorme masse de chair dans 
la guerre civile, je l'ai garnie de haricots bouillis, parce qu'on ne peut s'imaginer 
avalant toute cette viande insipide sans l'accompagnement même banal de quelques légumes mélancoliques et farineux. " 

Lumière : 

La scène est éclairée de l'arrière.

Couleurs : Une Harmonie entre complémentaires.
La clarté des couleurs du ciel fait parfaitement ressortir l'unité chromatique des 
jaunes, oranges et marrons de " la forme " au premier plan. 

Oeuvres similaires :

Salvador Dali : Cygnes reflétant des Éléphants. 1937. 

Salvador Dali : Ballerine dans une Tête de Mort. (1939).

Salvador Dali : La Métamorphose de Narcisse. (1937).