English Website


Toutes les Analyses


Maniérisme.


Le Tintoret. L’Adoration des Bergers. (1579-81). Maniérisme.







Laisser un commentaire ou un avis.  



Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     Qui sommes nous ?   
 Liens 

Le Tintoret. L’ Adoration des Bergers. (1579-81). Maniérisme.

Les scènes d'Adoration des Mages et d'Adoration des Bergers, qui permettaient aux peintres de faire figurer des personnages contemporains étaient courantes dans l'art de la Renaissance. 
Les Maniéristes vont eux aussi en faire un thème principal de leurs oeuvres religieuses. 
Leur motivation est surtout esthétique, la scène permet, comme ici, une composition harmonieuse, très lumineuse bien équilibrée et presque symétrique. 

La partie supérieure de la grange est séparée de la partie inférieure. 
La Sainte Famille, en haut, est vue d'en bas.
Les Bergers et les animaux, en bas, sont vus de face.

Les 4 groupes de personnages sont positionnés 
de manière symétrique à l'intersection des lignes 
de force, sur les points d'intérêts naturels de la toile.

L'œuvre est divisée en 4 parties symétriques.
Chaque zone correspond à un groupe de personnage.

Le Tintoret utilise les 2 grandes diagonales pour construire sa toile.
C'est la diagonale montante qui domine par la position de la Sainte famille et par le geste d'offrande du berger en bas dans leur direction.
L'œuvre repose aussi sur de nombreuses lignes directrices horizontales qui expriment une sensation de paix, de calme et une grande sérénité. 

Détails : 

La scène se déroule sous le regard des anges situés en haut de l'œuvre. 

Le visage de Marie est réalisé avec beaucoup de précision et de finesse, derrière celui-ci une grande auréole couronne la mère du Christ. 

La vache, le mouton et l'âne sont des animaux très utilisés dans les toiles d'adoration se situant dans les étables. Ce n'est pas le cas du coq. La main qui le désigne laisse peut être à supposer qu'il serra l'objet d'un prochain repas. 

Lumière : La source de l'intense lumière se situe du côté gauche derrière les bras tendus des bergers. Ceci souligne les gestes d'offrande. Il s'agit probablement d'une ouverture vers l'extérieur. L'intensité et la qualité de la luminosité font penser 
à un lever de soleil ce qui est en bonne harmonie avec le thème général de l'œuvre. 

Couleurs Une harmonie d'analogie entre couleurs très chaudes.