English Website




Toutes les Analyses


 Françoise Tolbiac. Les Chaussures Rouges. (2011).





Laisser un commentaire ou un avis.
 


Artiste :  Françoise Tolbiac      Site Web      Mail


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
   
 Liens 




Françoise Tolbiac. Les Chaussures Rouges. (2011). Huile : 50 x 50 cm. 

Il est des portraits qui sont des scènes de genre. En voici justement un. Le terme scène de genre a été inventé par les historiens de l’art pour signifier : moment de vie. Cette jeune fille peinte de profil ouvre la porte à tout un imaginaire. C’est le don que possède certains artistes, savoir ouvrir ces portes… On pense aux années folles, aux toiles de Lautrec, on imagine l’avant, l’après, les sentiments du modèle, toute une collection d’images du fameux musée imaginaire de Malraux remonte. L’artiste fixe néanmoins un moment précis. La jeune femme a mal au pied d’avoir trop dansé et elle rentre en portant ses chaussures rouges sur l’épaule. Elle semble contrariée et faire la moue. Chaque imagination de chaque spectateur tentera de donner une réponse. La toile possède une dominante rouge, couleur chaude et sensuelle qui est loin d’être neutre. Son chapeau ses chaussures et sa robe sont ornées de plumes. Ceci possède aussi une signification. Voici un portrait vivant, c'est-à-dire une personne en action, loin du portrait classique où le modèle marque la pose, figé dans l’éternité. Ne lui parlez-pas ! Elle va se tourner et vous répondre ! 
Le point de vue du spectateur se situe au niveau du visage du modèle. Ensuite l’œil est attiré par la couleur le rouge du chapeau des chaussures et de la robe. En bleu le trajet du regard. 
Les chaussures se trouvent sur la ligne de force gauche, entre 2 points naturels d’intérêt. Le visage est sur un 3eme point naturel d’intérêt à l’intersection de la ligne de force droite et la ligne supérieure. 

Les espaces vides se trouvent à l’avant et à l’arrière du modèle. Au final espaces pleins et espaces vides s’équilibrent. 
La toile est construite sur la diagonale montante qui exprime ici le mouvement. Les principales lignes directrices vont vers le haut. Le modèle est placé sur le centre géométrique de la toile. 
Détails :
Les chaussures, la robe, les plumes du chapeau sont rouges. Le rouge lorsqu’il s’agit de vêtement est particulièrement passionné et agressif. C’est une couleur agissante qui signifie sang et feu. Assez provoquant il désigne l’amour lorsque son intensité est atténuée car il est aussi la couleur de la fonction sentimentale. Ici il est prêt à l’action, mais le sentiment se présente souvent sous forme de conquête ou de souffrance, de don total mais aussi de détresse.
Ce sein nu à la forme parfaite signifie plus liberté que libertinage. C'est-à-dire le désir de vivre ses désirs en toute liberté, sans préjugés et sans contraintes. 

Les plumes présentes un peu partout se rapportent à l’oiseau qui lui-même dans l’inconscient représente l’âme de la personne. L’oiseau est libre d’aller où il veut et surtout de s’élever vers les cieux. Entre le rouge et les plumes l’œuvre évolue en une allégorie à la liberté ou à un certain style de vie qui ignore toute contrainte. 

Lumière : 
La lumière provient de l’arrière et du haut. 

Couleurs : Harmonie entre couleurs chaudes.
Toiles Similaires : 
Françoise Tolbiac. Opaline (2012). Aquarelle.
Françoise Tolbiac. Mademoiselle (2010) Huile.