Rubens / Rembrandt : Bethsabée au Bain. (Baroque).

Toiles comparées

English Website

 

>



Laisser un commentaire ou un avis.  

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique  Contactez-nous    
 
Qui sommes nous ?   
 Liens 




Rubens / Rembrandt : Bethsabée au Bain. (Baroque).

Dans l'Ancien Testament Bethsabée est la femme d'Urie le Hittite, fidèle serviteur du roi David. Alors qu'Urie est à la guerre, le roi David, séduit par la beauté de Bethsabée, conçoit avec elle un enfant. Pour faire endosser la paternité à Urie, David incite ce dernier à revenir de la guerre. Mais celui-ci refuse de renter. David l'envoie alors à la pointe des combats pour qu'il y trouve la mort... Le roi épouse ensuite Bethsabée, dont l'enfant meurt à la naissance. L'œuvre évoque clairement l'adultère mais l'instant choisi est sensiblement différent. Rubens nous montre une Bethsabée insouciante et sensuelle, presque déjà frivole, en train de recevoir l'invitation du roi David pour le soir même au palais. Par contre dans la toile de Rembrandt Bethsabée a déjà reçu et lu le billet qu'elle tient dans sa main droite. On ressent son attitude résignée et sa profonde mélancolie. La Bethsabée de Rubens est consentante et semble ravie, celle de Rembrandt l'est beaucoup moins… 

Le bain de Bethsabée est un thème que chaque mouvement s'approprie à son époque. Hans Memling en fin de Renaissance, Le Véronèse, préfère anticiper les problèmes avec l'église de son époque qui supporte mal le nu dans les scènes religieuses et il garde les personnages habillés (Bethsabée et David auront plus tard un fils qui serra Salomon…) La même année que Rembrandt un autre peintre Baroque, 
Willem Drost montre une Bethsabée piquante et provocante, une Bethsabée Baroque qui cherche à émouvoir les sens, comme celle de Rubens. Les peintres du Rococo comme Jean-François de Troy ou Carle Vanloo font du bain de Bethsabée une scène légère et galante dans l'esprit de leur mouvement, une manière de fuir la réalité pour se réfugier dans la jeunesse et la beauté éternelle. Dans l'attitude légère et galante Rubens par rapport à Rembrandt n'exprime pas du tout la même chose. Rubens ignore volontairement la morale. Pas Rembrandt.

Rubens est célèbre pour avoir dépeint dans ses toiles des figures féminines aux formes généreuses et sensuelles. Cette manière nouvelle de traiter la nudité de la femme par une exaltation des chairs et des rondeurs est en rupture avec l'idéalisation classique. Chez Rubens l'attitude des personnages est souvent provocante car le but du Baroque est d'émouvoir coûte que coûte. Par rapport à Rubens et au mouvement Baroque, Rembrandt peint relativement peu de nus, lorsqu'il le fait la composition s'inspire de Rubens, mais l'éclairage dramatique exprime une profonde émotion de l'âme. Rembrandt préfère représenter son épouse Saskia parée de costumes orientaux ce qui est une autre tendance du Baroque. Après le décès de Saskia en 1642 il fait de même avec Hendrickje Stoffels la gouvernante de ses enfants. Plus Rembrandt avance dans la vie plus ses oeuvres révèlent le soucis d'exprimer des qualités spirituelles...

En 1635 lorsque Rubens réalise sa toile Bethsabée au bain il a 58 ans. En 1609 Rubens a épousé Isabelle Brandt, la fille d'un des plus grands avocats d'Anvers. Après le décès de celle-ci, en 1626, il épouse en avril 1630, la jeune Hélène Fourment, alors âgée de 17 ans. Sa vie familiale est heureuse, femme et enfants se portent bien. Polyglotte, Rubens est à la fois diplomate, peintre dans tous les genres, cartonnier de suites de tapisseries et réalisateur d'architectures pour les villes. En 1654 lorsqu'il réalise Bethsabée Rembrandt est âgé 48 ans. Entre 1635 et 1641, Saskia met au monde 4 enfants, dont 3 meurent en bas âge. Elle-même décède de la peste en 1642, laissant Rembrandt seul avec son cadet, Titus. En 1654 la situation financière de Rembrandt est chancelante. Malgré son succès, il est en faillite en 1656. Les sujets bibliques occupent environ un tiers de sa production mais dans la Hollande protestante du XVIIe siècle le mécénat ecclésiastique n'existe pas.