L' Art Nouveau.



 






Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique  Contactez-nous     Qui sommes nous ?      Liens 





Laisser un commentaire ou donnez votre avis : 


  Nom ou Pseudo : 

  2 + 2 :    (Anti robots)

 Nom du Tableau ou Thème :   Artiste :


 Donnez une note sur 20 :    (Facultatif). 

 Commentaire : 

  





1/ Votre adresse mail ne serra pas visible, 

2 /Nous n'utilisons pas les adresses mails, 
sauf pour répondre en privé si besoin.

Voir guide sur votre navigation ici.

Il n'y a pas de cookies ici ! Téléchargez cookieviz

Bien des sites que vous utilisez chaque jour ne respectent même pas cela...  

Les Sites sont déclarés à la
CNIL. (Depuis 2002 et 2006). Même si cela n'est plus obligatoire. 


L' Art Nouveau (Env.1900).

L' Art Nouveau naît au début du 20ème siècle en opposition à l’art officiel jugé ampoulé, vide et creux.
Il connaît une diffusion mondiale au tournant du siècle, en peinture mais aussi en architecture, au niveau de la décoration,de la mode, de la publicité et des arts graphiques. 
En France l’Art Nouveau constitue aussi une réaction à l’impressionnisme qui dissout les formes.
Le terme d’Art nouveau est emprunté à la galerie de Samuel Bing ouverte à Paris en 1896 : la Maison de l'Art Nouveau. 
Il s'est développé sous les noms de Jugendstil en Allemagne, Sezessionstil en Autriche, Style sapin en Suisse, Tiffany Style aux États-Unis, Nieuwe Kunst aux Pays-Bas, Modernissimo en Espagne ou Stile Liberty en Italie. En France et en Belgique, il est également connu sous les noms de style 1900 et de Modern' style. Le terme allemand « Jugendstil » vient de la revue Jugend (Jeunesse) mais les désignations française « Art Nouveau » et anglaise « Modern Style » sont autant utilisées. 
l'Art nouveau est également appelé par ses détracteurs le style nouille en raison de ses formes caractéristiques en arabesques, ou encore le style métro, à cause des bouches de métro parisiennes réalisées en 1900 par Hector Guimard.
L'Art nouveau est un style essentiellement décoratif qui a cherché à mettre en relief la valeur ornementale de la courbe, qu'elle soit d'origine florale comme en Belgique, en France et en Espagne ou géométrique comme en Allemagne, en Angleterre et en Écosse. 
L'Art nouveau prend ses origines dans les principes du mouvement Arts and Crafts et les textiles et papiers de son fondateur William Morris, les vases d'Émile Gallé et les meubles de Gustave Serrurier.
Ces artistes ont en commun une ligne fluide et ornementale et utilisent souvent des motifs végétaux stylisés.
Les artistes prônent le travail manuel, se tournent vers la tradition gothique, s'inspirent de l'art japonais et de l'observation de la nature. 
Ils repoussent les références classiques héritées de la Renaissance comme la symétrie et les canons gréco-latins,ils refusent aussi l'idée d'une séparation entre arts nobles (peinture et sculpture) et arts mineurs (arts décoratifs). 
L'Art Nouveau a ainsi profondément transformé le décor intérieur et l'architecture.
C'est dans cette optique que les anciens matériaux comme le bois et la pierre ont été élégamment mariés avec les nouveaux comme l'acier et le verre. Pour chacun d'eux, des artistes ont poussé leurs recherches à l'extrême pour en tirer le meilleur. 
C'est ainsi que les pâtes de verres multicouches, les rampes d'escalier à entrelacs de ferronneries, les meubles aux ondulations de bois ont permis de mettre l'art à disposition de tous pour un coût abordable tout en gardant une volonté d'innovation formelle, inspirée de la nature. 
Les motifs habituellement représentés sont des fleurs, des plantes, des arbres, des insectes ou des animaux, ce qui permet non seulement de faire entrer le beau dans les habitations mais aussi de faire prendre conscience de l'esthétique dans la nature.
