English Website



Vincent Van Gogh


 

Toutes les Analyses



Vincent Van Gogh. Terrasse du Café le Soir. 1888. 





Laisser un commentaire ou un avis.  


Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique  Contactez-nous   
 
Qui sommes nous ?  
 Liens 



Vincent Van Gogh. Terrasse du Café le Soir. 1888. 80,7 cm × 65,3 cm.


La toile a été peinte entre le 9 et le 16 septembre 1888 à Arles. Le café, qui existe toujours, est situé place du Forum. Le nom du café était La Terrasse, il a ensuite été rebaptisé café Van Gogh. Le tableau a été réalisé de nuit, sur place. L’artiste ne s’est pas placé face à la terrasse mais sur le coté. Ceci lui permet d’avoir de la profondeur de champ et de pouvoir reproduire de nombreux détails. Les pavés de la rue reflètent une multitude de tons bleus, jaunes, roses et violets. Le ciel est celui de la Nuit Étoilée sur le Rhône, toile réalisée peu de temps après ou de la Nuit Étoilée, tableau daté de l’année suivante. Le contraste entre les jaunes oranges des murs et de l’éclairage et des bleus du ciel et des façades est un contraste entre complémentaires, ces deux couleurs primaires contrastent fortement surtout que Vincent aime à outrer la couleur. Ceci produit un effet presque surréel. Cette scène banale est métamorphosée comme si l’artiste avait accès à un niveau de perception inconnu. Promenez vous la nuit avec un chevalet et des couleurs ou un appareil photo. Jamais vous ne verrez une terrasse de café avec de telles couleurs. Alors ces couleurs d’où viennent elles ? Et que représente véritablement l’artiste ? 
Le point de vue est situé au niveau des personnages. La ligne d’horizon est basse, le ciel occupe une grande partie de l’espace pictural. 

La terrasse du café et les couleurs à dominante jaune se trouvent sur la ligne de force gauche entre 2 points naturels d’intérêt. Le ciel et un groupe de passants sont sur la ligne de force droite, là où la couleur dominante est le bleu. Il existe un contraste entre les couleurs mais aussi une opposition des espaces. 

La toile se divise en plusieurs zones couleurs qui s’opposent violemment et contrastent fortement. Dans la réalité rares sont les moments où cette opposition est aussi violente et aussi figée. Jaune et bleu ne sont jamais confinés dans des espaces aussi clos. Ceci donne l’impression que l’artiste cherche à représenter un monde situé dans une autre dimension, au-delà de la réalité apparente. 

L’œuvre est construite sur la diagonale ascendante. Les grandes zones couleurs sont à gauche dans des positions presque symétriques. En fait elles s’opposent mais aussi se répondent. 
La lanterne à gaz d’où provient la lumière est parfaitement visible. 
Les pavés sont constitués de multiples touches de couleurs. Ils reflètent la lumière de la terrasse et le bleu du ciel. 

Les personnages sont simplement esquissés. 

Les étoiles sont des points d’or sur fond blanc. Comme s’il s’agissait d’un ciel de fleurs. Cette manière de styliser les astres contribue à sublimer, idéaliser et magnifier le ciel. 
Lumière : 

La lumière provient essentiellement de la lanterne à gaz de la terrasse du café. 

Couleurs : Contraste entre couleurs complémentaires.

Toiles Similaires : 
Vincent Van Gogh. La Nuit Étoilée. ((1889). Vincent sent la force qui réside dans la nature, il veut aspirer le spectateur dans l'œuvre par ce ciel immense. Le but est de partager l'émotion ressentie face à la nature. 
Vincent Van Gogh. La nuit Étoilée sur le Rhône. (Sept 1888). Cette toile de Septembre 1888 est antérieure à la Nuit Étoilée peinte dans la nuit du 17 au 18 Juin 1889. Le tableau a été peint à Arles sur les bords du Rhône. L'œuvre est plutôt d'inspiration impressionniste, très contrastée, les bleus du ciel et de l'eau s'opposent aux jaunes et aux dorés des étoiles et aux reflets de l'éclairage de la ville dans le fleuve. Surtout il n'y a pas de spirales, seuls les reflets dans l'eau induisent une déformation naturelle.