On considère généralement les œuvres de l'architecte anglais Arthur Mackmurdo comme les premiers exemples d'Art nouveau, notamment une chaise conçue en 1882 et le frontispice d'un livre (Wren's Early Churches) de 1883, où l'on retrouve les courbes qui feront la caractéristique de l'Art nouveau. Les tissus vendus par Arthur Liberty dans sa célèbre boutique londonienne et les illustrations d'Aubrey Beardsley, notamment celles du périodique The Yellow Book (1894) et celles de Salomé (1894), drame d'Oscar Wilde, consacrent l'Art Nouveau anglais. 
Un nouveau magazine, The Studio fondé en 1893, fait connaître l'Art Nouveau dans l'Europe entière.
Les fondements théoriques de l'Art nouveau apparaissent en Grande-Bretagne, avec l'émergence de la mouvance Arts & Crafts et 
les thèses de William Morris et de John Ruskin. Ennemis des dérives de l'industrialisation et de l'assèchement créatif qu'elle entraîne, ils prônent un retour à l'esprit des guildes médiévales, à l'étude du motif naturel, à l'emploi de formes épurées : la régénération de la société ne peut se faire que par la vérité des formes qui l'entourent et dont elle use.
En France, le propos est plus moraliste et plus rationnel : Eugène Viollet-le-Duc ne rejette pas le matériau moderne (le fer notamment), 
mais veut au contraire l'afficher en lui donnant une fonction ornementale et esthétique, à la manière des structures gothiques du Moyen Âge. 
Paradoxalement connu comme le chef de file du mouvement Néo-Gothique, Viollet-le-Duc sera l'inspirateur de nombreux architectes de l'Art nouveau. Certaines de ses œuvres, notamment ses fresques peintes au château de Roquetaillade (1850) et le château d’Abbadia sont de parfaits exemples du lien de filiation entre le mouvement Néo - Gothique et l'Art Nouveau.
L'expression « Art Nouveau » est employée pour la première fois par Edmond Picard en 1894 dans la revue belge L'Art moderne pour qualifier la production artistique d'Henry Van de Velde. Elle passe en France, lorsque, le 26 décembre 1896, elle devient l'enseigne de la galerie d'art de Samuel Bing, au 22, rue de Provence à Paris. Y exposent de grands noms des mouvances symbolistes et Art nouveau : Van de Velde, Munch, Rodin, Tiffany ou encore Toulouse-Lautrec. 
Paris s'enorgueillit de personnalités comme René Lalique, Eugène Gaillard ou Samuel Bing. Mais l'ensemble le plus cohérent est constitué par 
les membres de l'École de Nancy tels que les Frères Daum, Émile Gallé, Jacques Grüber, Louis Majorelle, Eugène Vallin ou Antonin Barthélemy.
C'est Nancy qui constitue le plus bel ensemble d'Art nouveau français, lorsque, ne souhaitant pas rester sous administration allemande après l'annexion de l'Alsace et de la Moselle en 1870, beaucoup de Lorrains annexés passent en Lorraine libre. 
L'Art Nouveau y devient le moyen d'expression d'un régionalisme revendiqué.
Empruntant une voie plus solitaire, Hector Guimard fait figure de génie prolifique et isolé, créant son propre univers, le « style Guimard ».
En Belgique, les principaux représentants de l'Art nouveau sont les architectes Victor Horta (hôtel particulier pour l'ingénieur Tassel en 1892-1893 et l'hôtel Solvay en 1895-1900, à Bruxelles), Paul Hankar (maisons à Bruxelles entre 1893 et 1900) et Henri Van de Velde (aménagement du musée Folkwang à Hagen en 1900-1902). 
Ils sont suivi par Paul Hankar, Ernest Blerot, Paul Cauchie, Gustave Strauven, Paul Saintenoy, Léon Delune, Philippe Wolfers, Jules Brunfaut, Gabriel van Dievoet, Gustave Serrurier-Bovy, Victor Rousseau et bien d'autres. L'intellectuel du mouvement, Henry van de Velde, développera son art en Allemagne avec August Endel, Hermann Obrist, et Josef Maria Olbrich à Munich, Berlin et Darmstadt. .
En Grande-Bretagne, où l'Art nouveau a ses racines, il faut aussi citer Charles R. Ashbee, William Bradley, William Morris et John Ruskin à Londres et ensuite à Glasgow Charles Rennie Mackintosh et son épouse Margaret MacDonald Mackintosh, qui ont formé avec la sœur de Margaret, Frances Mac Donald et Herbert MacNair, le collectif de l'« École de Glasgow » (Glasgow School) connu sous le nom « The Four » (Les 4).